Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Alex Abouladzé)’

Cercles de pluie sur la mer (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018




Instant

Eternités

Cercles de pluie sur la mer

(Alex Abouladzé)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Voilà (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2018



Dire
dire pourtant
enfin dire
le mot que dit toujours
tout être qui se tait
Et se taire
impossiblement
Voilà

(Alex Abouladzé)


Illustration: Séraphine Louis de Senlis

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Instant (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017



 

mer pluie [1280x768]

Instant
Eternités
Cercles de pluie sur la mer

(Alex Abouladzé)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Dire (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2017



Jean Bailly (15)
Dire

dire pourtant
enfin dire
le mot que dit toujours
tout être qui se tait
Et se taire
impossiblement
Voilà

(Alex Abouladzé)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Jean Bailly

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Ayez la nuit des temps pour demeure (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2016



Nuit-de-printemps

Ayez
la nuit des temps pour demeure
Et qu’elle soit en vous-mêmes
le sentiment d’errer

(Alex Abouladzé)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Passez passez passez ha passants (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2016



 

Carlo Carra sortie du théâtre 5 [1280x768]

Passez passez passez ha passants

Passez passez passez ha passants de la nuit
passeurs vers l’autre rive où commence la mer

tous vos pas dans mon sang
tous vos pas font un bruit d’écluse qui se rompt
de marée de matière
d’écluse qui se rompt de marée de matière

passez comme vous passiez sans un mot sous la pluie
pour découvrir le feu capturer la lumière

C’est pour vous que je dis

Passants arrêtés tout au bout de la pluie
brûlant vos yeux ouverts aux plus froides lueurs

Vos visions dans mes yeux
vos visions prennent vie et battements d’enclume
jusqu’à la douleur
et battement d’enclume jusqu’à la douleur

arrêtez-vous encore regardez par ici
pour éclairer ce jour de la nuit des veilleurs

C’est pour vous que je dis

Passants passants tombés pour avoir tant dit
que la mémoire est morte avant le mot d’amour

vos silences dans ma voix
vos silences sont écrits sont signés de ces mots

ces mots pour revêtir la mort de la lumière.

(Alex Abouladzé)

Illustration: Carlo Carra

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mémoire (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2016



 

Kris Galli 256

Mémoire

Quelqu’un qui pleure et se lamente
de fontaine en fontaine

vient s’asseoir à ma porte
chaque fois que je pense
aux cloches de midi qui sonnaient sur Sochaux

aux cloches de midi qui sonnaient sur Sochaux

Je passais ce jour-là dans la ville
et mon ombre parlait

parlait parlait de l’ombre et parlait
d’autre chose qui n’avait pas de nom
mais semblait ressemblait à moi-même
passant toujours parlant

en proie à la clameur des cloches de midi
qui sonnaient sur Sochaux

Les cloches de midi résonnent sur Sochaux

Quelqu’un qui va cherchant son nom
par les quais par les ponts

passe le pas de ma porte
chaque fois que je pense
aux ruelles égarées sous le ciel de Romans

aux ruelles égarées sous le ciel de Romans

Je m’arrêtais alors au delta des ruelles
au-delà des ruelles de Romans et j’écoutais
mon ombre

on venait en silence dans l’ombre quelqu’un
venait venait venait sans dire une parole
il parlait dans moi-même arrêté me taisant

en proie au soleil noir des ruelles égarées
sous le ciel de Romans

Les ruelles s’égarent sous le ciel de Romans

Quelqu’un qui vient pour demander parole
au temps présent

prend ma place où je suis
chaque fois que je pense
au passage impossible sur la rive de ce temps

au passage impossible sur la troisième rive

Je demeure maintenant à mi-chemin de tout
disant toujours vivant l’ombre qui me dévore

ne laissant que ma voix pour dire
qu’elle me dévore

me dévore et pour dire son nom
et son nom c’est moi-même quelqu’un
qui va cherchant son nom
son nom son nom sans nom

en proie à la clameur des cloches de midi
en proie au soleil noir des ruelles égarées
à Sochaux à Romans et dans cette ville-ci

Passer est impossible sur la rive de ce temps
parler est-il possible

(Alex Abouladzé)

Illustration: Kris Galli

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La même histoire (Alex Abouladzé)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2016



Igor Morski j
La même histoire

Il n’y a pas de mot pour dire
la clameur qui remonte des ports et des chantiers
et des cités du monde partout dans la nuit blanche

la clameur lancinante qui remonte du silence
pas de mot pour la dire

Et pas de mot encore pour dire
l’histoire sans fin de tous les jours
de toutes les nuits
à regarder venir ce qui ne vient jamais
qu’à la fin de l’histoire et l’histoire est sans fin

et l’histoire est sans fin

Oui c’est toujours recommencer cette route au hasard
un café le matin la caillure des machines
passer et repasser de ces mots mêmes mots
sur la meule des heures et plus tard dans sa vie
tout au bout s’endormir
comme une bête immobile et qui rêve en dormant

toujours oui c’est recommencer

Mais c’est toujours la même histoire
qu’on raconte pourtant qu’on écrit sur les murs
et le sable dans la poussière des vitres
aussitôt effacée recommencée déjà on peut lire
on peut voir
la question redoutable des hommes sans sommeil
la question sur la suite impossible des jours

oui c’est toujours la même histoire

La même histoire de houle sur les gouffres
quand le mot ne vaut plus qu’écrit avec son sang
même histoire est se taire
la gueule vitriolée pour toute l’absurdité

Et qu’est-ce que je fais là
penché sur ce papier
penché sur les lambeaux d’un grand verbe éclaté
penché jusqu’à tomber jusqu’à

mais qu’est-ce que je fais là

(Alex Abouladzé)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Igor Morski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :