Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘adulte’

Adulte (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



Est adulte seul celui qui
n’a dans le cœur aucun parent
et sait qu’il doit rendre sa vie
à la mort, simple supplément,
comme un objet trouvé se rend;
celui qui jamais n’officie,
qui n’est le dieu ou révérend
ni de lui-même ni d’autrui.

(Attila Jozsef)


Illustration

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fascinante (Suzanne)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2018



Illustration
    
Fascinante

On ne sait pas d’où elle vient mais,
c’est une femme vraiment étrange;

elle ne parle pas,
mais elle émet toutes sortes de couleurs
en ouvrant la bouche

et le plus curieux c’est que tout le monde entend bien
ce qu’elle a envie de leur dire
même les étrangers la comprennent,

et voilà que tout le monde a envie de la suivre,
les enfants ,les adultes, les vieillards,
ils ont l’impression que la présence de cette femme
change tout;

ils se sentent meilleurs, ils n’ont plus mal nulle part,
et marchent comme dans un rêve
pourtant ils ne se sont jamais sentis aussi vivants!

(Suzanne)

Découvert ici: https://suzanne35blog.wordpress.com/

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

AMOUR (Inger Christensen)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2018




    
AMOUR

Cueillir des fraises sauvages
dans un taillis d’épines
glisser ma main
en dessous
d’une crainte, d’une peine
trop adultes
te donner mon coeur
petit enfant

(Inger Christensen)

 

Recueil: HERBE
Traduction: Janine et Carl Poulsen
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les feux de l’existence (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2018



 

    

Les feux de l’existence balises sur la route
Y a-t-il un policier pour me dire
mes droits et les règles que j’ai enfreintes
Vais-je rester assise là sur l’asphalte à attendre une explication
Il n’y a pas d’adultes
Tout le monde fait semblant de savoir
ou bute sur les articles du code comme la mouche sur la vitre
Le centre est mou
L’asphalte devient un chewing-gum coulant
à l’éclatante teinte rose chimique

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette page, c’est la nuit (Jean Malrieu)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2017




    

Cette page, c’est la nuit, elle brûle.
Toutes les pages et les nuits brûlent,
nuits sans étoiles mais avec beaucoup de formes délirantes
qui sont les constellations de l’homme adulte.
On y entre et nul ne sait quand il en sortira.

Une nuit de draps froissés et d’herbes fortes, une nuit de forêt,
une nuit paysanne, une nuit faite de miroirs, et de chuchotements,
de spasmes, d’arbres qui frottent leurs branches,
une nuit sans suite, de désespoir et de combat.
Une nuit aveugle.

La femme que j’aime est belle et mon sang lui appartient.
C’est une nuit que je poursuis depuis toujours, jamais la même,
puisque je ressemble à l’éclair qui se fraie un passage entre les branches
et déracine la plainte qui habite le cœur de la terre.

Tendu à l’extrême comme pour faire jouir l’amour dans les années,
j’y vais de tout le poids de mon âge et de ma science.
Depuis que j’aime, je sais qu’elle approche quand les feuilles frémissent
et derrière la poésie, par-delà le cercle de feu, dont la Walkyrie.

Je voudrais inventer tous les mots, et cette page, c’est ton corps,
c’est le poème qui chante comme une blessure.

(Jean Malrieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Par les chemins (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2017



Par les chemins

Dans le sentier qui riait sous mes pieds
Mon cœur courait vers toi
Et je venais poser l’ombre
D’un baiser sur ta joue
Sur laquelle glissait la clarté.

Nous traversions de chastes forêts
Pour y chercher des cachettes
Et y découvrir le plaisir.
Nous quittions des rivages moribonds
Pour des îles bien vivantes
Et y trouver le bonheur

Nous avons parcouru
Tous les sentiers de l’enfance
Les mille chemins de l’adolescence
Avant d’emprunter
L’unique route de l’âge adulte.

Il faut bien vieillir

(Jean-Baptiste Besnard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le temps qui passe (Pensées celtiques)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2016



 

Le temps qui passe

Aux yeux d’un enfant, quelques semaines semblent longues.
Aux yeux d’un jeune homme, quelques mois semblent longs.
Aux yeux d’un adulte, quelques années semblent longues.
Aux yeux d’une personne âgée, les décennies semblent courtes.

La personne âgée est la plus proche de Dieu :
Aux yeux de Dieu les décennies sont des secondes, les siècles des minutes.
A ses yeux, l’éternité est chaque moment.
Sois patient avec toi-même : pense à la manière de Dieu !

(Pensées celtiques)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tous les enfants (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 4 novembre 2016




Tous les enfants, vous le savez, sont des navires
qu’un proverbe pareil aux brises les plus douces
conduit, syllabe après syllabe, au continent
où les pingouins dorés murmurent des poèmes.

Tous les enfants, vous le savez, sont des bouleaux
qui dans la nuit, en demandant pardon, écartent
leurs branches, leur écorce, et vont, jusqu’au vertige,
danser sur la grand-place, au milieu des poulains.

Tous les enfants, vous le savez, sont des comètes
venues nous rendre hommage au nom d’un autre azur,
d’une autre vérité, d’une autre fable; et nous,

adultes par défaut, saurons-nous les convaincre
de s’attarder ici le temps d’un bref bonheur,
avant de repartir chez les étoiles folles?

(Alain Bosquet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La chanson des vieux amants (Jacques Brel)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2016



La chanson des vieux amants

Bien sûr, nous eûmes des orages
Vingt ans d’amour, c’est l’amour fol
Mille fois tu pris ton bagage
Mille fois je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l’eau
Et moi celui de la conquête

Mais mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore tu sais je t’aime

Moi, je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m’as gardé de pièges en pièges
Je t’ai perdue de temps en temps
Bien sûr tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

Oh, mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore, tu sais, je t’aime

Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
Mais n’est-ce pas le pire piège
Que vivre en paix pour des amants
Bien sûr tu pleures un peu moins tôt
Je me déchire un peu plus tard
Nous protégeons moins nos mystères
On laisse moins faire le hasard
On se méfie du fil de l’eau
Mais c’est toujours la tendre guerre

Oh, mon amour…
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l’aube claire jusqu’à la fin du jour
Je t’aime encore tu sais je t’aime.

(Jacques Brel)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

PROMENADE (Denise Jallais)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2015



PROMENADE

Plus d’herbes bleues
Pour me mordiller les paupières dans un pré
Je meule la menthe sauvage
De mes dents d’adulte
Et je la crache sur le chemin
La bouche poivrée d’enfance perdue
L’âme broutée jusqu’à la terre
Par la vie — mouton
Qu’un jour
J’égorgerai.

(Denise Jallais)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :