Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘alliance’

L’alliance (Christian Viguié)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2019



L’alliance

Le jeu des distances
de l’arbre à la chaise
du soleil couchant
à la gloire de l’ortie
tu l’éprouves et le recomposes
comme si l’alliance était
de surprendre
un peu d’éternité.

(Christian Viguié)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chaque mot que j’écris (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Chaque mot que j’écris me restitue à l’absence par laquelle j’écris
ce que je n’écrirais pas si je te laissais venir ici.

Je m’en tiens au poème.
Le poème me porte aux confins, loin des maisons des vivants.
Et par où irai-je quand je partirai sans revenir ?

Et nul ne comprend.
Toute ma vie t’attend.
Et cependant je cherche la nuit du poème.
Je pense seulement à ton corps mais je refais le corps de mon poème
comme on tente de se soigner une blessure.

Et nul ne me comprend.
Je sais que la vie, que l’amour, doivent changer.
Ceci que dit mon masque sur l’animal que je suis, suggère péniblement une alliance entre les mots et les ombres.
D’où dérive un état de terreur qui nie l’ordre des humains.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ALLIANCE (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2018



Illustration: F.A. Moore
    
ALLIANCE

Elle s’abandonne dans la trêve engendrée par la nuit.
Au dedans d’elle tout fait l’amour.

Alliance entre ce qui est contemplé et sa contemplation.
Joie de transgresser, imploration de points vivants de référence
et de la réalité totale perceptible en un instant qui est tous les instants.

Elle s’abandonne à une pensée démesurée
et à l’envoûtement par un espace défini :
un lieu qui oeuvre comme appel.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOEURS ENNEMIES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2018



 

soeurs ennemies

SOEURS ENNEMIES

La femme à la langue vitrifiée
lasse d’égrener l’exil

La femme à la langue scellée
lasse d’annoncer les ghettos
Surprennent dans l’oeil de leurs fils
l’aiguillon de la haine
et les fièvres du talion

Pourtant
dans la sagesse de leur sang millénaire
dans l’assurance d’un sang pour vivre
dans les promesses d’un sang d’avenir
S’ébranle le fleuve des alliances
Se modèle la barque qui portera
tous leurs enfants.

Dans le silence d’elles-mêmes
A l’écoute d’un même sang
où s’abreuvent mêmes racines

Elles vont elles iront
dans le futur qu’elles portent
Ces femmes des deux frontières
au présent martelé.

(Andrée Chedid)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES LITANIES DE LA SOLITUDE (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018




LES LITANIES DE LA SOLITUDE

O fille de l’orgueil et mère de la force,
Maitresse-vierge dont la voix est le silence,

O Palais des miroirs où se confronte l’âme,
Tour d’ivoire où les nuits même sont translucides,

Trône de la sagesse, Arche où font alliance
Les souvenirs fanés et les espoirs vivaces,

Etoile des matins et des molles vesprées
Qui luis, guidant cerveaux et coeurs comme des voiles,

Porte du ciel promis aux prunelles voyantes,
Firmament constellé des désirs et des rêves,

Vase spirituel et cassolette ardente
Où brûlent les parfums des plus rares pensées,

Rose mystique ouverte aux âmes idéales,
Grenade mûre offerte aux chairs passionnelles,

Festin où les esprits prédestinés s’enivrent
Jusqu’à trouver toute clarté dans leur ivresse,

Manne apaisante aux faims de Jésus et d’Orphée,
Vin qui fais les héros, Pain qui nourris les vierges,

Refuge des pécheurs, douce Consolatrice
Des affligés, Salut des infirmes, Viatique

Pour les marcheurs lassés par nos époques lourdes,
Fleuve d’oubli où les oublis mêmes s’oublient,

Soleil sur les glaciers de nos amours défuntes,
Pluie d’or sur les déserts de nos amitiés mortes,

Reine des saints et des martyrs et des poètes,
Reine des vraiment rois, reine des vraiment reines,

O Colombe, ô Vautour, inlassable couveuse
Des germes du génie humain et de ses fièvres,

Toi, la seule par qui les hommes
Trouvent l’entendement des célestes silences,

Accueille-nous, accueille-nous, ô Solitude !

(Pascal Bonetti)

Illustration: Tatiana Yushmanova

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE GRAND MIROIR (Edmond Vandercammen)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



Andrew Wyeth  Turkey Pond [800x600]

LE GRAND MIROIR

La nuit laisse quand même au jour
L’espace de son grand miroir
Pour que les hommes s’y regardent
Du seul côté de leur bonheur.
Alors la face des vivants
Se reconnaît aux épousailles,
Aux formes des nativités,
A la tendresse de haut rang
Dont la couleur est végétale.
Et la campagne ainsi louée
Prend son éclat sacramentel,
Toute splendeur restituée
Aux alliances de la terre.
Belle clarté qui va son amble
Comme un poème sans nuage
Avance au pas de son rêveur ;
Belle clarté où s’établit
La certitude solidaire
D’être l’homme quotidien
Qui fait son plein de poésie
En abordant un grand miroir.

(Edmond Vandercammen)

Illustration: Andrew Wyeth

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Arbres d’hiver (Sylvia Plath)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2018



Arbres d’hiver

Les lavis bleus de l’aube se diluent doucement.
Posé sur son buvard de brume
Chaque arbre est un dessin d’herbier –
Mémoire accroissant cercle à cercle
Une série d’alliances.

(Sylvia Plath)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

La bague brisée (Joseph von Eichendorff)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2018




    

La bague brisée

au fond d’une vallée
la roue d’un moulin tourne
mon amour habitait là
aujourd’hui où est-elle

elle m’avait donné sa foi
avec cette alliance
elle m’a trompé
la bague est brisée

qu’est-ce que je peux faire
musicien ambulant
chanter mes airs
de maison en maison

ou bien cavalier
plonger dans la bataille
bivouaquer
coucher dans l’ombre

la roue du moulin
tourne et je perds la tête
le mieux c’est de mourir
que tout s’arrête

***

Das zerbrochene Ringlein

In einem kühlen Grunde
Da geht ein Mühlenrad,
Mein Liebste ist verschwunden,
Die dort gewohnet hat.

Sie hat mir Treu versprochen,
Gab mir ein’n Ring dabei,
Sie hat die Treu gebrochen,
Mein Ringlein sprang entzwei.

Ich möcht als Spielmann reisen
Weit in die Welt hinaus,
Und Bingen meine Weisen,
Und gehn von Haus zu Haus.

Ich möcht als Reiter fliegen
Wohl in die blut’ge Schlacht,
Um stille Feuer liegen
Im Feld bei dunkler Nacht.

Hör ich das Mühlrad gehen :
Ich weiß nicht, was ich will —
Ich möcht am liebsten sterben,
Da wär’s auf einmal still !

(Joseph von Eichendorff)

 

Recueil: Poèmes de l’étrange départ
Traduction: Philippe Marty
Editions: Grèges

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La terre est bleue (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2017


Terre

 

La terre est bleue comme une orange
Jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
Les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets tous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
À la croire toute nue.

Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du cou
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.

Oeil de sourd
Faites mon portait.
Il se modifiera pour remplir tous les vides.
Faites mon portrait sans bruit, seul le silence,
A moins que – s’il – sauf – excepté –
Je ne vous entends pas.

Il s’agit, il ne s’agit plus.
Je voudrais ressembler –
Fâcheuse coïncidence, entre autres grandes affaires.
Sans fatigue, têtes nouées
Aux mains de mon activité.

(Paul Eluard)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

De sa grande amie (Clément Marot)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017




De sa grande amie

Dedans Paris, ville jolie,
Un jour, passant mélancolie,
Je pris alliance nouvelle
À la plus gaie damoiselle
Qui soit d’ici en Italie.

D’honnêteté elle est saisie,
Et crois, selon ma fantaisie,
Qu’il n’en est guère de plus belle
Dedans Paris.

Je ne vous la nommerai mie,
Sinon que c’est ma grand amie;
Car l’alliance se fit telle
Par un doux baiser que j’eus d’elle,
Sans penser aucune infamie,
Dedans Paris.

(Clément Marot)

Illustration: Robert Doisneau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :