Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘affable’

L’autre amour – le même amour – (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



L’autre amour – le même amour –
la terre, l’arbre, l’oiseau
(Source invisible de tourterelles)
et le réveil à l’aube des lavandes,
le ciel affable, la gloire partagée.

Par quel chemin gagner ce centre de clarté
que les femmes aussi désignent
chemin profond, descente verticale,
le feu est là comme un coeur éclaté.

L’autre amour – le même amour …
Je t’ai cherché sous d’improbables pierres
et je brûlais de mes basses blessures.

Toute blessure approche la clarté.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA LUMIÈRE (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2018



Illustration: Daria Petrilli   
    
LA LUMIÈRE

Ouvrière rêveuse
mais comme effrayée
de sa beauté ardente
elle apporte la lampe lourde
ses épaules avenantes
frémissent d’être.
Quand elle aura placé
pour en être éclairée
la lumière à clarté soyeuse
ses cheveux ruisselleront
du chignon déroulé
tomberont les épingles
dans la nuit affable
sans vent ni neige
mais des insectes toujours forant.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AU BORD DE L’OCÉAN (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018




    
AU BORD DE L’OCÉAN

Il est de fait que parfois
l’enfant au crépuscule
entend la brise
frôlant des plantes épineuses
une mère affable et mourante
lui conte une histoire
sur la plage un lévrier
allonge son pas précieux
qui marque d’empreintes
un sable pur
dans l’atelier de planches
l’imprimeur inlassablement
avec soin compose
le décret futur.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un unique brin d’herbe (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2017



Un unique brin d’herbe,
dans le désordre du monde,
signe l’insondable Présence.
Une seule feuille, jaunie
par l’automne, rend affable
sa justice. Et le papillon
qui abandonne sa chrysalide
est l’image d’une autre vie.
Qui verra dans nos ténèbres
jaillir au sein du vide
et du désespoir, ce rayon
issu de l’âme en son tréfonds,
lorsqu’un autre la supplie ?

(Jean Mambrino)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »