Arbrealettres

Poésie

Quand on demeure étranger (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2022



    

Quand on demeure étranger
tout est si étrange.

Quand on rejoint la source,
qu’on entre en communion
que dedans et dehors s’abolissent,

l’étrange est de se découvrir
le familier de l’ineffable.

(Charles Juliet)

Recueil: Pour plus de lumière anthologie personnelle
Traduction:
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :