Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ambassade’

Heureux (Henri Pichette)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2018



Illustration
    
Heureux qu’au détour
d’un sentier de la forêt en pleine frondaison
le rougegorge se soit porté en ambassade
pour vous saluer
ti ti tireli.

(Henri Pichette)

    

Recueil: Les ditelis du rougegorge
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La beauté (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2018



Illustration
    
La beauté est le dernier obstacle
à opposer aux dictatures
elle est irréductible aux lois
en cela que sa loi se réduit
au besoin qu’on en ressent

La liberté est l’espace qu’elle exige
pour son ambassade
l’espérance, si amère soit-elle,
en demeure la forme initiale
et primitive

L’amour, si désespéré soit-il,
en reste le fondement principal

La beauté n’a pas de visage
et peut les prendre tous sans rien
changer à sa nature propre
son mystère est fraternel, son
énergie originelle et fondatrice

(Werner Lambersy)

 

Recueil: L’éternité est un battement de cils
Traduction:
Editions: Actes Sud

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si le matin ferme ses ambassades (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018



Illustration: Simone Lacour
    
si le matin ferme ses ambassades
tu sentiras soudain ta gorge lourde d’un cri vaste
trop tard pour ton souffle affaissé
on te hélera dans la rue pour te vendre
des secrets démonétisés
sur les cartes tu verras ici s’effacer
prends alors le silence de court
sois plus nu que ses glaciers si bleus
il criera pour toi son cri d’aurore

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: Entre Flèche et Cri
Traduction:
Editions: Obsidiane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OCÉAN (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016



L’OCÉAN

Douce langue qui lèche
Des petits genoux arrondis,
Ambassade porteuse de sel
D’abîmes vieux de milliards d’années.
I1 y a des chardons violets,
Des méduses (soleils sur le plat) ;
Avec leur nageoire d’avion,
Leur peau de râpe, les requins
Visitent le musée de la mort
Sous le pressoir en cristal.
Le dauphin sort de la vague
Son museau de petit garçon noir ;
Dans les cités liquides du désert
Paissent les léviathans.

(Czeslaw Milosz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :