Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘âme’

Présence impérieuse (Norge)(Georges Mogin)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2018




    
Présence
impérieuse et pourtant retenue
comme une haleine
regarde nos longs chemins d’ombre.
mes mains tendues,
nos bouches perdues
notre demeure ouverte où tu n’habites pas.

Aux cimes de chastes cristaux,
l’âme perd connaissance,
se détache comme une bulle,
voyage aux plus profondes pistes
parfois dans les arches d’une aube

envisage Dieu.

(Norge)(Georges Mogin)

 

Recueil: Oeuvres poétiques
Traduction:
Editions: Seghers
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES QUATRE ÉLÉMENTS (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



terre eau feu air  [800x600]

TERRE.

Bon manger de terre,
Bêtes et gens !
Puis irez vous taire
Terriblement.

EAU.

Tout bu, toute l’eau
Des mers sonores
Et le cœur dit : ô
J’ai soif encore.

FEU.

Seul feu, seule flamme
C’est feu d’enfer
Qui sait cuire l’âme
Avec la chair.

AIR.

L’espace infini
Pour toi se cambre ;
Eh ! désir voici
Enfin ta chambre

(Norge)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES QUATRE ÉLÉMENTS (Géo Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018




    
LES QUATRE ÉLÉMENTS

TERRE.
Bon manger de terre,
Bêtes et gens !
Puis irez vous taire
Terriblement.

EAU.
Tout bu, toute l’eau
Des mers sonores
Et le coeur dit : ô,
J’ai soif encore.

FEU.
Seul feu, seule flamme
C’est feu d’enfer
Qui sait cuire l’âme
Avec la chair.

AIR.
L’espace infini
Pour toi se cambre ;
Eh ! désir voici
Enfin ta chambre.

(Géo Norge)

 

Recueil: Les Râpes
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE DINDON (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



LE DINDON

La maladie du Pourquoi est incurable.
C’est comme une grande démangeaison qui vous mordrait l’âme.
La maladie du Comment n’est pas moins grave :
c’est comme une grande brûlure qui vous mordrait l’âme,
l’âme !
Ah, cette sacrée âme : toujours le dindon de la farce !

(Norge)


Illustration: Francis Bacon

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | 4 Comments »

Homme, je pleure un corps (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018




Ici, dites-vous, dans cette sépulture dont je m’approche,
N’est pas qui j’ai aimé. Ni regard, ni sourire ne se cachent
Dans ce repli de terre.
Ah, mais ici, des yeux, une bouche se cachent !
J’ai serré des mains, non une âme, elles gisent ici.
Homme, je pleure un corps !

(Fernando Pessoa)

Illustration: Edouard Bernard Debat-Ponsan

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les ondes empressées l’une après l’autre roulent (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018




Les ondes empressées l’une après l’autre roulent,
Déroulent leur glauque remous, tout en
Crissant leur blanche écume
Sur le sable bistre des plages.

Les nuées alanguies l’une après l’autre entrouvrent
En déchirant leurs remous de rondeur
Et le soleil vient réchauffer l’espace
D’air ouvert par les nuées raréfiées.

Indifférente à moi, autant que moi à elle,
La nature de ce jour calme enlève
Peu à la notion que j’ai
Que le temps s’évanouit.

Seul un vague chagrin sans cohérence
S’arrête un instant au seuil de mon âme !
Et, m’ayant à peine fixé,
Il passe, souriant de rien.

(Fernando Pessoa)

Illustration: Georges Lacombe

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

DES batailles se livrent (Álvarez Ortega)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018




    
DES batailles se livrent à chaque rencontre,
des solitudes qui auparavant, dans l’isolement initial,
supportaient l’oeuvre commune.

Dans l’espace révélé, après chaque conjonction,
seule demeure la terreur,
le mystère qui à l’âme ne suffit pas.

En alerte, cependant,
une absence rôde, rôdera toujours,
autour des humides dépouilles du lit.

(Álvarez Ortega)

 

Recueil: Genèse suivi de Domaine de l’ombre
Traduction: Jacques Ancet
Editions: Le Taillis Pré

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Conclusion (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018



 

Oskar Kokoschka adolf-loos-1909

Conclusion

J’ai rêvé les amours divins,
L’ivresse des bras et des vins,
L’or, l’argent, les royaumes vains,

Moi, dix-huit ans, Elle, seize ans.
Parmi les sentiers amusants
Nous irons sur nos alezans.

Il est loin le temps des aveux
Naïfs, des téméraires voeux!
Je n’ai d’argent qu’en mes cheveux.

Les âmes dont j’aurais besoin
Et les étoiles sont trop loin.
Je vais mourir saoul, dans un coin.

(Charles Cros)

Illustration: Oskar Kokoschka

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ce fut en un soir où les chansons (Stuart Merrill)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018



 

 

Jeanie Tomanek  -escapevelocity

Ce fut en un soir où les chansons
Des amants liés par leurs mains lasses
Mouraient, ô Dame pâle qui passes,
Au clair de la lune des moissons.

Long penchée au bord des lourds calices
Des lys, fleurs des reines et des rois,
Tu faisais le signe de la croix
Comme une qui renonce aux délices.

Chevelure éparse au vent léger,
Tu paraissais ceinte de lumière
Contre l’ombre de la nuit première
Et les feuilles du prochain verger.

L’eau tintait tristement dans les vasques
Qu’enguirlandaient des danses d’amours
Et de satyres faisant des tours
Au rire à jamais muet des masques.

La puisant dans tes chétives mains,
Cette eau par laquelle tu fus sainte,
Tu baptisas les fleurs de l’enceinte,
Où dormait l’âme des lendemains.

Fus-tu le Remords ou la Mémoire,
O Passante aux yeux pleins de passé ?
Maintenant l’eau stagne en le fossé
Et les lys sont morts avec la gloire

De ce soir où les lentes chansons
Des amants liés par leurs mains lasses
Mouraient, ô Dame pâle qui passes,
Au clair de la lune des moissons.

(Stuart Merrill)

Illustration: Jeanie Tomanek 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Juin (Leconte de Lisle)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2018



Juin

Les prés ont une odeur d’herbe verte et mouillée,
Un frais soleil pénètre en l’épaisseur des bois,
Toute chose étincelle, et la jeune feuillée
Et les nids palpitants s’éveillent à la fois.

Les cours d’eau diligents aux pentes des collines
Ruissellent, clairs et gais, sur la mousse et le thym ;
Ils chantent au milieu des buissons d’aubépines
Avec le vent rieur et l’oiseau du matin.

Les gazons sont tout pleins de voix harmonieuses,
L’aube fait un tapis de perles aux sentiers,
Et l’abeille, quittant les prochaines yeuses,
Suspend son aile d’or aux pâles églantiers.

Sous les saules ployants la vache lente et belle
Paît dans l’herbe abondante au bord des tièdes eaux ;
La joug n’a point encor courbé son cou rebelle,
Une rose vapeur emplit ses blonds naseaux.

Et par delà le fleuve aux deux rives fleuries
Qui vers l’horizon bleu coule à travers les prés,
Le taureau mugissant, roi fougueux des prairies,
Hume l’air qui l’enivre, et bat ses flancs pourprés.

La Terre rit, confuse, à la vierge pareille
Qui d’un premier baiser frémit languissamment,
Et son oeil est humide et sa joue est vermeille,
Et son âme a senti les lèvres de l’amant.

O rougeur, volupté de la Terre ravie !
Frissonnements des bois, souffles mystérieux !
Parfumez bien le coeur qui va goûter la vie,
Trempez-le dans la paix et la fraîcheur des cieux !

Assez tôt, tout baignés de larmes printanières,
Par essaims éperdus ses songes envolés
Iront brûler leur aile aux ardentes lumières
Des étés sans ombrage et des désirs troublés.

Alors inclinez-lui vos coupes de rosée,
O fleurs de son Printemps, Aube de ses beaux jours !
Et verse un flot de pourpre en son âme épuisée,
Soleil, divin Soleil de ses jeunes amours !

(Leconte de Lisle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :