Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Abdelmajid Benjelloun)’

Regarde moi bien ma petite fill (Abdelmajid Benjelloun)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2017



 

Regarde moi bien ma petite fille,
ma petite Houda
regarde tous les êtres humains
tous envoyés de la lumière
mais se bousculant tous autant qu’ils sont
dans une impasse organisée savamment en la vie.
Ils se prédisent tous une mort qui n’est pas la mort.
Mais savent-ils que l’éternité a commencé à sentir l’homme
avant le premier homme sur terre?

(Abdelmajid Benjelloun)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans tout grondement de tonnerre (Abdelmajid Benjelloun)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



Dans tout grondement de tonnerre, il y a la totalité indistincte
de toutes les paroles tonitruantes prononcées dans les temps reculés
par l’humanité durant un millième de seconde.

(Abdelmajid Benjelloun)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’homme est coupé de ses frères (Abdelmajid Benjelloun)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



 

L’homme est coupé de ses frères
par de simples corps le sien le leur.
Il en a comme un orage dans le coeur.
Même la Création nous est intérieure.
Suprême
Imposture
Cosmique.

(Abdelmajid Benjelloun)

 
Illustration
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une marchande de menthe verte (Abdelmajid Benjelloun)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



MENTHE VERTE

 

Une marchande de menthe verte,
toute dresseuse de printemps et les yeux pleins
d’épis de soleil
m’a appris la poésie
un soir sous un réverbère éteint.
Je me souviens encore
qu’un orage rauque
tonnait pour les voitures noires
vides illuminées de pluie.

(Abdelmajid Benjelloun)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :