Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘abeille’

Chant de mai (Friedrich Nietsche)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2020


Chant de mai

Les oiseaux chantent avec ravissement
Loin dans l’épaisseur du bois ;
Les champs ensoleillés s’étendent
Sous les gracieux rayons de mai.
Les ruisseaux murmurent doucement
A travers la campagne fleurie
Où jubile l’alouette.
Oh peut-il se donner chose plus belle
Que le mois de mai, que le seul mai ?

Ce qui m’attristait le coeur,
Le faisait sombre et désemparé,
Ce qui était vaste désert et frisson,
Cela est à présent rayonnant de soleil.
Les fleurs se dressent gracieuses
Dans les prés aux riches éclosions,
Où bourdonnent les abeilles.
Oh peut-il se donner chose plus belle
Que le mois de mai, le seul mai ?

Ô plénitude infinie
De pure béatitude !
O délice, oh enveloppe
Mon coeur avec sa peine
Fais passer et s’évanouir
Ce qui ne murmure pas sur mon coeur
Comme des souffles printaniers !
Oh peut-il se donner chose plus belle
Que le mois de mai, le seul mai?

Je voudrais me plonger
Dans cette mer de volupté ;
Cette douce pensée
Soulève déjà de joie ma poitrine.
Je voudrais t’embrasser
Et ne plus jamais me séparer de toi,
Ô printemps, viens, entre!
Il ne peut rien se donner de plus beau
Que le mois de mai, que le seul mai!

(Friedrich Nietsche)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Imitation des fleurs (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2020



Illustration
    
Imitation des fleurs

Puisque l’on vous dit
Que les fleurs parlent,
N’écoutez plus les gigolos.
Imitez donc les abeilles
Les papillons, les coccinelles.

Les lilas sont infidèles
Bien plus que les artichauts.
Les chardons et les résédas.
Imitez donc la glycine tendre
Comme la poitrine d’un oiseau.

Votre emblème n’est-il pas la pensée
Cœur clairvoyant fleur sincère
Aussi fragile qu’une larme.

Mais après les fleurs de la terre
Acceptez toutes les fleurs du ciel
Qui chantent le jour, rêvent la nuit.

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MIRAGES (Tristan Klingsor)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2020



Claude Sauzet Les-trois-graces-100x81cm-550 [1280x768]

MIRAGES

Autour de la lune
Trois étoiles tournent,
Trois abeilles d’or
Autour d’une prune.

Emmitouflé d’ombre
Le poirier s’endort;
Quatre poires pendent
A la même branche :
Une William tombe.

La grenouille au bord
De la vasque bâille,
Voit les trois abeilles
Au ciel balancées,
Et tout à coup plonge
Dans le miroir d’eau.

Tandis qu’en pensée
Le tendre vieux beau
Voit trois jeunes filles
En jupons de bal
Qui se déshabillent :
La vie est un songe.

(Tristan Klingsor)

Illustration: Claude Sauzet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A qui vais-je demander l’heure ? (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 mars 2020



Si je suis mort sans l’avoir su,
à qui vais-je demander l’heure ?

Où donc, en France, le printemps
puise-t-il tant et tant de feuilles ?

Où un aveugle peut-il vivre,
harcelé par un vol d’abeilles ?

Si le jaune un jour disparaît,
avec quoi ferons-nous le pain ?

(Pablo Neruda)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le papillon lit-il (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2020



Quand le papillon lit-il donc
ce qui vole écrit sur ses ailes ?

Quelles lettres connaît l’abeille
pour savoir son itinéraire ?

Quels chiffres la fourmi a-t-elle
pour retrancher ses soldats morts ?

Comment s’appellent les cyclones
quand ils n’ont pas de mouvement ?

(Pablo Neruda)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA RUMEUR (Gaston Puel)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2020



pologne-ghetto-varsovie-11-t13140 [800x600]

LA RUMEUR

La terre émerge des brumes, les épis craquent comme du pain frais, une grappe d’abeilles se pend à un prunier.
L’âme s’évase pour accueillir fa joie des hommes qui s’enracine dans le vent.
Mais le vent rebrousse la laine du bonheur ;
une ignoble cicatrice témoigne : des hommes raturés par les hommes, leur rumeur d’essaim jusqu’à l’horrible du cri et de la salve.
Sur leurs bouches ouvertes s’effondrent les murailles du ghetto de Varsovie.

(Gaston Puel)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cotapos a dit de ton rire (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2020



Cotapos a dit de ton rire qu’il tombe
comme fond le faucon du haut des tours soudaines
tu traverses, c’est vrai, le feuillage du monde
d’un éclair pourfendeur et parent de ton ciel.
ll tombe, et sautent les langues de la rosée,
les eaux du diamant, la lumière d’abeilles
et là où le silence habitait dans sa barbe
grenades du soleil, étoiles, tout éclate.
Avec le ciel c’est la nuit sombre qui descend,
et cloches et oeillets brûlent à pleine lune,
tandis que courent les chevaux des bourreliers :
je sais, tu es toute petite ; cependant
le rire pleut de toi comme d’un météore,
la nature par toi porte un nom électrique.

***

que cae, y corta, y saltan las lenguas del rocío,
las aguas del diamante, la luz con sus abejas
y allí donde vivía con su barba el silencio
estallan las granadas del sol y las estrellas,
se viene abajo el cielo con la noche sombría,
arden a plena luna campanas y claveles,
y corren los caballos de los talabarteros :
Cotapos dice que tu risa cae
como un halcón desde una brusca torre
y, es verdad, atraviesan el follaje del mundo
con un solo relámpago de tu estirpe celeste
porque tú siendo tan pequeñita como eres
dejas caer la risa desde tu meteoro
electrizando el nombre de la naturaleza.

(Pablo Neruda)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’EAU DISCRÈTE (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2020



Illustration: Pascal Baudot
    
L’EAU DISCRÈTE

Une eau glacée qui coule On l’entend sans la voir
(La pensée de l’été qui chantonne sous l’herbe)
Les toutes petites abeilles noires leur bourdon continu
(Le rêve que le soleil fait à bouche fermée)

À onze heures en août le monde est transparent
Il sera brûlant après la méridienne
Une très modeste éternité baigne de clarté vive
l’eau qui court les abeilles le soleil triomphant

Une éphémère éternité qui nous habite toi et moi
Elle fondra dans le jour comme le sucre dans l’eau
comme le temps dans le temps

(Claude Roy)

 

Recueil: Claude Roy un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’arbre (Rina Lasnier)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2020




    
L’arbre

J’avais un grand arbre vert
Où nichait mon enfance ailée,
Un arbre grand troué de lumière
Qui remplissait le haut de mon âme.

J’avais de douces branches vertes
Où chantait mon enfance triste,
Des branches vertes et sonores
Qui répétaient les chagrins de mon âme.

J’avais mille feuilles vertes
Où palpitait l’élan de mon enfance,
Des feuilles lisses et captives
Comme les oiseaux de mon âme.

J’avais un grand arbre vert
Où se dénouait la fleur de mon enfance,
Pour quel printemps, pour quelle abeille ?
Pour quelle joie, pour quelle souffrance ?

(Rina Lasnier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’écart de deux étoiles (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2020



 

Quelques rares abeilles
mesurent l’étendue

leur feu minuscule
approfondit l’azur

immobilise le mouvement
des heures

fixe entre chaque fleur
l’écart de deux étoiles

(Jean Mambrino)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :