Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Albane Gellé)’

Nous sommes l’enfant d’hier (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2020



Illustration
    
Nous sommes l’enfant d’hier
la morte de demain
nous sommes la mère
nous sommes la fille
les jours passent
nos yeux grandissent
nous voyons bien que tout change
nous choisissons enfin
de ne pas être une autre
que celle que nous sommes
vivante
irrécupérable.

(Albane Gellé)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: L’au-delà de nos âges
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous nous convertissons nous adhérons (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2020



Illustration: Ana Cruz
    
Nous nous convertissons
nous adhérons nous payons cher
nos violentes appartenances
nous barrons le passage
à la petite voix
celle-là dedans qui tambourine
des au secours à tout-va
nous flottons entre-deux
coupant les racines
et coupant les ailes
nous sommes nombreux
et nous sommes seuls.

(Albane Gellé)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: L’au-delà de nos âges
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous parcourons les âges (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2020



Illustration
    
Nous parcourons les âges
l’amour est du voyage
nous revêtons ses mues
pour le meilleur et pour le pire
serments crachés et puis rompus
nous alternons entre chaud froid
tunnels passés
nous remercions les crépuscules
sur le clocher un coq s’affole
girouette avec le vent du nord.

(Albane Gellé)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: L’au-delà de nos âges
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il a planté ses yeux dans les siens (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018



Illustration
    
il
a planté ses yeux dans les siens
même pas bleus. Souriante, elle
n’a rien dit, quand sur le sable
leurs quatre mains, ont tout recom
mencé.

(Albane Gellé)

 

Recueil: Je te nous aime
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Elle a commencé par enlever le couvercle (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018




    
elle
a commencé par enlever le cou
vercle et puis tout doucement elle
est sortie de son bocal.

(Albane Gellé)

 

Recueil: Je te nous aime
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Elle quand un mur arrive (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018




    
elle
quand un mur arrive devant ses
yeux, reste en face c’est décidé.
Longer avait peur des portes.

(Albane Gellé)

 

Recueil: Je te nous aime
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle s’énerve (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018



 


    
elle
s’énerve contre les mouches sur les
yeux des chevaux et contre au
moins neuf cent dix mille autres
choses.

(Albane Gellé)

 

Recueil: Je te nous aime
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Il pour elle (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018



Illustration : Sandrine Genet
    
il
pour elle n’est plus un il. Il est
ce tu auquel elle je m’adresse
désormais.

(Albane Gellé)

 

Recueil: Je te nous aime
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Tu parles mon silence (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2018



Illustration
    
tu
parles mon silence tous mes éner-
vements tu sais mes impatiences au
bout de la fatigue je ne me défends
plus j’entre dans notre langue long-
temps je te nous aime.

(Albane Gellé)

 

Recueil: Je te nous aime
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une femme… (Albane Gellé)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



Une femme…

une femme elle reste à la fenêtre
elle ne se jette pas par-dessus bord
elle n’ouvre pas
elle regarde la vitre
ou quelque chose dehors derrière la vitre
on n’en sait rien
elle ne dit rien de ce qu’elle voit
est-ce qu’elle voit seulement
et puis son front il est collé
ça fait de la buée sur cette vitre
qui la sépare du monde…

(Albane Gellé)


Illustration: Zhaoming Wu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :