Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘amadou’

J’AI VU, J’AI TOUCHE (André Miguel)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2018




J’AI VU, J’AI TOUCHE

J’ai vu, j’ai touché une fleur d’artichaut de pelage beige
dans lequel ont poussé quelques poils brillants,
accrus de trois mèches échevelées d’amadou.
L’envers de la fleur et le haut de la tige sont noircis.

J’ai vu, j’ai touché des perches de haricots,
bouffies, langues et filets, les, mamelles pendant bas.

J’ai vu, j’ai touché des marrons d’Inde.
Leur bois ciré est empreint de veinules.
Leur fond est une tache cérusée.

J’ai vu des abricotiers qui forment les physionomies les plus fines,
des pêchers flasques à leurs oreilles de lapin.

J’ai vu, nez de pitre, langue d’arlequin, poivron.

J’ai créé des rapports de distances, de couleurs, de symétrie et d’incohérence
et un être s’en échappe, un insecte, une sauterelle.

(André Miguel)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TOMBEAU DU NÉANT (Joë Bousquet)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017



Illustration: Alexandre Folliot
    
TOMBEAU DU NÉANT

Ci-gît la vie,
ci-gît le rire,
ci-gît tout ce qui planait sur la montagne,
tout ce qui dansait au son de la résine ;
ci-gît un homme qui n’eut que le tort d’exister,
ci-gît un enfant qui crut saisir un peu d’espace.

Mort l’arc-en-ciel, vieux châle décrépi ;
morte la comète, d’avoir voulu se reposer ;
et l’arbre s’est pendu du haut de sa propre cime,
et le vautour s’est étranglé de son aile puissante,
et le poisson explosa en découvrant la brise pure.

« Désolées », disent les roches, et les voilà qui se réduisent en amadou ;
« Peinées », disent les vagues, et les voilà qui se transforment en écailles.
Où est celui qui s’obstinait à devenir lui-même ? on l’a tué ;
où est celui qui cherchait à savoir pourquoi l’on parle
pourquoi l’on pleure ? nulle part, il fut écorché vif.

Ci-gît quoi donc ? personne n’ose en discuter.
Ci-gît, pourquoi le dire ? quelqu’un sur qui déjà galope la bourrasque;
ci-gît ce qui est trop éphémère pour qu’on l’appelle mort ;

ci-gît…
qui donc encore comprend l’épitaphe ?
qui donc encore conçoit le deuil ?
qui donc encore s’émeut de voir
les gens tomber, les choses disparaître ?

(Joë Bousquet)

 

Recueil: Poèmes, un
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :