Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘accordé’

L’Horloge (Charles Baudelaire)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2018



L’Horloge

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit :  » Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d’effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible ;

Le Plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix
D’insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
Où l’auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le Repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard !  »

(Charles Baudelaire)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Assis au pied des choses (Jean-Pierre Lemaire)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2018



    

Assis au pied des choses,
tu reprends doucement ton ancien métier
de musicien des rues :
tu notes les gouttes
capricieuses de mars
tombant du toit sur les jacinthes,
les oiseaux revenus,
la conversation des filles qui passent
avec leurs secrets.
Toutes les voix se posent
sur les balcons, les branches, les fils parallèles
qui traversent ton coeur.
Toutes sont accordées.
Tu cherches des yeux au sommet des arbres,
entre les nuages,
l’ange silencieux qui t’a rapporté
la mesure et la clef.

(Jean-Pierre Lemaire)

 

Recueil: Figure humaine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OSER ENCORE (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2018



 

Misha Gordin shout13

OSER ENCORE

Oser encore recourir au visage
Oser encore

Que brasses-tu, ami, qui ne s’écarte ?
Où souhaiter la tendre halte
Si ce n’est avec l’autre
Plus d’une fois accordé ?

Quel chemin, ami, ne se conteste ?
Quel chant ne rompt le tocsin ?
En quelle terre fugace reprendre vie,
Si ce n’est en l’autre
Par-delà le soupçon ?

Oser encore recourir à l’espoir
Oser encore

Porter l’instant et le rendre à lui-même
Répondre quel qu’il soit
Au baiser de la terre,
Vouloir ce plus loin dont on ne sait le nom.

(Andrée Chedid)

Illustration: Misha Gordin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vers un peu d’air bleu (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2017



Ai Xuan 3ed

 

Vers un peu d’air bleu

Songes flottants dans la brume
accordés au vol bas d’oiseaux las
un peu de mer vaporisée
un peu d’écume

Idées non, maussaderies
échos du pas lent du poisson de banc
légèreté désagrégée
hygrométries

De tout cela rien ne s’élève
il faut attendre et tendre
vers un peu d’air bleu
au-dessus de la brume au-dessus de l’écume au-dessus du rêve

(Raymond Queneau)

Illustration: Ai Xuan

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Retouche à l’apaisement (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2017



retouche à l’apaisement

masqué par le tilleul le ciel sommeille
la fumée du havane y peint les noms aimés
l’herbe est au souvenir de longs corps accordés
même au vieil armagnac le bonheur ne s’éveille
et le jardin ne semble faire qu’un
avec le dieu numéro un

(Daniel Boulanger)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La meilleure saison de la vie (proverbe chinois)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2017



Le fleurs du printemps,
la brise d’été,
les feuilles d’automne,
la neige de l’hiver…
si vous y êtes complètement accordé,
c’est la meilleure saison de la vie.

(proverbe chinois)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Lorsque l’esprit, tel un instrument de musique, est accordé avec l’univers (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2016



 

Lorsque l’esprit, tel un instrument de musique,
est accordé avec l’univers,
le chant du monde y éveille en tout point
des vibrations compréhensives.

(Rabindranath Tagore)

Illustration: Hartig Kopp Delaney

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je ne chanterais pas si tu ne m’avais pas aimée (Maria Polydouri)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2016



Je ne chante que parce que tu m’as aimée
au fil des années écoulées.
Sous le soleil, présage d’été,
ou sous la pluie ou sous la neige,
je ne chante que parce que tu m’as aimée.

Seulement parce que tu m’as tenue dans tes bras,
une nuit, et que tu m’as embrassée sur les lèvres,
par cela seul, je suis belle comme un lys éclos
et un frisson parcourt mon âme encore,
seulement parce que tu m’as tenue dans tes bras.

Seulement parce que tes yeux m’ont caressée
avec, en ce regard, toute ton âme,
fière, je me suis parée de la suprême
couronne de ma vie,
seulement parce que tes yeux m’ont caressée.

Seulement parce que tu m’as admirée, comme je passais,
qu’en ton regard j’ai vu glisser
mon souple reflet, tel un rêve,
souffrir et jouer,
seulement parce que tu m’as admirée, comme je passais,

Parce que tu m’as appelée, comme si tu hésitais,
et m’as tendu les mains,
les yeux d’éblouissement pleins
— d’un amour absolu —
parce que tu m’as appelée, comme si tu hésitais,

Parce que toi seulement, toi seul, l’as aimé,
J’ai laissé un sillage remarqué.
Comme si tu me suivais là où j’allais,
Comme si tu cheminais a mes côtés, quelque part,
parce que toi seulement, toi seul, l’as aimé.

Je suis née seulement parce que tu m’as aimée,
voilà pourquoi la vie me fut donnée,
la vie ingrate, inaccomplie;
ma vie à moi fut accompli
Je suis née seulement parce que tu m’as aimée.

Pour ton amour sublime seulement,
l’aurore m’a donné des brassées de roses.
Pour éclairer ton chemin, un instant,
la nuit a rempli d’étoiles mes yeux,
pour ton amour sublime seulement.

Seulement parce que tu m’as aimée d’un si bel amour,
j’ai vécu, seulement pour nourrir
mes rêves sans fin, mon beau soleil qui s’est couché,
et tout doucement mourir,
seulement parce que tu m’as aimée d’un si bel amour.

(Maria Polydouri)

Illustration: Gustav Klimt

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le souvenir (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015



 

Le souvenir

M’étant par bonheur attardé,
En flânant dans les avenues,
À votre fenêtre accoudée
Je vous ai bien surprise nue,
Mais mon coeur était accordé.

Mais mon coeur était accordé
A des voix de très loin venues.
Le noir de l’ombre avait fardé
Les grands yeux blancs de la statue
Du carrefour où j’ai rôdé.

Venant d’Arcueil ou de Passy
Un vent frais soufflait dans la rue:
Je suis passé, c’était ici
Et je vous ai surprise nue
Tachant de blanc la molle nuit.

Feuille morte des temps passés,
Fantôme une nuit apparue,
Beaux drapeaux au matin hissés,
Qu’êtes-vous belle devenue,
Dans Paris la ville pressée ?

Pressée de vivre et de flamber,
Impassible et bien vite émue,
De tant de nuits vite tombées,
Telle celle où vous étiez nue
A votre fenêtre accoudée.

(Robert Desnos)

Illustration: Edward Hopper

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a toujours un étranger qui regarde notre mort (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2015



Il y a toujours un étranger qui regarde notre mort,
et l’insouciance de ce témoin
fait de notre fin un événement paisible, endimanché,
accordé à l’énigmatique suite des jours simples.

(Christian Bobin)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :