Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘abricot’

FRUCTIDOR (Jacqueline Commard)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2019



Illustration: Jean-Gabriel Domergue
    
FRUCTIDOR

Velouté de pêche… sur un teint d’abricot…
Un charme rayonnant jusque dans ses prunelles !
La cerise rougit comme un coquelicot
Devant cette nature à la fraîcheur d’airelles.

Ses cheveux flamboyants, aux tons de mirabelle
Possèdent un toucher pareil au lait d’amande
Ses bras prêts à l’envol, telle une tourterelle
Ont la fragilité des raisins qui se fendent.

Dans la douceur du soir d’un automne annoncé
Elle promène ainsi sa beauté printanière
Offrant au monde entier comme une panacée
Sa jeunesse éclatante… et pourtant éphémère.

Au jardin d’Hespérides , elle était une fée
Sylphide vaporeuse… éclat de volupté…
Par le chant d’un zéphyr, joliment décoiffée
Cueillant les pommes d’or de l’Immortalité ! …

(Jacqueline Commard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 9 Comments »

D’un rose insouciant (Germain Droogenbroodt)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2019




Illustration: Vincent Van Gogh
    
D’un rose insouciant
elles annoncent le printemps
les fleurs d’abricot.

***

Onbezorgd rozig
de lente aankondigend
abrikoosbloesems

***

Despreocupado rosa
que anuncia la primavera
flores de albaricoque

***

Unconcerned rose
announcing upcoming spring
apricot blossoms

***

Dice primavera
il rosa noncurante
dei fiori d’albicocco

***

(Germain Droogenbroodt)

 

Recueil: Gouttes de rosée Cent haïkus
Traduction: Français Elisabeth Gerlache / Néerlandais l’original / Espagnol Rafael Carcelén / Anglais Stanley H. Barkan / Italien Silvia Pio / Japonais Taeko Uemura – Mariko Sumikura
Editions: POINT et Boeken Plan(P0ésie INTernationale)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Abricot (Jacqueline Astégiano)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018



Abricot

Mais

donc
est
le buste

qui va
avec
tes
petites
fesses
de
Chinoise ?

(Jacqueline Astégiano)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , | 9 Comments »

S’il fallait renvoyer chez eux Les mots (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018



    

S’il fallait renvoyer chez eux
Les mots arabes ou arabo-persans
Ca ferait du monde
Et un drôle de vide sur notre carte de séjour :
Azur hasard
D’algèbre à zénith
Jupe (ce serait dommage) & matelas & nuque (mon amour)
Abricot & sirop & sorbet & sucre & tambour
Sans oublier la famille (tambourin
tambour battant) & guitare & lilas luth nénuphar orange
Maboul comme azimut qui va bien & comme
Zéro qui nous résume
Et on serait bien ennuyé

(Bernard Chambaz)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE RÉVOLTÉ (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2017




LE RÉVOLTÉ

Un abricot
qui était sur un arbre
tout à coup dit
Je ne suis pas de marbre
et il s’écrie
Cocorico cocorico
l’abricot
qui était sur un arbre

(Raymond Queneau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

On va écrire le mot soleil (Marc Baron)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



On va écrire le mot soleil
Le mot arbre
Un grand nombre de feuilles

On ajoute le mot fruit
Le mot vent et de l’ombre
Pour la douceur

Et maintenant on cueille
Ce que l’été nous donne:
Des cerises, des pommes
Des abricots beaux comme un cœur

(Marc Baron)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un invisible oiseau dans l’air pur a chanté (Cécile Périn)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2016



Un invisible oiseau dans l’air pur a chanté.
Le ciel d’aube est d’un bleu suave et velouté.

C’est le premier oiseau qui s’éveille et qui chante.
Ecoute! Les jardins sont frémissants d’attente.

Ecoute! Un autre nid s’éveille, un autre nid,
Et c’est un pépiement éperdu qui jaillit.

Qui chante le premier? Nul ne le sait. C’est l’aurore.
Comme un abricot mûr le ciel pâli se dore.

Qui chante le premier? Qu’importe On a chanté.
Et c’est un beau matin de l’immortel été.

(Cécile Périn)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avant ton départ (Vincent O’Sullivan)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2016



Si tu me donnais une pomme ça m’irait bien.
Une pomme que tu aurais cueillie toi-même.
Ou l’un de ces abricots
aussi chaud qu’une main
quand on s’en saisit
sur une table de la véranda.
Il dit « l’après-midi »
à toute heure de la nuit ou du jour.
Si tu m’en donnais un
je n’en serais pas fâché.
Parce que c’est février
et cette semaine où je t’ai vue
marcher dans la maison,
pieds nus sur les planches,
semble avoir été
une bonne tranche de vie.
Une pomme fera l’affaire.
Ou un abricot.

Avant que tu me quittes.

(Vincent O’Sullivan)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’olivier (Hishâm ibn Halid al-Zebrun)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2015




L’olivier

J’ai un olivier
où dort chaque nuit
la lumière de l’aurore.
J’ai un olivier.

Et un champ de safran
au bord du Sikar
qui teinte les eaux
de la couleur de la vie.
Et un champ d’abricots
et de tendres pêches
humés par la lune.

Qu’il fuie bien loin
le noir sortilège !
Qu’il fuie bien loin
et vienne la pluie !

J’ai un olivier
où dort chaque nuit
la lumière de l’aurore.
J’ai un olivier.

(Hishâm ibn Halid al-Zebrun)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La prairie du revenez-y (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2015



 

Jose Royo -   (19) [1280x768]

La prairie du revenez-y

Revenez-y les vieilles
allez-y les jeunes
Les arbres grandissent jusqu’à la lune
Les arbres vieillissent comme les jeunes
Et meurent comme les vieilles

Ainsi va la vie les vieilles !
ainsi va la vie les jeunes
Les joues d’abricots se rideront
Les joues se rideront comme les joues des vieilles
Et les larmes sur elles couleront.

ainsi vont les baisers les vieilles
ainsi vont les baisers les jeunes
L’éclair des beaux yeux s’éteindra
Comme s’éteint la flamme des bougies vieilles
Et la cire comme les larmes coule.

Mais jamais ne mourra l’amour Ô! vieilles
Jamais l’amour ne mourra au coeur des jeunes
Toujours l’éclair rayera n’importe quel orage
La flamme de la vie et de l’amour
Toujours rayonnera dans les profondes ténèbres

Ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai
Jamais ne mourra la couleur de vos joues
Poussent le blé le bluet et l’ivraie
Et la rougeur des baisers à vos cous
Rien ne meurt la mort n’est pas vraie.

(Robert Desnos)

Illustration: Jose Royo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :