Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘à découvert’

Est-ce possible ? (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



Werner Lambersy
    
Hier, cheveux jaunes, dents
blanches.

Aujourd’hui cheveux blancs,
dents jaunes.

Est-ce possible ?

Avant, amour à découvrir.
Après, amour à découvert.

Poussé hors du monde.
Est-ce possible ?

Thé froid.
Je vais chez le voisin

(Werner Lambersy)

 

Recueil: L’éternité est un battement de cils
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VISION (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018



Illustration: Alexandre Cabanel
    
VISION

Toute la mer
est grecque.
Dans les mers les plus étranges
il reste encore des Vénus
qui sont sur leur conque
comme des spectres.
De la mer surgit la forme
et la pensée,
le sang, le sel et le vent
éternel.
Les terres sont comme des algues
sur son dos immense,
de monstrueux parasites
sur l’énorme cuir.
Face à la mer délirante,
nous voyons
la vie et l’amour
à découvert.

(Federico Garcia Lorca)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ROULER DANS DES RAVINS DE FATIGUE (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2016



Elihu Vedder   La mort d'Abel [1280x768] [800x600]

ROULER DANS DES RAVINS DE FATIGUE

Rouler dans des ravins de fatigue
Sans fin
Sans reprendre haleine
Prise dans ses cheveux
Comme dans des bouquets de fièvre
Le coeur à découvert
Tout nu dans son cou
Agrafé comme un oiseau fou

Vieux caveau de famille
Éventré
Cage de bouleau blanc
Rompue
Jeu de domino
Interrompu
Douce poitrine crevée

Fracas d’ivoire à mi-voix
Contre notre oreille pleine de sable
Bleu du ciel
Grand cri de la lumière au-dessus de nous.

(Anne Hébert)

Illustration: Elihu Vedder

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DEUX FEMMES d’après Manet Le balcon (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2016



DEUX FEMMES
d’après Manet

I
Le balcon
Celle qui est ici regarde en dehors
Nous buvons ses yeux comme une source
Dont le secret se répand à découvert
Rêveuse elle s’appuie sur ce qui sépare
Pour pénétrer de plus loin le spectacle de la vie
Et se retrouver absente comme dans un jardin
Où chaque fleur protège le vide du centre
Et les murs sont les chemins

(Heather Dohollau)

Illustration: Edouard Manet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :