Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘aérer’

La mer (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
La mer, pour moi, impression des narines et des poumons,
espace, dressement des vagues, boisson aérienne,
grandeur, odeur immense et hérissée, arbre
odorant et gros, aéré.
Air hérissé.

(Paul Valéry)

 

Recueil: Poésie perdue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je vous lâche (Balbino)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2018


 


 

fenetre -1

Je vous lâche

Je vous lâche
vous serez courageux.
Pour s’enfuir
il faut
être deux.
J’étais
seul.

Je suis sorti
pour
mes dernières courses.
Label 5
cigarettes
légères.
Il faisait beau
un enfant courait
rien n’aurait pu
l’arrêter.

La caissière
m’a regardé
derrière ses chiffres.
J’ai voulu
lui laisser
la monnaie.

J’ai ouvert la fenêtre
aérer
pour toujours
cette unique pièce

nous fumions
ensemble.

(Balbino)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Telle une femme d’intérieur (Hala Mohammad)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2018




    
Telle une femme d’intérieur
J’ouvre mes fenêtres sur celles des voisines
Je m’affiche un peu en chemise de nuit
Derrière les rideaux transparents
Je prépare mon café à feu doux
Je dépoussière le balcon
J’aère mes couvertures
Et j’étale mon linge sur les cordes.

Aux yeux des étrangers je presse le pas
Pour rejoindre ma famille
Je salue à la hâte les voisins
Comme celle dont le bonheur l’attend derrière la porte.

Mes plats n’ont pas d’odeur
Mon linge non plus
Les fenêtres des voisines se sont fermées
Sur la vie en famille.

Telle une femme d’intérieur

Je ferme mes fenêtres.

***

(Hala Mohammad)

 

Recueil: Ce peu de vie
Traduction: Antoine Jockey
Editions: Al Manar

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’aventure d’un poème (Alexàndra Galanou)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2018



    
L’aventure d’un poème

Depuis des mois je suis enceinte
d’un poème.
Je le promène
au marché,
je le remue
à la cuisine.

Comme les vieux tapis
je l’aère au balcon,
secoue la poussière du silence,
efface des pas muets
les empreintes.

Je lui mets les habits de fête
d’instants de joie.

D’autres fois
en sa compagnie
je ramasse des mots
au bord de la mer.
Et quand la nuit
s’avance,
entre ses vers se glisse
une tranche
de pleine lune.

le poème
brise-lames
de la colère
bras ouverts
au chagrin
lampe-tempête
dans les ténèbres.

(Alexàndra Galanou)

 

Recueil: Dans les recoins des mots
Traduction:
Editions: Circé

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson pour mon lecteur (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016



Tu ne trouveras pas, Lecteur,
dans cet album de chansons, ma préférée.

Elle se cache ailleurs,
dans le vent dorant tes cils.
Ce regard qu’elle aère…

Il faut bien qu’une fois endormi,
tu entendes ma chanson…

Je ne suis pas le chantre de la nuit.
Je suis où tu ris, ton rire;
là où tu pleures,
la guêpe émerveillée de tes larmes.

Tout le suc du monde sur tes lèvres.
Il faut bien qu’une fois réveillé,
tu chantes ma chanson…

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la Grâce (Rafaël Alberti)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



A la Grâce

A toi, divine, corporelle, ravissante,
par qui l’aura imperceptible aère
le sein en suspens que recrée
la perfection tranquille de la rose.

A toi, fuyante, glissante, élégante,
caresse virginale, charme agitant les ailes
et qui devant la main gambadeuse dessine
la blondeur de ton dos furtif, ô déesse.

A toi, éclair délié, scintillement,
sourire plus léger que ne sont les cheveux,
moqueuse et ineffable espièglerie.

La grâce de ta grâce est de te résister,
de courir, de voler, de te saisir et dessaisir.
A toi, je ne sais quoi de la Peinture.

(Rafaël Alberti)


Illustration: Gustav klimt

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Très doux très fort (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2015



die_venus_von_urbino

Qui regarde vraiment la femme est sans empreintes
Son ombre est sur la terre comme un coeur sans corps

Très doux très fort hors de la mort son coeur s’aère.

(Paul Eluard)

Illustration: Le Titien

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 5 Comments »

Aérez, aérez les mots! (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2015



 

Paul Fort

Aérez, aérez les mots!
qu’ils soient de ces flammes légères
dansant plus haut que les flambeaux.

(Paul Fort)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :