Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘affaissé’

Le corps (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2018



Illustration: Arthur Nary
    
Le corps
ce vêtement trop porté
affaissé fripé
méconnaissable
le corps seul a changé
l’esprit ne vieillit pas

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si le matin ferme ses ambassades (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018



Illustration: Simone Lacour
    
si le matin ferme ses ambassades
tu sentiras soudain ta gorge lourde d’un cri vaste
trop tard pour ton souffle affaissé
on te hélera dans la rue pour te vendre
des secrets démonétisés
sur les cartes tu verras ici s’effacer
prends alors le silence de court
sois plus nu que ses glaciers si bleus
il criera pour toi son cri d’aurore

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: Entre Flèche et Cri
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lassitude (Louise Colet)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2017




    
Lassitude

Il est de ces longs jours d’indicible malaise
Où l’on voudrait dormir du lourd sommeil des morts ;
De ces heures d’angoisse où l’existence pèse
Sur l’âme et sur le corps :

Alors on cherche en vain une douce pensée,
Une image riante, un souvenir fécond ;
L’âme lutte un instant, puis retombe affaissée
Sous son ennui profond.

Alors tout ce qui charme et tout ce que l’on aime
Pour nos yeux dessillés n’a qu’un éclat trompeur ;
Et le bonheur rêvé, s’il vient, ne peut pas même
Vaincre notre torpeur.

(Louise Colet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :