Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘affilé’

Je crie (Josée Tripodi)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2019



Illustration: France Mondello
    
Je crie
J’écris

Mes mots n’y sont pour personne

Envolés
Bouquet fugace

Durs et affilés
Jetés comme des pierres
Dans les jardins stériles

Ils s’accrochent
Les uns derrière les autres
Wagons dépareillés

Ni en train
Ni en phrase

Comment écrire les cris

(Josée Tripodi)

Recueil: Le temps court plus vite que moi
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Furieusement (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2018



Illustration
    
Furieusement
Vire
Sur un reflet
Tombe
En ligne droite
Blancheur
Affilée
Monte
Le bec sanglant déjà
Sel épars
A peine ligne
Quand tombe
Droit
Ton regard
Sur cette page
Dissoute

(Octavio Paz)

 

Recueil: Versant Est
Traduction: Yesé Amory,Claude Esteban,Carmen Figueroa,Roger Munier,Jacques Roubaud
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Est-il étoile plus ouverte que le terme coquelicot ? (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2018



Crachent-ils fumée, feu, vapeur
les trois o des locomotives ?

Dans quel parler tombe la pluie
sur les villes de la douleur ?

Quelles syllabes harmonieuses
le vent marin répète à l’aube ?

Est-il étoile plus ouverte
que le terme coquelicot ?

Est-il deux crocs plus affilés
que les syllabes de chacal ?

(Pablo Neruda)


Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :