Arbrealettres

Poésie

Archive for the ‘méditations’ Category

Mais je suis chat (Jacques Bussy)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2019



Mais je suis chat,
Je ne me souviens
De rien d’autre.

(Jacques Bussy)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Publicités

Posted in haïku, méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Certaine flamme sous le silence du vivant (Annie Salager)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2019




    
Certaine flamme sous le silence du vivant est-elle amour
est-elle une inconnue réplique de l’énergie noire
à des millions d’années-lumière de toi mêlée
de galaxies, de tourbillons de feu
dans le bouillonnement de
leurs cratères et leurs
amas de glace, leurs
pluies de métaux
en fusion,
nulle
part
et
partout,
des univers comme
la même flamme en toi
d’étoiles surgies d’ombres
autour d’infinités neuronales,
écoutes-tu l’amour qui te crée au
silence du vivant, en son hasard au cycle
du vivant, écoutes-tu le rien d’amour que tu
inventes, ta création du rien en peuple d’astres que
tu es, écoute et danse pour un instant de vie son feu de ciel

(Annie Salager)

 

Recueil: La Mémoire et l’Archet
Traduction:
Editions: La rumeur libre

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelqu’un veut un Kleenex ? (Richard Brautignan)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2019




    
Quelqu’un veut un Kleenex ?

Mon amour
est
un bel oiseau
haut dans le ciel bleu.

Je n’attraperai jamais mon amour.
Peu importe mes efforts.

***

Anyone for Kleenex?

My love
is
a beautiful bird
way up in the blue sky.

I’ll never catch my love
no matter how hard I try.

(Richard Brautignan)

 

Recueil: Pourquoi les poètes inconnus restent inconnus
Traduction: Thierry Beauchamp / Romain Rabier
Editions: Points

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelque chose (Richard Brautignan)

Posted by arbrealettres sur 18 février 2019




    
Quelque chose

Il y a quelque chose en moi
qui ne trouve la paix que lorsqu’il
est dans la forêt, que lorsqu’il
marche sur le sol de la forêt
et est entouré d’arbres.

***

Something

There is something in me
that finds peace only when it
is in the forest, only when it .
is walking on the floor of the forest
and is surrounded by trees.

(Richard Brautignan)

 

Recueil: Pourquoi les poètes inconnus restent inconnus
Traduction: Thierry Beauchamp / Romain Rabier
Editions: Points

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie d’hiver (Buson)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2019



La pluie d’hiver
Montre ce que voient les yeux
Comme si c’était chose ancienne

(Buson)

Illustration: Michel Chansiaux

 

Posted in haïku, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Prends soin de ce corps (Shan Sa)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2019



Illustration: Chloe Yzoard
    
Prends soin de ce corps
Trois mille âmes l’ont habité
Il te conduit
Vaisseau large
De la rivière à la mer
De la mort à la renaissance

(Shan Sa)

 

Recueil: Le vent vif & le glaive rapide
Traduction:
Editions: William Blake & CO. Edit.

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne vous tenez pas devant ma tombe en pleurant (Mary Elizabeth Frye)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2019



do-not-stand-poem

Ne vous tenez pas devant ma tombe en pleurant.
Je n’y suis pas, je ne dors pas.
Je souffle dans le ciel tel un millier de vents,
Je suis l’éclat du diamant sur la neige,
Je suis la douce pluie d’automne,
Je suis les champs de blé.
Je suis le silence du matin,
Je suis dans la course gracieuse
Des magnifiques oiseaux qui volent,
Je suis l’éclat des étoiles dans la nuit.
Je suis dans chaque fleur qui s’épanouit,
Je suis dans une pièce tranquille.
Je suis dans chaque oiseau qui chante,
Je suis dans chaque belle chose.
Ne vous tenez pas devant ma tombe en pleurant,
Je n’y suis pas. Je vis encore.

***

Do not stand at my grave and weep
I am not there; I do not sleep.
I am a thousand winds that blow,
I am the diamond glints on snow,
I am the sun on ripened grain,
I am the gentle autumn rain.
When you awaken in the morning’s hush
I am the swift uplifting rush
Of quiet birds in circled flight.
I am the soft stars that shine at night.
Do not stand at my grave and cry,
I am not there; I did not die.

(Mary Elizabeth Frye)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Deux pigeons (Michel Besnier)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2019



vautours

Deux pigeons

Deux pigeons s’aimaient d’amour tendre
Deux corbeaux s’aimaient d’amour noir
Deux mésanges s’aimaient d’amour bleu
Deux pies s’aimaient d’amour bavard
Deux autruches s’aimaient d’amour lourd
Deux pinsons s’aimaient d’amour gai
Deux vautours s’aimaient eux aussi

(Michel Besnier)

Illustration

 

 

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

COMME KEREM (Nazim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2019



torture

COMME KEREM

L’air est lourd comme du plomb
Je crie
Je crie
Je crie

Je crie
Venez vite
je vous invite
à faire fondre
du plomb.

Il me dit :
« Tu prendras feu à ta propre voix
et cendre tu deviendras
comme Kerem
brûlé à son amour. »

‘Tant
de misères,
si peu
d’amis.’
Les oreilles des coeurs
sont sourdes.
L’air est lourd comme du plomb.

Et moi je luis dis:
« Que je brûle
Que cendre je devienne
comme Kerem.

Si je ne brûle pas
si tu ne brûles pas
si nous ne brûlons pas
comment les ténèbres
deviendront-elles
clarté. »

L’air est gros comme la terre
L’air est lourd comme du plomb
Je crie
Je crie
Je crie
Je crie

Venez vite
je vous invite
à faire fondre
du plomb.

(Nazim Hikmet)

 Illustration: Amnesty International

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

De la complexité une âme se détache (Stéphane Sangral)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2019



Illustration: Matthew Spiegelman
    
De la complexité une âme se détache
et perdue regarde et perdue se regarde et
perdue se regarde regarder et perdue
se regarde se regarder, âme, perdue
dans un bloc de regards, ne pouvant voir — nuit et
nocturne jour — que rien jamais ne se détache…

(Stéphane Sangral)

 

Recueil: Méandres et Néant
Traduction:
Editions: Galilée

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :