Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘amassé’

Et la nuit notre chambre a été condamnée (Yehuda Amichaï)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2017




    
Et la nuit notre chambre a été condamnée

Et la nuit notre chambre a été condamnée
comme la tombe d’une pyramide. Au-dessus de nous
une montagne de larmes étrangères, comme du sable amassé,
de nombreuses générations au seuil de notre couche.

Et le temps de notre corps dort très fort
sur les murs à nouveau se dessine
le chemin par lequel passent nos
âmes. Est-ce que tu les verras? Une barque passe.

Deux sont debout, les autres rament.
Et les étoiles au-dessus, celles des autres
le fleuve du temps se transporte sans trouver de réponse.

Et nous sommes momifiés dans notre grand amour.
Et comme après l’éternité vient le matin
un archéologue joyeux — à lui la lumière.

(Yehuda Amichaï)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Orner
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que suis-je venu faire dans cette chambre ? (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



 

Que suis-je venu faire dans cette chambre ?
Les potiches, les livres, les idoles,
toutes ces choses choisies, amassées, chéries,
leur nombre, l’ordre où je les ai déposées m’étouffent,
et le rideau des marronniers, et l’épaisseur de la nuit d’été qui m’enferme.

Que suis-je venu faire dans cette chambre ?
Qu’y a-t-il entre tout cela et moi ?
Il y a que c’est moi qui l’ai faite, cette chambre,
et ce n’est pas au hasard que je tenais à la présence de tous ces objets ;
c’était pour me cacher le grand vide qui est derrière tout objet,
et maintenant, m’accrochant à eux, je tombe dans ce vide.

(Luc Dietrich)

Illustration: Kinga Rypinska

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :