Arbrealettres

Poésie

Archive for the ‘méditations’ Category

Avec l’âge on renonce à bien des choses (Grégoire Lacroix)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



vieillesse

Avec l’âge on renonce à bien des choses
dont on aurait pu se passer beaucoup plus tôt.

(Grégoire Lacroix)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

 

 

Publicités

Posted in méditations | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Tout homme (Grégoire Lacroix)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Tout homme est à la fois le labyrinthe
et le promeneur qui s’y perd.

(Grégoire Lacroix)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Salvador Dali

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | 2 Comments »

DEPUIS TOUJOURS (Jules Romains)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



 

DEPUIS TOUJOURS

Depuis toujours ces choses tournent
Et se rapprochent, puis s’écartent
En se crachant de la lumière,
De la poussière, du feu mort,
Et se rapprochent, puis s’écartent.

Depuis toujours ces choses tournent,
Tournent plus vite, puis moins vite,
Se cherchent, on dirait, s’évitent,
Se hâtent, mais vers nulle part,
Vont pour se joindre, mais s’évitent.

Depuis toujours en toute hâte
Ces choses vont vers nulle part.
On dirait parfois qu’une pâte
Se prépare. De grands fouets tournent.
Et puis la pâte se défait.

(Jules Romains)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Quand les choses ne sont plus que leur scintillement (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018




Et par l’inapparente
effraction du jour recouvrer
le vertige intérieur
cette impression jubilante d’espace
quand les choses ne sont plus
que leur scintillement

(Gérard Pfister)

Illustration: Roger Suraud

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

FIN DU MENSONGE (Jules Romains)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



 

FIN DU MENSONGE

Tout le lieu se tient immobile.
Les feuilles trempent dans l’air clos.
Un nuage au point vertical
Ne bouge que si je l’oublie.

Le lieu mollement se repose.
Les feuillages collent au jour.
Une paresse moite et sourde
S’entremet du monde à la peau.

Tout cela ment ! Tout cela ment !
Tout est spasme, et déchirement
Par des vitesses furieuses.
Tout se démène horriblement.

(Jules Romains)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CE QUI EST PERDU (Johann Wolfgang Von Goethe)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Illustration
    
CE QUI EST PERDU

Ah! Qui me rendra le temps
Le temps du premier amour
Ah! Ne serait-ce qu’une heure
De ces jours qui ne sont plus!

Ma blessure nourrissant,
Je vais solitaire et pleure
A jamais les biens perdus.

Ah! Qui me rendra les heures
Et les jours qui ne sont plus!

***

ERSTER VERLUST

Ach, wer bringt die schönen Tage,
Jene Tage der ersten Liebe,
Ach, wer bringt nur eine Stunde
Jener holden Zeit zurück !

Einsam ni hr ich meine Wunde,
Und mit stets erneuter Klage
Traur ich urns verlorne Glück.

Ach, wer bringt die schönen Tage,
Jene holde Zeit zurück !

(Johann Wolfgang Von Goethe)

 

Recueil: Elégie de Marienbad
Traduction: Jean Tardieu
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On peut aussi bâtir (Johann Wolfgang Von Goethe)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Illustration: Richard Shilling
    
On peut aussi bâtir quelque chose de beau
avec les pierres qui entravent le chemin.

*

Faites ce que vous êtes capables d’effectuer ou croyez pouvoir faire.
L’audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie.

(Johann Wolfgang Von Goethe)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’UN ET LE TOUT (Johann Wolfgang Von Goethe)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
L’UN ET LE TOUT

Afin de se trouver parmi l’Illimité
L’être isolé voudra fuir dans l’inexistence
Là où s’évanouit toute satiété ;
Ce n’est point toi, désir, ni toi, lourde exigence
Mais vous, profond Vouloir, dure Nécessité
Qui donnez notre joie à notre obéissance.

Âme du monde, viens Ah! Tu nous pénétreras !
Alors, contre toi-même engager le combat
C’est le suprême appel que notre force entend.
De bons esprits compatissants,
Maîtres très-hauts, gouverneurs indulgents
Conduisent à celui qui crée et qui créa.

Et pour créer la créature, afin
Qu’elle ne s’arme point pour l’engourdissement,
L’Acte éternel agit, vivant!
Et ce qui n’était pas, veut être, veut enfin
Au soleil, à la terre, aux couleurs se mêler ;
Nulle chose jamais ne se peut reposer.

Il faut que tout agisse et soit mouvant et crée
Et que la forme change aussitôt que formée.
Tu n’es qu’une apparence, ô repos du moment !
Partout au plus profond se meut l’éternité,
Car toute chose ira se dissoudre au Néant
Si dans l’Être immobile elle veut demeurer.

***

EINS UND ALLES

Im Grenzenlosen sich zu fin den,
Wird gern der einzelne verschwinden,
Da löst sich aller Überdruß ;
Statt heißem Wünschen, wildem Wollen,
Statt lästgem Fordern, strengem Sollen
Sich aufzugeben ist Genuß .

Weltseele, komm, uns zu durchdringen!
Dann mit dem Weltgeist selbst zu ringen,
Wird unsrer Kräfte Hochberuf.
Teilnehmend führen gute Geister,
Gelinde leitend höchste Meister
Zu dem, der alles schafft und schuf.

Und umzuschaffen das Geschaffne,
Damit sichs nicht zum Starren waffne,
Wirkt ewiges, lebendiges Tun.
Und was nicht war, nun will es werden
Zu reinen Sonnen, farbigen Erden;
In keinem Falle darf es ruhn.

Es soil sich regen, schaffend handeln,
Erst sich gestalten, dann verwandeln ;
Nur scheinbar stehts Momente still.
Das Ewige regt sich fort in alien :
Denn alles mug in Nichts zerfallen,
Wenn es im Sein-beharren will.

(Johann Wolfgang Von Goethe)

 

Recueil: Elégie de Marienbad
Traduction: Jean Tardieu
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour toute vieille barque humaine (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Oh puisse-t-il, à défaut du grand filet
de lumière, inespérable,
pour toute vieille barque humaine en ces mortels parages,
y avoir rémission des peines, brise plus douce,
enfantin sommeil.

(Philippe Jaccottet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Parler donc est difficile (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Parler donc est difficile, si c’est chercher… chercher quoi?
Une fidélité aux seuls moments, aux seules choses
qui descendent en nous assez bas, qui se dérobent,
si c’est tresser un vague abri pour une proie insaisissable.

(Philippe Jaccottet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :