Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘agenouillée’

SOIF (Siamanto)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2018



SOIF

Mon âme écoute le trépas du crépuscule
Agenouillée sur la terre lointaine de la souffrance
Mon âme boit les plaies de la terre et du crépuscule
Et ressent encore en elle la pluie de ses larmes…

Et les étoiles des vies entièrement massacrées
Si semblables à des yeux disparus
Ce soir dans les vasques de mon cœur
Attendent dans leur désespoir la réanimation.

Et les fantômes de tous les morts, cette nuit,
Vont attendre l’aube de mes yeux et de mon âme,
Afin que pour assouvir la soif de leur vie
Tombe peut-être d’en haut sur eux une goutte de lumière.

(Siamanto)

Découvert ici Poèmes arméniens

Illustration: Hovhannès Haroutiounian

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les pieds nus de ma poésie (Odilon-Jean Périer)

Posted by arbrealettres sur 26 septembre 2016




Les pieds nus de ma poésie
Ont peu de poids
Cherche la trace de ses pas
Sur cette eau tranquille
Comme un visage éclairé

Toute puissance agenouillée
Chanson matinale

Il brille
Une étoile toute nouvelle
Et la chanson la plus belle
Est celle que j’ai chantée
Pour accepter ces minutes
Où mon bonheur se décide

Où toute chose s’arrête

A la merci d’un beau vers

(Odilon-Jean Périer)

Illustration: Herbert James Draper

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CHEVALIERE (Luc Decaunes)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2016



Christiane Vleugels els [1280x768]

CHEVALIERE

Qu’elle soit seule
Ou qu’elle vienne du sommeil
Avec sa cour de monstres nostalgiques

Qu’elle surgisse de la mer
Dans l’applaudissement des vagues
Ou qu’elle imite les roseaux

Qu’elle apprivoise la chaleur
Au miroir de ses mains fidèles
Ou qu’elle mêle
A ses cheveux l’or pur de toutes les chansons

Froide ou brune
Frêle ou pure
La voici la seule la belle
Agenouillée à mes genoux tremblants
Reine de la mer princesse des neiges
Toutes les légendes à ses jeunes doigts.

Elle s’anime elle parle d’amour
Pourquoi ferait-elle mensonge
L’oiseau de sa gorge légère et ronde
Reconnaît le nid de mon coeur

Et je suis à ma place.

(Luc Decaunes)

Illustration: Christiane Vleugels

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :