Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘alourdir’

Si tu as touché mon corps (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2019



 

Lauri Blank -    (1)

Si tu as touché mon corps
draine dans tes doigts beaucoup de lumière
ne t’en va pas avec le désir
alourdissant tes reins comme une obsession de plomb
si tu as touché mon corps
éteins tes prunelles et laisse vierge le silence

celles qui sont parties sans rien dire
avec leurs mains chaudes et humides
ont eu autre chose que mon sourire

(Guy Lévis Mano)

Illustration: Lauri Blank

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE VILLAGE (Roland Brachetto)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2018



LE VILLAGE

Le village quadrille le soleil
damier de soufre et de salpêtre
pêcherie des souffrances tues

Le long apprentissage à n’être rien
en nos veines descend monacale brûlure
et l’orgueil se consume
et chaque ombre ferme son poing
sur un vacillement de vie
telle une lampe à jamais sous le vent
s’enferme en sa fragilité

Ô ces longs regards sous la pierre
qu’ouvre tout grand la lourde obscurité
toujours prompte à peser dans les choses
L’absence d’espérer alourdit les paupières
jusqu’au nocturne poids du végétal

Amère finitude
qui restreint l’âme à la chair
la chair à la faim la faim à la nuit

(Roland Brachetto)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Joyeuse (Jean Pérol)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2018




    
Joyeuse

Souviens-toi de septembre La saveur des sourires
alourdissait nos jours comme aucun fruit les branches
cet automne où soudain le verbe désunir
disparut sous la joie comme sous l’avalanche

Moi je fermais les yeux ce jour dont je te parle
de nuit je descendais les escaliers secrets
de ton corps et j’entendais dans la haute salle
de ton coeur des femmes surprises qui riaient.

(Jean Pérol)

 

Recueil: Poésie I (1953-1978)
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le chardon mauve (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



Le chardon mauve

dans l’heure grise
la brume
alourdit un bruit lointain de pas
les objets
se carrent dans l’oubli
à ras de terre
un chardon capte seul
de quoi rester mauve

(Hédi Kaddour)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne passez pas le temps à mentir à la mort (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2018



 

Antoine Wiertz   Deux-jeunes-filles-La-Belle-Rosine-1847-Antoine-Wiertz

Ne passez pas le temps à mentir à la mort
c’est un jeu décevant
Ne passez pas vos jours à vous passer de vie
Ne passez pas l’amour à vous passer de temps
Ne passez pas le temps à attendre la nuit
ni les neiges d’antan
Car votre mort en vous se moque de vos pièges
et se glisse au serré du plus tendre baiser
remonte à la surface et plus vive que liège
plus souple que l’osier
s’empare de ce coeur qui se croyait léger
l’alourdit le surprend le presse et le défait
et fait de ce vivant de vivre soulagé
un mort très stupéfait.

(Claude Roy)

Illustration: Antoine Wiertz 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Nuit d’exil (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2017



Ainsi je fus, dans cette nuit d’exil,
prison et prisonnier et lueur à la fissure,
indéchiffrable signe en moi-même gravé,

exilé dans mon corps, dans ce fuseau de pierre,
oisif et prisonnier de lianes et de nerfs,
aveugle, traversant une secrète nuit

de bêtes enlacées, d’insectes et de dards,
où s’effrite la pierre, où s’usent le regard
et la bouche et le coeur à des limes funèbres,

m’alourdissant de tous mes songes, terrassé
par des meutes sorties de l’eau, dont les abois
cernaient, traquaient les gestes et les voix.

Je poursuivais un souvenir de branche
et de neige, un souvenir d’oiseau volant bas
dans le silence pourpre d un ciel pulmonaire,

sur un rivage où neige, branche, oiseau
n’étaient que l’ombre exsangue et plus lointaine
d’une beauté violente en fuite sur les eaux.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PLAISIR D’UNE NUIT D’ÉTÉ (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2017



Shizuo Ashikaga Fauvette D

PLAISIR D’UNE NUIT D’ÉTÉ

Nous nous éloignons de la montagne bleue, et la lune nous suit.
La rosée alourdit nos manches.
Nous nous retournons
afin d’évaluer la distance que nous avons parcourue,
mais une brume blanchâtre noie la campagne.

La main dans la main,
nous voici devant la barrière de la rustique demeure
où des amis nous attendent.

A présent, nous cheminons dans un sentier bordé de bambous
qui nous frôlent au passage.

Nous sommes tous réunis. Quel bonheur!
On me verse du vin parfumé.
Je chante la Chanson du Vent dans les Pins.
Les rossignols, les grenouilles et les insectes chantent aussi.

(La Flûte de Jade)

 Illustration: Shizuo Ashikaga 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

HYMNE A LA PITIE (Giuseppe Ungaretti)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2016



 

HYMNE A LA PITIE

Je suis un homme blessé.

J’aurais besoin de m’enfuir
là, où tu écoutes
Pitié, l’homme seul.

Je n’ai qu’orgueil et que bonté.

*

Je vis en exil chez les hommes,
et d’eux seuls je suis en souci.

Suis-je indigne d’entrer en moi ?

*

J’ai peuplé de noms le silence,
j’ai dépecé coeur et esprit
pour m’enchaîner aux mots

Et je règne sur les fantômes.

*

Feuilles sèches, âme qui s’en va
de-ci de-là…
Non, je hais le vent, et sa voix
de bête immémoriale.

*

0 mon Dieu, tous ceux qui t’implorent
ne connaissent plus que ton nom.

Toi qui m’as chassé de la vie,
me chasseras-tu de la mort ?

L’homme n’est-il même plus
digne d’espérer ?

Périsse le monde, si tu te penches
au balcon bleu du paradis.

*

Tarie la source du remords ?

Qu’importe le péché, s’il ne mène
A la pureté.

*

La chair se rappelle à peine
qu’elle était forte jadis,
la vieille âme est vague et folle.

Dieu, regarde notre faiblesse.

*

Nous voulons quelque certitude.

Tu ne ris même plus de nous ?

Et plains-nous donc, cruauté,
nous voulons souffrir et chanter.

*

Je n’en peux plus, d’être muré
dans un désir sans amour.

Montre-nous donc quelques traces
de justice.

Où sont les lois ? quelle est ta loi ?
Et foudroie nos pauvres émois.

*

Accorde-moi le silence,
délivre-moi de l’inquiétude.

Je suis las de chanter sans voix.

Veux-tu m’apprendre à prier.

*

Et toi, chair mélancolique
où jadis pullulait la joie,
OEil mi-clos de l’éveil las,
rêves-tu, âme trop mûre,
d’un nid de terre ?

*

Le chemin des morts est en nous.

Nous sommes le fleuve des ombres.

Elles sont le grain qui éclate dans nos rêves,

elles ont la légèreté des vues lointaines.

La seule distance qui nous reste nous vient d’elles.

Leur ombre alourdit nos mots.

*

Ne pouvons-nous espérer
qu’amas d’ombre ?

N’es-tu qu’un songe,
Dieu ?

Ma démence
plus claire l’enfante.

Il ne tremble pas au fil des paupières
comme les moineaux surgis
du secret des branches.

Il demeure et languit en nous,
plaie mystérieuse.

*
Nous perçons le réel
d’un fil de lumière
de plus en plus subtil.

Ne sais-tu plus éblouir
sans tuer ?

Alors donne-nous
cette joie suprême.

*

Ame, pauvre âme, chair encore vorace
sous le tourment oblique…

Homme, morne univers,
tu crois élargir ton domaine
et sans cesse tes mains ne produisent
que bornes.

*

Suspendue sur l’abîme
à un fil toujours plus frêle,
elle ne craint tour à tour
et ne charme,
âme bercée, âme perdue,
que son cri.

Pour réparer l’usure,
nous dressons des tombeaux,
et pour te penser, Eternel,
nous n’avons que blasphèmes.

(Giuseppe Ungaretti)

Illustration: Gilbert Garcin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur les bords du sommeil (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2016



Sur les bords du sommeil
et me plaisant dormir,
ô bonheur d’être
proche de rien,
sans nul rêve qui l’alourdirait.

(André Frénaud)

Illustration: Giuseppe Antonio Petrini

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne plus jamais écrire de poèmes sur les papillons (Hamid Tibouchi)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2015



Ne plus jamais écrire de poèmes
sur les papillons
ne plus les alourdir
de mots inutiles

(Hamid Tibouchi)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :