Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘affolé’

AUX LISIÈRES (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



AUX LISIÈRES

I

Nous avons longtemps cru qu’il nous suffisait
d’allonger le bras pour toucher le ciel
et tenir en laisse le vieil horizon

si longtemps qu’en nous le geste demeure
à la vue d’une femme à l’aube surprise
lavant dans ses larmes le jour et la nuit

que plus rien ne reste à la fin que l’ombre
pour raser de frais au fil de l’amour
nos corps effondrés dans la chambre avec

le ciel comme un bras sur le parquet nu

II

Amour, disais-tu. J’entendais lisières
genêts, passerelles. Tes yeux résistaient.
Ce n’était pourtant qu’un seuil à franchir.

Déborder le corps et qu’amour soit d’eau
vive, non comme ici lac où tournent tournent
poissons et noyés, le ciel, les nuages

les belles promesses. Reste, disais-tu.
Je voyais mourir les hommes aux barrières
battre comme un bleu crevé par l’orage.

leurs bras affolés leurs ailes d’Icare.

(Guy Goffette)

Illustration: Alberto Pancorbo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

UN RÊVE (William Blake)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2017




    
UN RÊVE

Une fois un rêve tissa une ombre
sur mon lit que gardent les anges :
Je vis une fourmi égarée
Sur le gazon où je me croyais étendu.

Affolée, angoissée, éperdue,
Prisonnière des feuilles d’herbe,
Harassée dans la nuit profonde,
Le coeur brisé, je l’entendis murmurer :

« Oh ! mes petits ! Vont-ils pleurer ?
Entendront-ils l’appel de leur père ?
Tantôt ils regardent partout, me cherchant,
Tantôt ils s’en retournent, me pleurant. »

Et moi, ému, je versai une larme ;
Mais j’aperçus un ver luisant
Qui répondit : « Quelle créature en détresse
Appelle le gardien de la nuit ?

Je suis là pour éclairer le sol,
Et tandis que le scarabée fait sa ronde
Suis maintenant son bourdonnement,
Petit vagabond, et reviens vite chez toi. »

***

A DREAM

Once a dream did weave a shade
O’er my Angel-guarded bed,
That an Emmet lost its way
Where on grass methought I lay.

Troubled, ‘wilder’d and folorn,
Dark, benighted, travel-worn,
Over many a tangled spray,
All heart-broke I heard her say:

`O my children! do they cry?
Do they hear their father sigh?
Now they look abroad to see,
Now return and weep for me.’

Pitying, I dropp’d a tear;
But I saw a glow-worm near,
Who replied: `What wailing wight
Calls the watchman of the night?

`I am set to light the ground,
While the beetle goes his round:
Follow now the beetle’s hum;
Little wanderer, hie thee home.’

(William Blake)

 

Recueil: Chants d’Innocence et d’Expérience
Traduction: Marie-Louise et Philippe Soupault
Editions: Quai Voltaire

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NAUSÉE OU C’EST LA MORT QUI VIENT ? (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2017



 

NAUSÉE OU C’EST LA MORT QUI VIENT ?

Rends-toi, mon coeur.
Nous avons assez lutté.
Et que ma vie s’arrête.
On n’a pas été des lâches,
On a fait ce qu’on a pu.

Oh! mon âme,
Tu pars ou tu restes,
Il faut te décider.
Ne me tâte pas ainsi les organes,
Tantôt avec attention, tantôt avec égarement,
Tu pars ou tu restes,
Il faut te décider.

Moi, je n’en peux plus.
Seigneurs de la Mort
Je ne vous ai ni blasphémés ni applaudis.
Ayez pitié de moi, voyageur déjà de tant de voyages sans valises,
Sans maître non plus, sans richesse et la gloire s’en fut ailleurs,
Vous êtes puissants assurément et drôles par-dessus tout,
Ayez pitié de cet homme affolé qui avant de franchir la barrière vous crie déjà son nom,
Prenez-le au vol,
Qu’il se fasse, s’il se peut, à vos tempéraments et à vos moeurs,
Et s’il vous plaît de l’aider, aidez-le, je vous prie.

(Henri Michaux)

Illustration: William Blake

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas de trêve (Max Alhau)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2017



    
Pas de trêve pour les hirondelles,
pour les primevères.
D’elles aussi nous sommes comptables
comme des aveux de la rivière
pour qui l’avenir n’a pas de nom,
pas de place définie.

Nous bivouaquons dans des camps abandonnés.
Nous nous signons avec le sable
et le dernier veilleur affolé par les songes
interroge de loin les choses
dont il a oublié le nom.
Il nous livre soudain la réponse :
nous ne sommes déjà plus là pour l’entendre

(Max Alhau)

 

Recueil: Présence de la Poésie
Editions: Editions des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon enfant nu (Luciole)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2017



Mon enfant nu

Quand tu t’enfuis sur un éclat de lune
Quand tu jongles avec les morceaux de ciel
Quand tu t’enivres d’effroi et d’extase
Je t’aime de ton cri silencieux
La poussière qui danse au soleil
Est ton scintillement d’étoiles
De ton regard affolé et muet
Je t’aime pour ce que tu es
Quand tu voyages dans l’immensité
Quand tu t’échappes pour rejoindre au ciel
L’enfant nu dont l’ange a omis
De clore à jamais la mémoire
Sur les mystères d’ailleurs
De poser son doigt sur sa lèvre
Mon enfant d’un monde perdu
Je t’aime dans les plis du vent
Mon enfant de sable et de sel
Sur ta peau brûlante
Assoiffée de tendresse
Goutte l’eau d’une caresse
Je t’aime mon enfant miroir
Mon enfant de soleil noir
Mon enfant de souffrance
Mon enfant des errances
Mon enfant des orages
Mon enfant courage
Je t’aime

(Luciole)

Découvert ici: https://petalesdecapucines.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Chanson pour la nommer (Luc Bérimont)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2017



Chanson pour la nommer

Elle est comme un puits de feuillage
Douce comme le flanc du vent
Affolée comme un feu flambant
Dérivante comme un nuage.

Elle est la sueur et la nage
Elle est le sable en plein midi
Une humide touffe de nuit
Prise entre la lune et minuit.

Elle est la belle et l’opportune,
L’indolente, le foin de mai
Et parmi ses cheveux défaits
La pluie fine sur l’églantier.

(Luc Bérimont)

Illustration: Michelle Paulet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Affolé par les fleurs (Chora)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2016




Affolé par les fleurs
Etonné par la lune
Ah! Le papillon !

(Chora)

Découvert chez Lara ici

Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Apporte-moi (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2015



 

Apporte-moi la plante qui nous mène
là où surgissent de blondes transparences
et s’évapore la vie telle une essence ;
apporte-moi le tournesol affolé de lumière

(Eugenio Montale)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Victor Wang

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :