Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘à l’envers’

L’ENVERS (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2020



 

Illustration
    
L’ENVERS

À l’envers de l’ombre il y a un chant
d’oiseau au bord d’un étang le grand soleil d’été
L’ombre est celle d’un frêne il frémit imperceptiblement
Le chant la voix d’une mésange quatre notes flûtées
L’ombre c’est moi encore peut-être qu’elle ombrage
Ce fut moi qui écoutais l’oiseau Le ciel pâle
en moi se mire dans l’eau de l’étang
Les feuilles du frêne éparpillent leur chuchotement
et l’herbe vive crépite de sautereaux verts

Je voudrais toucher une à une chaque note du chant
de la mésange avec mes doigts pour être sûr
que ce qu’elle chante c’est pour de vrai
chaque note une anémone blanche très petite
dans l’épaisseur du sous-bois Chaque son pur
qui se lève et dit C’est moi le sol mineur
à haute enfantine irrécusable voix

Les années autrefois étaient plus immobiles
les frênes les mésanges l’herbe les étangs
plus certains Tout était pour de vrai
Ce qui existe a l’air d’exister moins
d’être moins sûr de son droit ou bien
est-ce moi ?

À l’envers du temps la mésange s’arrête de
chanter l’arbre de frissonner Je reviens sur mes pas
Je te parle tu me réponds toi ma vie à
l’endroit de l’ombre et du temps
ma pour de vrai

(Claude Roy)

 

Recueil: Claude Roy un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EXTRAIT DU JOURNAL D’UN HOMME MÉFIANT (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2019



    

EXTRAIT DU JOURNAL D’UN HOMME MÉFIANT

« Il serait temps que je commence à écrire ces notes à l’envers, comme Léonard de Vinci,
pour dérouter les indiscrets, et surtout l’Indiscret. (Vous savez bien : Celui qui… Mais, suffit!)
Vu l’importance du Bonhomme, allons plus loin :
pas seulement les lettres à l’envers, ni les mots, mais les pensées elles-mêmes!
Car il faut toujours déjouer Ses ruses.

S’Il lui prend envie, pendant que j’écris, de regarder par-dessus mon épaule,
je veux qu’Il ne comprenne rien à ce qu’Il lira.
A dater de ce jour, 21 juin 19..,
je commence un nouveau chapitre de ce Journal Intime,
en écrivant le contraire de ce que j’éprouve, de ce que je pense.
Qui sera bien attrapé? »

(Jean Tardieu)

 

Recueil: La part de l’ombre
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai envie (Josée Tripodi)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2019




    
J’ai envie

De tout faire
À l’envers

Manger des épinards
Au petit déjeuner

Offrir mes potions
Au poisson

Jeter l’argent à la porte

Siffler les femmes
Dans la rue

Enfourcher une hirondelle
En hiver

Et quoi d’autre

Croire que je suis belle
Quand même

(Josée Tripodi)

 

Recueil: Le temps court plus vite que moi
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Il y a une frontière nord de la conscience (Hanner Bramnes)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2019



Illustration: Suzanne Clairac
    
Il y a une frontière nord de la conscience…
Une idée m’est venue
un oiseau qui s’envole
l’idée d’une lumière
derrière la lumière

il m’est venu l’idée
du lieu pur de la connaissance
j’ai fait tourner le rouet à l’envers
me suis arrêtée devant un coeur battant

frontière de la conscience

***

Bevisthedens nordgrænse findes…
leg har tenkt meg en tankeen
fugl som letter
jeg har tenkt meg et lys
bak lyset

jeg har tenkt meg
det rene kunnskapens sted
tenkt spunnet tilbake
stanset ved det bankende hjertet

bevissthetens grense

(Hanner Bramnes)

 

Recueil: Le poids de la lumière
Traduction: Anne-Marie Soulier
Editions: Erès

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il manque une lettre (Bernard Noël)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2018



 

Illustration: Régine Boillet
    
il manque une lettre
pour tenir la clé
entrer nulle part

et manquer de tout
ainsi crée-t-on dieu
par force d’absence

si le coeur doit battre
autant qu’il se passe
enfin quelque chose

la tête à l’envers
tu vois sous les robes
monter l’infini

puis il se retire
dans la chevelure
et ça te déchire

(Bernard Noël)

 

Recueil: Un livre de fables
Traduction:
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Empédocle (Gérard Macé)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2018




    
Le vivace aujourd’hui,
le vorace autrefois ont laissé des traces de leur combat
au bord du vide, où pousse une fleur bleue
juste à côté des sandales d’Empédocle. Philosophe
au front brûlant, purificateur isolant l’amour
et le poison dont la haine a besoin
pour séparer les éléments,
je pense à toi quand j’ai la fièvre et des visions.

Icare au bord du gouffre, en proie
au vertige au-dessus du volcan, attiré
par un soleil bas qui brûle même en hiver,
ton envol à l’envers me donne encore des frissons.

(Gérard Macé)

 

Recueil: Homère au royaume des morts a les yeux ouverts
Traduction:
Editions: Le bruit du temps

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Racines. Racines. Racines. (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2018



Illustration
    
Racines. Racines. Racines.
Inextricables langues
que la terre tient,
que la terre arrache
à l’envers du ciel,
je vous montrerai
la lumière, la lumière!

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Dormir sept ans
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Raconte encore l’histoire (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2018




    
Raconte encore l’histoire
de l’histoire sans histoire.
Il suffit d’être là
dans son propre souffle
pour vivre à l’envers.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Dormir sept ans
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a de langue qui vaille (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018



Illustration: Antoine Mercier
    
Il n’y a de langue qui vaille !
Mais les entrailles, mais les entrailles !
Quelqu’un se rapetisse
et pénètre en ce corps tuméfié.
L’univers est à l’envers.
Le sang, la cohue.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

HARPISTE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2018


HARPISTE

L’enfer existe. Il n’existe
Même vraiment que l’enfer.
Mais cette belle harpiste
L’invente tout à l’envers.

C’est du ciel, du ciel, du ciel
Que parlent ses jeunes cordes
Comme l’ange Gabriel
Lors que Marie il aborde.

… J’entends des jardins futurs
Briller, flotter sans entrave,
J’obéis à de suaves
Envols de grâce et d’azur.

Le ciel existe, il existe
Et cette fille aux mains d’or
Montre follement sa piste
De ses mille doigts sonores.

(Norge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :