Arbrealettres

Poésie

Mon infini (Carl Norac)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2022




Illustration: Géraldine Alibeu
    
Mon infini

Il y a partout des gens qui font la tête.
Si ça se trouve, un jour, les cosmonautes
en trouveront sur une autre planète.
« Salut les râleurs !
Nous venons de la planète Terre. »
Des gens comme ça, il y en a
dans ma ville, dans ma rue, dans ma classe,
partout je le répète.
Mais il y a toi, ton sourire qui fait du soleil
aussi vite qu’un claquement de doigts,
ton sourire pas si sage
qui trace en moi son paysage.
Râleurs de tous pays ! Boudeurs de l’univers
Entêtez-vous ! Entêtez-vous !
Comme je m’en fous ! Comme je m’en fous !

(Carl Norac)

Recueil: Petits poèmes pour passer le temps
Traduction:Editions: Didier Jeunesse

Une Réponse vers “Mon infini (Carl Norac)”

  1. Planète Pibracandra
    ———–

    Les habitants sont des elfes qui dansent,
    De partenaire ils adorent changer ;
    Mais ils le font sans se mettre en danger,
    Nul n’est jaloux, c’est pour eux l’évidence.

    Un clair soleil, une atmosphère dense,
    Pas trop de pluie au temps de vendanger ;
    Aucun rongeur dans les blés engrangés,
    De beaux jardins, de vastes résidences…

    Du noir cosmos ne vient nul visiteur,
    Ce monde échappe à l’oeil inquisiteur
    De l’astronome en son observatoire.

    Elfes légers, ne vous tourmentez pas,
    Buvez un verre avec votre repas
    Et profitez d’une vie transitoire.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :