Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘âme’

Chaque caresse (Tiruvalluvar)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2023



Pascal Renoux  
    
Chaque caresse
avive l’âme à leur contact :

ils sont d’ambroisie,
les bras de l’innocente.

*

Chaque fois qu’on apprend,
on découvre son ignorance,

chaque fois qu’on la prend,
on découvre l’amour
auprès de ce bijou d’or fin.

(Tiruvalluvar) (Vè siecle)

Recueil: Un feu au coeur du vent Trésor de la poésie indienne Des Védas au XXIème siècle
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai déposé (Shatapatha-Brâhmana)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2023




Illustration: Josephine Wall
    
J’ai déposé tous les souffles dans mon âme,
et j’ai déposé mon âme dans tous les souffles.

(Shatapatha-Brâhmana)

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

FOUILLES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 13 janvier 2023




    
FOUILLES

Fouiller les sols
Jusqu’à saisir leur âme
Se déplacer dans l’espace
De notre terre
Face à l’infini cosmos

Se mouvoir d’un lieu
A l’autre
Faire face à l’énigme
Dans sa complexité

Épouser ses silences
Découvrir ses replis
Plonger dans ses secrets
Accéder au mystère.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: L’Étoffe de l’univers
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE M’ÉTRIQUE (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2023




    
JE M’ÉTRIQUE

Je m’étrique
Dans l’éphémère
Je vis
En raccourcis

J’écourte
Le temps à vivre
J’improvise
Ma sortie

J’abrège
Je résume
Je tronque
Je me prends
Au dépourvu
Je réagis
À l’improviste
Je coupe court
A l’âme
J’épluche
Ce qui me reste
De vie

Trop loin
Est la ligne d’arrivée.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: L’Étoffe de l’univers
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUI SOMMES-NOUS ? (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2023




    
QUI SOMMES-NOUS ?

Qui est au corps
De son corps
De son âme
De son être
Qui est au logis
Dans l’intime de l’Être ?
Et veille sur la demeure ?
Qui ?

Qui
Dans la demeure du coeur
Ou de l’âme
A conscience du secret de nos vies ?

Qui
Prête attention à moi ?
Qui s’enferme au logis ?
Qui observe les fonds ?

Qui
Dans l’intensité première
Au centre de nous-mêmes
Prête attention à Lui ?

(Andrée Chedid)

 

Recueil: L’Étoffe de l’univers
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelle bravoure l’Ame contient-elle (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2023




    
Quelle bravoure l’Ame contient-elle,
Pour endurer ainsi
L’accent d’un Pas qui approche
— L’ouverture d’une Porte —

***

What fortitude the Soul contains,
That it can so endure
The accent of a coming Foot —
The opening of a Door —

(Emily Dickinson)

 

Recueil: Ses oiseaux perdus
Traduction: de l’américain par François Heusbourg
Editions: Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOUVELLE VIE (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 31 décembre 2022



 

Giampaolo Ghisetti

NOUVELLE VIE

Joie que tu tiens de moi !
— Ah, claire et bonne après-midi !
Vivre, vivre à nouveau !

Arrière, arrière, arrière ; recommencer ;
loin, plus loin — moi, j’ouvre, les bras
en croix, le monde — loin le commencement ;
et loin, loin, loin, la fin !

La vie entière, de nouveau, au milieu !
Et toi, toute d’âme et cristal !
Ah ! course heureuse et diaphane !

***

NUEVA VIDA

¡Alegría que tienes tú por mí!
— iAy, tarde clara y buena!—
¡Otra vez a vivir!

¡Atrás, atrás, atrás; a comenzar de nuevo;
lejos, más lejos — yo abro, con mis brazos
en cruz, el mundo —, lejos el comienzo;
lejos, lejos, lejos el fin!

¡La vida toda, nuevamente, enmedio!
¡Tú, de cristal, de alma!
¡Ay, carrera diáfana y feliz!

(Juan Ramón Jiménez)

Illustration: Giampaolo Ghisetti

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA POÉSIE (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2022




    
LA POÉSIE

Je te cherche sous les racines de mon coeur
Comme un enfant à l’intelligence retardée qui a peur
D’entrer dans l’eau qui parle seul et fait bouger ses mains
« O mon Dieu permettez que cette eau ne me broie pas comme Votre Moulin
Je m’attarde résolument près des colchiques et des saules
Laissez-moi regarder par-dessus votre épaule
La route qui poudroie et l’herbe qui verdoie
Sans désirer jamais autre chose que cela
Mais Dieu qui n’entend pas l’amour de cette oreille
« Tu descendras au fond de toi et je surveille
Tes allées et venues Tu me dois de trouver
Dans l’eau de mes regards la noisette tombée »
Les yeux vagues ainsi qu’un veilleur de frontière
De songerie malade et de sens abîmés
Je plonge doucement mes mains dans la lumière
Sans penser un instant à les en retirer
Car il me plaît d’aider un corps qui s’aventure
Et cherche par-delà sa forme préférée
Le spectacle d’une âme aveugle qui murmure
Le long du mur en pierre de l’éternité.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: René Guy Cadou Poésie la vie entière oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cap sur la liberté (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2022




Cap sur la liberté

Avant la levée du jour
Quand la mer est encore blanche tu partiras.
Au creux des paumes la volupté d’étreindre les rames,
En toi le bonheur de réaliser quelque chose,
Tu iras.
Dans les remous des filets de pêche tu iras.
Surgissant sur ta route des poissons t’accueilleront,
La joie te prendra.
Tirant les filets,
La mer viendra dans tes mains écaille par écaille ;
À l’heure où se taisent les âmes des mouettes
Dans leurs rochers cimetières,
De tous les horizons brusquement
Un tumulte explosera.
Tout ce que tu voudras :
Sirènes, oiseaux, festivités, fêtes, fiestas ?
Cortèges, grains de riz, voiles de mariée, grand pavois ?
Ohéééé !
Mais qu’est-ce que tu attends ? Jette-toi à la mer.
Tu vas manquer à quelqu’un ? Peu importe.
Ne vois-tu pas la liberté de tous côtés ?
Sois voile, sois rame, sois gouvernail, sois poisson, sois eau,
Va jusqu’où tu pourras.

(Orhan Veli)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai l’âme lourde encore d’amour inexprimé (Edmond Rostand)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2022




J’ai l’âme lourde encore d’amour inexprimé,
Et je meurs ! Jamais plus, jamais mes yeux grisés,
Mes regards dont c’était les frémissantes fêtes,
Ne baiseront au vol les gestes que vous faites;
J’en revois un petit qui vous est familier
Pour toucher votre front, et je voudrais crier…

(Edmond Rostand)

Illustration: Louis Janmot

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :