Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ambigu’

Tandis que je laisse la peur (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2018




    
Tandis
que je laisse
la peur
m’envahir,
je ressens
ce plaisir
ambigu
du déjà
connu, du
chemin
tant de fois
trottiné.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Furtifs s’approchent les oiseaux (Yang Lian)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2018



 

la croûte terrestre ondule équivoque
dans la voix
furtifs s’approchent les oiseaux

le printemps dit des mots hystériques
une fois de plus la scène s’obscurcit
vert et jaune mots ambigus

(Yang Lian)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô Soeur Marie ! (Rubén Darío)

Posted by arbrealettres sur 24 février 2018



Illustration: Cornelis van Haarlem
    
Dans la forme agréable de la bouche, la fraise
solennise sa pourpre ; dans le subtil dessin
ovale du visage de la blanche abbesse
le front pur exprime l’ange et l’oeil noir le malin.

Sur sa figure mystérieuse, d’ivoire monacal,
fleurit la douce lueur d’un éclat intérieur,
qui allume ses joues d’une céleste roseur
à laquelle l’Enfer apporta sa touche fatale.

Ô Soeur Marie ! Ô Soeur Marie ! Ô Soeur Marie !
Le regard magique et la démarche d’altesse,
ne firent-ils pas un jour, dans une âme pécheresse,
éclore l’oeillet enflammé d’une ardeur impie ?

Et aux tréfonds de tes yeux, on croit lire des pensées
ambiguës, enduites de miel et de venin.
(Soeur Marie est morte condamnée au bûcher
deux abeilles s’envolèrent des roses de ses seins.)

(Rubén Darío)

 

Recueil: Chants de vie et d’espérance
Traduction: Lionel Igersheim
Editions: Sillage

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les dieux sont absents (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017




    
Les dieux sont absents mais ils président.
Nous habitons cette
Transparence ambiguë.

Leur pensée émerge lorsque soudain
Tout devient
Solennellement exact.

Leur regard éduque notre regard :
Notre attention au monde
Est le culte qu’ils demandent.

***

Ausentes sa-o os deuses mas presidem
Nós habitamos nessa
Transparência ambigua.

Seu pensamento emerge quando tudo
De súbito se torna
Solenemente exacto.

O seu olhar ensina o nosso olhar :
Nossa atenção ao mundo
É o culto que pedem.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Musique slave (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2017




    
Musique slave

C’est le concert doux des voix pleureuses,
Vieux chagrins résignés et tendresses
Que l’on méconnut et la tristesse
Des élans réprimés. Effleureuses
Voix sourdes, pleurez comme les ifs
Embrumés qu’échevèle un vent convulsif.

C’est le concert tout en lancinances
Des désirs contraires et la ronde
Des corbeaux et des folles arondes
Par le ciel fleuri d’incohérences:
Rouges pompeux, tristes violets
Dont se mêlent, en accords faux, les reflets.

C’est le concert vraiment sans mesures
Des baisers profonds et des morsures;
Le vibrement nerveux des ciguës
Sous l’archet des bises ambiguës
D’avril où reluit un soleil blond
Que voile une averse blême de grêlons.

C’est surtout l’écart entre le rêve
Et le réel qui, sans nulle trêve,
Par des accents forcenés s’exprime,
Comme une blessure s’envenime,
Puis éclate enfin en gémissant
Et remplit l’horizon noir d’un flot de sang.

(Marie Dauguet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Silence (Émilienne Kerhoas)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2015



Silence

Comme au fond d’un rêve
dans l’encadrement de mes pensées
comme au fond de la mare
ouvrant un chemin d’eau
qui suscite en moi, immobile
l’esquisse d’un élan
toi mon double
sur qui je pleure
toi la forme aiguë
de mon tourment
le silence ambigu
où l’ombre se caresse
arrachant à son trouble
un lambeau de soleil.

(Émilienne Kerhoas)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :