Arbrealettres

Poésie

Archive for the ‘méditations’ Category

Il n’y a pas d’obscurité (Ananda Devi)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017



Il n’y a pas d’obscurité: il y a un tunnel qui perce le noir d’un appel d’air

Il n’y a pas de désespoir: il y a une voie qui mène, brute et dévoyée, vers une pulsation de lumière

Il n’y a pas seulement de la violence, il y a, sous les rochers, une anfractuosité où se blottit

une sorte de paix.

Est-ce bien moi qui écris ceci?

Le passage du noir est ardu mais la lumière que dégage la neige en ce décembre froid est bien plus vaste que celle du jour

Et dans mes yeux s’ouvre enfin un peu de bleu.

(Ananda Devi)

Découvert chez Lara ici

Illustration: ArbreaPhotos

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Cette chaudière, cette fournaise, ce gril qu’est la vie (Georges Perec)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017



 

Cette chaudière, cette fournaise, ce gril qu’est la vie,
ces milliards de sommations, d’incitations, de mises en garde, d’exaltations, de désespoirs,
ce bain de contraintes qui n’en finit jamais,
cette éternelle machine à produire, à broyer, à engloutir,
à triompher des embûches, à recommencer encore et sans cesse,
cette douce terreur qui veut régir chaque jour, chaque heure de ta mince existence !

(Georges Perec)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Bosch Hieronymus

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le temps viendra (Pierre Della Faille)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017




    
Le temps viendra où nous aurons vu éclater
le temps, les distances et la vitesse

— l’absolu de la vitesse étant l’immobilité,
puisqu’on serait arrivé avant que d’être parti

(Pierre Della Faille)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DANS MON SILENCE (Carlo Betocchi)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017



Illustration: Odilon Redon
    
DANS MON SILENCE

Silence. C’est ma vie
qui dit silence.
Elle n’oublie pas mais se tait.
C’est le matin d’un autre temps,
le nôtre. Avec son silence
mon âme bande ses plaies
Et croit, infiniment croit
au changement. Et s’y coule.
Tout est accompli
et tout à accomplir.
Dans mon silence.

***

NEL MIO SILENZIO

Silenzio. È la mia vita
che dice silenzio.
Non dimentica, ma tace.
E la mattina d’un altro tempo,
il nostro. Col suo silenzio
la mia anima benda le sue ferite.
E crede, infinitamente crede
al mutamento. E vi scivola
dentro. Tutto è compiuto
e tutto è da compire.
Nel mio silenzio.

(Carlo Betocchi)

 

Recueil: PRISMA
Traduction: Philippe Renard
Editions: OBSIDIANE

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE VIDE ET LES FORMES (Margherita Guidacci)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017



Illustration: Gilbert Garcin
    
LE VIDE ET LES FORMES

La poursuite, la lutte
sur le bord invisible,
les images saisies, déjà crues
nôtres et en un instant
redevenues brouillard,
le retour déçu —
du chasseur auquel ne fut donné
qu’un bruissement de feuillages et l’éclair gris
du lièvre qui s’enfuit en bondissant dans les buissons ;
du pêcheur dont la longue attente
s’acheva dans un ironique saut de carpe,
cette illusion d’argent sur l’hameçon à peine effleuré…

Comme nous voici vaincus !
Comme nous tombent des mains les armes inutiles!
La pierre reste pierre,
la toile n’est que toile, la feuille une bruissante
absence, le clavier
silence obstiné.

Le vide se défend.
il ne veut pas qu’une forme le tourmente.

***

L’inseguimento, la lotta
sull’orlo invisibile,
le immagini afferrate, già credute
nostre, ed in un istante
ridivenute nebbia,
il deluso ritorno —
di cacciatore a cui toccô soltanto
uno stormir di frasche e il breve lampo grigio
della lepre che a balzi si salva tra i cespugli ;
di pescatore la cui lunga attesa
fini in un guizzo ironico di carpa,
quella belfa d’argento sull’amo appena sfiorato…

Come siamo sconfitti !
Come ci cadono di mano le inutili armi !
La pietra resta pietra,
la tela è solo tela, il f oglio una frusciante
assenza, la tastiera
ostinato silenzio.

Il vuoto si difende.
Non vuole che una forma lo torturi.

(Margherita Guidacci)

 

Recueil: PRISMA
Traduction: Philippe Renard
Editions: OBSIDIANE

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Giuseppe Conte)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2017



Illustration: Jérémie Solomon
    
la poésie est le moyen, l’unique moyen, de maintenir vivantes
les dernières visitations des dieux parmi les hommes,
les dernières hiérophanies.

(Giuseppe Conte)

 

Recueil: PRISMA
Editions: OBSIDIANE

Posted in poésie, méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui Quoi Où Quand Pourquoi Comment? (Serge Sautreau)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2017




Illustration: Philippe Ramette
    
Qui
Quoi

Quand
Pourquoi
Comment?

Six questions pour une seule et te voilà au monde
Six répères qui s’en vont déjà tu n’y es plus

Au septième dit-on toutes les six se rejoignent

Au septième plus de route plus de doute juste un point
ou une immensité plus étonnant encore
sans questions
sans repères
sans qui-quoi-où-quand ni pourquoi ni comment
Adieu nos sciences vive la vraie vie

Introuvable septième, toi qui hélas est non phénoménal
fais-nous signe comme tu veux et advienne que voilà

(Serge Sautreau)

 

Recueil: L’ANTAGONIE
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La statue (Robert Calmel)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2017



Illustration: Praxitèle
    
La statue

Pourquoi cette statue antique
D’une déesse en marbre blanc
A la nudité impudique
A-t-elle un attrait si troublant?

Je trouve admirable sa pose.
Je resterais à rêvasser
Devant cette oeuvre grandiose
Sans jamais pouvoir me lasser.

L’artiste durant des semaines.
A dû parfaire patiemment
Ce chef-d’oeuvre afin qu’il devienne
Un véritable enchantement.

J’essaie d’imaginer celle
Qui a transfiguré sa main,
Aujourd’hui il ne reste d’elle
Ou’une sculpture au corps divin

(Robert Calmel)

 

Recueil: Pétales d’Or

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Las de mon corps qui se délabre (Robert Notenboom)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2017



Illustration: Jean-Marie Manson
    
Las de mon corps qui se délabre
J’aimerais tant m’en évader
Te rejoindre au plus profond de ton cœur
De ton corps
A ne faire plus qu’un avec ton âme
Ayant vaincu ma propre mort

(Robert Notenboom)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

Recueil: Les chemins du silence
Editions: Puits de Roulle

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Par bonheur (Serge Sautreau)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2017




    
Par bonheur,
par effraction,
par chance:

par nécessité –

(Serge Sautreau)

 

Recueil: L’ANTAGONIE
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :