Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘aloès’

Amen (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2017



 

Les murs ne tombent pas
[25]

Amen,
seulement maintenant,

ma coquille-coeur
se brise et s’ouvre,

bien qu’il y a longtemps, le phénix,
ton oiseau benou

laissât tomber une graine,
comme de cire brûlante ;

il y eut fragrance, encens brûlé,
myrte, aloès, cèdre ;

le Royaume est un Arbre
dont les racines lient la bogue-coeur

à la terre,
après que l’ultime graine,

logée dans le noyau-coeur,
a pris sa nourriture.

***

Amen,
only just now,

my heart-shell
breaks open,

though long ago, the phoenix,
your bennu bird

dropped a grain,
as of scalding wax;

there was fragrance, burnt incense,
myrtle, aloes, cedar;

the Kingdom is a Tree
whose roots bind the heart-husk

to earth,
after the ultimate grain,

lodged in the heart-core,
has taken its nourishment.

(Hilda Doolittle)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE POT DE FLEURS (Théophile Gautier)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



LE POT DE FLEURS

Parfois un enfant trouve une petite graine,
Et tout d’abord, charmé de ses vives couleurs,
Pour la planter il prend un pot de porcelaine
Orné de dragons bleus et de bizarres fleurs.

Il s’en va. La racine en couleuvres s’allonge,
Sort de terre, fleurit et devient arbrisseau;
Chaque jour, plus avant, son pied chevelu plonge,
Tant qu’il fasse éclater le ventre du vaisseau.

L’enfant revient: surpris, il voit la plante grasse
Sur les débris du pot brandir ses verts poignards;
Il la veut arracher, mais la tige est tenace;
Il s’obstine, et ses doigts s’ensanglantent aux dards.

Ainsi germa l’amour dans mon âme surprise;
Je croyais ne semer qu’une fleur de printemps
C’est un grand aloès dont la racine brise
Le pot de porcelaine aux dessins éclatants.

(Théophile Gautier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOLITUDE (Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2017



SOLITUDE

Je me suis réveillé sous l’azur de l’absence
Dans l’immense midi de la mélancolie.
L’ortie des murs croulants boit le soleil des morts.
Silence.

Où m’avez-vous conduit, Mère aveugle, ô ma vie ?
Dans quel enfer du souvenir où l’herbe pense,
Où l’océan des temps cherche à tâtons ses bords ?
Silence.

Echo du précipice, appelle-moi ! Démence,
Trempe tes jaunes fleurs dans la source où je bois,
Mais que les jours passés se détachent de moi !
Silence.

Vous qui m’avez créé, vous qui m’avez frappé,
Vous vers qui l’aloès, coeur des gouffres, s’élance,
Père ! à vos pieds meurtris trouverai-je la paix?
Silence.

(Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fleur séculaire (José-Maria de Hérédia)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2016



Sur le roc calciné de la dernière rampe
Où le flux volcanique autrefois s’est tari,
La graine que le vent au haut Gualatieri
Sema, germe, s’accroche et, frêle plante, rampe.

Elle grandit. En l’ombre où sa racine trempe,
Son tronc, buvant la flamme obscure, s’est nourri ;
Et les soleils d’un siècle ont longuement mûri
Le bouton colossal qui fait ployer sa hampe.

Enfin, dans l’air brillant et qu’il embrase encor,
Sous le pistil géant qui s’érige, il éclate,
Et l’étamine lance au loin le pollen d’or ;

Et le grand aloès à la fleur écarlate,
Pour l’hymen ignoré qu’a rêvé son amour,
Ayant vécu cent ans, n’a fleuri qu’un seul jour.

(José-Maria de Hérédia)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

ALOES (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2016



 

aloès i

ALOES

DANS la muette survivance
D’un aloès, mille serpents
Tentent de mordre le silence
Où, dans ce désert, tu m’entends.

(Louis Emié)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Non loin de Manamar (Jacques Rabemananjara)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2015




Non loin de Manamar, face aux échalas de l’aurore,
dans ce champ d’aloès où s’ébrouait jadis le phacochère de lunes mortes
un cocotier géant protège de son ombre embaumée aux ylangs
le bleu de mon enfance où se mêlait déjà la nuance de ton haleine.

(Jacques Rabemananjara)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le jardin clos de ma soeur (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2015




Le jardin clos de ma soeur
est un verger retiré
et l’on n’y voit point descendre
l’eau de roche bien scellée.
Mon verger brille de fruits
pleins de suc, de fruits dorés,
Mon verger ruisselle d’eaux
chantonnantes, pures, vives.
L’aloès, le cinnamome
et le nard sont lourds d’odeur.
Vienne à souffler l’aquilon —
La pluie en est embaumée.

(Alexandre Pouchkine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :