Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Amado Nervo)’

Remplis ta vie d’amour (Amado Nervo)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2017



Remplis ta vie d’amour

Toujours, quand il y a un vide dans ta vie

Remplis-le d’amour
Adolescent, jeune, vieux
toujours, quand il y a un vide dans ta vie

Remplis-le d’amour.
Ne pense pas « je souffrirai »
Ne pense pas « je me tromperai »
Va simplement, allégrement, à la recherche de l’amour
Cherche à aimer comme tu peux,

à aimer tout ce que tu peux
aime toujours.
Ne te préoccupe pas de la fidélité de ton amour.
Il porte en lui sa fin.
Ne le juge pas incomplet,

Parce que tu ne trouves pas de réponse à ta tendresse.
L’amour porte dans le don d’affection, sa propre plénitude.
Toujours, quand il y a un vide dans ta vie remplis-le d’amour.

***

LLénalo de amor

Siempre que haya un hueco en tu vida,
llénalo de amor.
Adolescente, joven, viejo: siempre que haya un hueco en tu vida, llénalo de amor.
En cuanto sepas que tienes delante de tí un tiempo baldío, ve a buscar al amor.
No pienses: « sufriré »
No pienses: « me engañarán »
No pienses: « dudaré »
Ve, simplemente, diáfanamente, regocijadamente, en busca del amor.

¿Qué índole de amor? No importa: todo amor está lleno de excelencia y de nobleza.
Ama como puedas, ama a quien puedas, ama todo lo que puedas… pero ama siempre.
No te preocupes de la finalidad de tu amor.
El lleva en sí mismo su finalidad.
No te juzgues incompleto porque no responden a tus ternuras: el amor lleva en sí su propia plenitud.
Siempre que haya un hueco en tu vida,
llénalo de amor.

(Amado Nervo)

Illustration: Eloi Flore

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dormir (Amado Nervo)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



Dormir

Ce que j’ai, ami, c’est un profond
désir de dormir …
Sais-tu ? Le Sommeil
est un état de divinité.
Celui qui dort est un Dieu…

Ce que j’ai,
mon ami, c’est un grand désir de dormir
Le Sommeil est dans la vie le seul monde
à nous, car la veille nous plonge
dans l’illusion commune, dans l’océan
de ce qu’on nomme RÉALITÉ, Éveillés,
nous voyons la terre, l’eau, l’air, le feu,
les créatures éphémères… Endormis,
chacun est dans son monde ;
hermétique, fermé aux yeux étrangers,
aux étrangères âmes ; chaque esprit file
son propre rêve (ou sa vérité : qui sait !)

même l’être le plus adoré
ne peut entrer avec nous par la porte
de notre sommeil. L’épouse même,
qui partage ton lit
et l’entend dialoguer avec les fantômes
qui creusent leurs sillons dans ton esprit
tandis que tu dors, ne pourrait,
quelle que fût ton angoisse,
franchir le seuil de ce monde,
de TON MONDE merveilles des ombres.

Oh, bienheureux ceux qui dorment !
Pour eux s’éteint chaque nuit,
avec toute leur douleur, l’univers
quotidien que crée notre esprit.
Comme ils éteignent leur lumière s’éteint le COSMOS.

Le pire châtiment est la veille :
l’insomnie est exil
du meilleur paradis …

Ne trouble donne pas ma paix par tes discours,
ami : tu es savant,
mais mon sommeil l’est davantage… Éloigne-toi !
Je ne veux nulle gloire, nul héritage :
ce que j’ai, ami, c’est un profond
désir de dormir…

(Amado Nervo)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :