Arbrealettres

Poésie

Le pont (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017



Illustration

    

Le pont ne passe pas sur la rivière
ni la rivière sous le pont

mais la rivière tend
le pont comme un arc
et décoche la rivière
dans la demi-cible du pont

et la rivière sort de la rivière
passe le pont
et accède à la rivière

et le pont descend du pont
passe dans la rivière
et enjambe le pont.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le bord des yeux (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017




    

 

Le bord des yeux
est la plus pure aisselle.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le chemin (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017



 Illustration

    
Le chemin
est le plus court cheval.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

L’eau allongée (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017



Illustration: Alexandre Cabanel

    

L’eau allongée
a sur la cuisse un rêve.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La plupart des canards (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017



 

    

La plupart des canards
sont des cous dans l’eau.

Parmi tous les canards
il est un canard
—le grand Couac —
qui est le flop de l’eau.

Parmi tous les canards
un seul canard
—mais lequel ? —
est la hampe de l’eau.

La anche du vent vibre dans son bec.

Ses plumes font que l’eau est lisse.

Ses pattes font que l’eau est large.

Marcher sur l’eau devient facile
si l’on s’appuie sur ce pommeau.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La roue (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2017



 

    

La roue s’engendre sans cesse
de ne pas pouvoir se dérouler
ni sortir du ventre de la roue.

La roue est prisonnière de la roue
et ne connaîtra jamais du monde
que la grande roue de la route.

Les rayons de la roue
n’éclairent que du moyeu
jusqu’à la jante.

La roue ne peut
pas ne pas
se répéter.

Si la roue évoluait
ce serait la fin de la roue
et de la perfection.

Et si la roue mourait
sa tête viendrait encore
à tomber entre ses cuisses.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La clef (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2017



    

La clef n’ouvre pas la clef.
Au contraire:
la clef fait comme une serrure autour de la clef.

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

L’Irrationnel (Maram al-Masri)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2017



Illustration: Scarlett Hooft Graafland

    

L’Irrationnel

A chaque poète sa prophétie ?
Fabrique-moi ce néant qui souillera la steppe
ce quelque chose à la mesure d’une stupéfaction
et à la fin
enfile les perles de la plénitude

(Maram al-Masri)

 

Recueil: Le Balayeur du désert
Traduction: Isabelle Lagny – Bruno Doucey
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Stupéfaction (Maram al-Masri)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2017




    
Stupéfaction

Comment le miroir contiendra-t-il
tous ces visages
et le lourd reflet de leur froid tombeau?

(Maram al-Masri)

 

Recueil: Le Balayeur du désert
Traduction: Isabelle Lagny – Bruno Doucey
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vous livre mon être (Maram al-Masri)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2017



    

 

Je vous livre mon être
je vous livre elle
je vous livre lui

je vous livre ce que j’ai vu
et ce que j’ai rêvé
ce qu’ils ont souffert
et ce que j’ai souffert

et de point à point
de corps à corps
de pays à pays
de ligne
à ligne

le coeur se dénudera
deviendra davantage
pierre
et peut-être davantage
coeur

(Maram al-Masri)

 

Recueil: Par la Fontaine de ma Bouche
Traduction: Maram al-Masri – Bruno Doucey
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »