Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘altitude’

J’étais une ruche (René Char)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2018


ruche1

J’étais une ruche
qui s’envolait aux sources de l’altitude
avec tout son miel
et toutes ses abeilles.

(René Char)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Qui sommes-nous ? (Zéno Bianu)(André Velter)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2017




    
Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous vraiment, au plus intime de notre vacillement
Des grains d’étoiles jetés à l’orée du sens et du non-sens ?
De la poussière d’anciennes lunes en éclipse ?
Des copeaux de mémoires qui saignent ?
Des veilleurs aussi silencieux qu’intarissables ?
Des décrypteurs pulsant une même intensité d’altitude ?
Des voltigeurs d’extase ?

Pour celui qui n’a de cesse de recomposer son propre puzzle
en le tendant vers l’infini
le « qui suis-je » n’est plus une simple question,
mais un état, une implosion créatrice, une profession de foi.

Qui suis-je ?

Rien d’autre que le murmure polyphonique de cela.
Une onde en quête de droitures essentielles.

(Zéno Bianu)(André Velter)

 

Recueil: Prendre feu
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES POUVOIRS DE L’AMOUR (X) (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    
LES POUVOIRS DE L’AMOUR (X)

Enfermé dans un horizon sans altitude,
je n’ai devant moi que chemins en fuite
vers un lointain de plus en plus illisible,
de plus en plus tourné sur ton absence.

J’attends en vain que vienne à ma rencontre
un arbre qui marcherait sur ses racines,
mais c’est à peine s’il me fait signe
en remuant un bras d’où quelques feuilles tombent.

Les fleurs sourient d’une façon si banale
qu’il me tarde quand je reviens à la nature
de la quitter pour la ville où je suis sûr
qu’un seul de tes baisers me bouleversera jusqu’à la moelle.

Il reste les couchants dont je ne puis me déprendre
parce qu’ils ont brillé au-dessus de mon enfance
comme mille mains levées sur un navire en partance
pour un pays que tu es seule à savoir me rendre.

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai peur de l’altitude (Abbas Kiarostami)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2017



 

Kathryn Jacobi 13

j’ai peur de l’altitude
je suis tombé de haut
j’ai peur du feu
je me suis brûlé plusieurs fois
j’ai peur de la séparation
j’en ai souffert ô combien
je ne redoute pas la mort
je ne suis jamais mort
pas même une fois

(Abbas Kiarostami)

Illustration: Kathryn Jacobi

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faut laisser les choses pour ce qu’elles sont (Etty Hillesum)

Posted by arbrealettres sur 25 février 2017



 

 

Il faut laisser les choses pour ce qu’elles sont,
au lieu de vouloir les hisser à des altitudes impossibles
et c’est en les laissant être ce qu’elles sont
qu’on leur permet de déployer enfin leur valeur véritable.

(Etty Hillesum)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

A l’affût de leurs jeunes années (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2017



champs-de-fleurs-800x600

 

A l’affût de leurs jeunes années
l’un évoquait une gare ancienne
aux moineaux polyglottes
aveuglés de verrières
Un autre une fête et ses danses folles
à prendre par la taille
Un autre encore disait n’aimer que les fleurs
poussant à l’altitude des abeilles
et le rire des enfants
dans la musique de leur âge

(Georges Bonnet)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Incommensurable (Hannah Arendt)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2016



Incommensurable, l’étendue, juste,
quand nous nous apprêtons à mesurer,
ce dont notre coeur avait ici pour mission de s’emparer.

Insondable, la profondeur, juste,
quand, approfondissant, nous sondons,
ce qui, dans notre chute, nous accueille comme fond.

Inaccessible, l’altitude, juste,
quand nos yeux s’épuisent à scruter
ce qui, flamme devenu, s’élève au-dessus du firmament.

Inévitable, la mort, juste,
quand, assoiffés d’avenir,
nous ne supportons pas le pur continu d’un instant.

***

Unermessbar, Weite, nur,
wenn wir zu messen trachten,
was zu fassen unser Herz hier ward bestellt.

Unergründlich, Tiefe, nur,
wenn wir ergründend loten,
was uns Fallende als Grund empfángt.

Unerreichbar, Höhe, nur,
wenn unsere Augen mühsam absehn,
was als Flamme übersteigt das Firmament.

Unentrinnbar, Tod, nur,
wenn wir zukunftsgierig
eines Augenblickes reines Bleiben nicht ertragen.

(Hannah Arendt)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En altitude rien ne blesse la lumière (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2016



En altitude rien ne blesse la lumière
La haine s’épuise dans les glaciers
Le chemin connaît l’odeur du roc
L’abîme a le réveil sonore

[…]

(André Velter)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sacrifice (George William Russell)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2016



Sacrifice

Ces errants aux pas délicats,
Le vent, l’étoile, le nuage
Depuis toujours avant mes yeux
Se prosternaient face à l’autel
Où la lumière et les nuées
Sont offertes en sacrifice.

Je vois s’élever les offrandes,
Monter l’écharpe d’arc-en-ciel,
Le pur cristal, l’or et l’azur
Voler vers le pays du rêve,
Et au milieu du sacrifice
Dieu se mouvoir comme jadis.

Dans les miracles de ce feu
Il symbolise Sa Venue,
Dans les rêves de ce cristal
Il révèle quels purs chemins
Conduisent au désir de l’âme
Le silence des altitudes.

***

Sacrifice

Those delicate wanderers,
The wind, the star, the cloud,
Ever before mine eyes,
As to an altar bowed,
Light and dew-laden airs
Offer in sacrifice.

The offerings arise:
Hazes of rainbow light,
Pure crystal, blue, and gold,
Through dreamland take their flight;
And ‘mid the sacrifice
God moveth as of old.

In miracles of fire
He symbols forth his days;
In gleams of crystal light
Reveals what pure pathways
Lead to the soul’s desire,
The silence of the height.

(George William Russell)

Illustration: Marc Chagall

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ÉTAT DE GRACE (Louis Emié)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2016



 

Rockwell Kent b5 [1280x768]

L’ÉTAT DE GRACE

JE t’avais donné ma lumière
Pour l’adorer dans ton regard;
Ta forme était ma prisonnière,
Ton apparence, mon hasard.

Pour délivrer ta ressemblance
De ses invisibles réseaux,
Je retrouvais sa transparence
Dans le coeur multiple des eaux.

J’avais la flamme pour te dire
Quelle aurore brûlait en toi;
Dans cet insaisissable empire,
J’étais la promesse et la loi.

Je m’égarais dans ta parole,
Je me découvrais dans le vent
De ta présence, et ta corolle
S’entrouvrait pour boire mon chant.

Si je m’endormais sur le sable,
Je rêvais d’un autre désert
Et d’une étoile impérissable :
Ma nuit, c’était toute ta chair.

Pain du silence qu’on partage
Autour d’un seul nom murmuré,
Je n’avais pour toi qu’un langage,
— Celui de toi-même ignoré.

Qui mêlait au mien ton souci,
C’était, sur une autre altitude,
La même bouche, un même cri;

C’était l’incorruptible échange
Dans l’innocence et dans l’amour
Du matin, lorsqu’une aile d’ange
Éveillait la blancheur du jour…

— Je n’ai plus rien sur cette terre
Qui tourne encore autour de toi
Que la fuite dans son mystère
D’une ombre qui n’est plus à moi…

(Louis Emié)

Illustration: Rockwell Kent

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :