Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ami’

Avec douceur et délicatesse (Ingeborg Bachmann)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2021




    
Avec douceur et délicatesse

Quand cela ne fait que commencer commencer,
avec douceur et délicatesse,

Le voyez-vous amis, ne
le voyez-vous pas ? car

qui voudrait vivre, sans avoir
à respirer, la voile noire toujours hissée

Qui voudrait vivre
sans avoir à respirer,
la voile noire toujours hissée.

le jour seulement une nuit
la nuit seulement jour,
quand tout s’en va et
ne vient plus et
ne viendra jamais plus.

***

Mild und leise

Wenns auch nur anhebt
anhebt, mild und leise,

Seht ihr’s Freunde, seht
ihr’s nicht? denn

wer möchte leben,
wenn er zu Atmen
nicht hat, das schwarze
Segel immer aufgezogen

Wer möchte leben
wenn er nicht zu Atmen hat,
das schwarze Segel immer aufgezogen.
den Tag nur eine Nacht
die Nacht nur Tag,
wenn alles geht und
nicht mehr kommt und
nie mehr kommen wird.

(Ingeborg Bachmann)

Recueil: Toute personne qui tombe a des ailes
Traduction: de l’allemand (Autriche) Françoise Rétif
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Demain de bon matin (Boulevard Des Airs)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2021



    
Demain de bon matin

Mes chers amis je suis en fête
Mes chers voisins, mon cher facteur
Je vous laisse enfin une lettre
Que vous lirez tout à l’heure

On va pas se mentir cette fois
Pour la dernière je veux être clean
C’est le coeur libre que je vous quitte
Sans grand discours et sans émoi

Je laisse tomber j’abandonne
Je largue tout, je pars devant
A vrai dire, je me trouvais morne
Un peu pervers, un peu navrant

Ce n’est pas pour vous fâcher
Et entre nous, ça changera rien
Mais je m’en vais déserter
Je pars voyager avec mon chien

Demain de bon matin
Je pars seul sans escorte
J’irai sur les chemins
Retrouver mes amours mortes

Demain de bon matin
Je pars seul sans escorte
J’irai sur les chemins
Retrouver mes amours mortes

J’ai l’impression que pour le môme que j’étais
Tout était tracé
Jusqu’à devenir une homme
Alors je me suis laissé

Le changement se déroule
D’un coup d’un seul comme un coup de boule
C’est lorsque plus rien ne vous choque
Qu’on accepte de baisser son froc

Alors tout devient secondaire
Les enfants, la mère et le froid
Et l’important c’est la carrière
Vous comprendrez mon désarroi.

Alors demain de bon matin
Je laisserai tout derrière moi
Et ce sera moi l’orphelin
De mes projets et de nos choix

Demain de bon matin
Je pars seul sans escorte
J’irai sur les chemins
Retrouver mes amours mortes

Demain de bon matin
Je pars seul sans escorte
J’irai sur les chemins
Retrouver mes amours mortes

Hoo ooo ooo
Hoo ooo ooo

Je deviendrai vagabond
Et en passant mais pas plus con
Mon coeur et mon corps à l’envie
Renaîtront petit à petit

Si je croise un ou deux vauriens
En cours de route et j’en suis sûr
Nous trinquerons à la nature
A nos amours et à mon chien

Qu’on me parle plus jamais
Ni de mon job ni de ces faits
Qui ont fait de moi un dégueulasse
Qui sont des faits qui me dépassent

Ceux qui jugent ou me recherchent
Car je suis pas tout blanc je l’avoue
Je sais pas, dites leur que je me perche
Inutile de me mettre au trou

Demain de bon matin
Je pars seul sans escorte
J’irai sur les chemins
Retrouver mes amours mortes

Demain de bon matin
Je pars seul sans escorte
J’irai sur les chemins
Retrouver mes amours mortes

Hoo ooo ooo
Hoo ooo ooo
Hoo ooo ooo
Hoo ooo ooo

(Boulevard Des Airs)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La petite fille (Michel Monnereau)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2021


La petite fille
n’a que des amis:
des amis gens
des amis fleurs
des amies maisons
et des amimaux.

(Michel Monnereau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Mes chers amis, quand je mourrai, plantez un saule au cimetière (Alfred de Musset)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2021



Mes chers amis, quand je mourrai,
Plantez un saule au cimetière.
J’aime son feuillage éploré ;
La pâleur m’en est douce et chère,
Et son ombre sera légère
À la terre où je dormirai.

(Alfred de Musset)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le rêve d’un jour (Alfred de Musset)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2021



Eh! Depuis quand un livre est-il donc autre chose
Que le rêve d’un jour qu’on raconte un instant;
Un oiseau qui gazouille et s’envole; une rose
Qu’on respire et qu’on jette, et qui meurt en tombant; –
Un ami qu’on aborde, avec lequel on cause,
Moitié lui répondant, et moitié l’écoutant?

(Alfred de Musset)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’ami trahi m’appelle (Leonardo Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 23 juin 2021



 

L’ami trahi m’appelle
Du fond de mon coeur, et s’approche.
Je l’entends monter, dans mon sommeil.
Je crie au dernier pas qu’il fait :
Pourquoi me piétines-tu ?
Puis il s’endort, léger, sur ma poitrine.

***

L’amico tradito mi chiama
Dal fondo del cuore e s’avvicina.
Sento nel sonno che sale.
Io grido all’ultimo passo
Perché mi calpesti.
Poi mi dorme leggero sul petto.

(Leonardo Sinisgalli)

Illustration: John Henry Fuseli

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Puisque ce monde est triste… (Omar Khayyâm)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2021




    
Puisque ce monde est triste…

Puisque ce monde est triste et que ton âme pure,
Ô mon amie, un jour, doit aller chez les morts,
Oh ! viens t’asseoir parmi les fleurs sur la verdure,
Avant que d’autres fleurs s’élèvent de nos corps.

(Omar Khayyâm)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil:
Traduction: Traduit du persan par Jean Lahor
Editions :

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA DANSEUSE DE CORDE (Harry Martinson)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2021



 


    
LA DANSEUSE DE CORDE

L’essentiel était de ne pas se lasser,
de changer joliment de pied au-dessus du vide
et s’efforcer de garder fière allure.
Amis et ennemis devaient être pesés et répartis
en contrepoids invisibles
autour des bords du parasol.
Le chagrin au milieu du coeur.
La ligne médiane du plaisir soudée à celle de la pensée.
Le sourire au-dessus de l’abîme.

(Harry Martinson)

 

Recueil: Le livre des cent poèmes
Traduction: Traduit du suédois par Caroline Chevallier et Philippe Bouquet
Editions: Cénomane

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

J’ai acheté des fleurs (Ishikawa Takuboku)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2021



Quand j’ai vu tous mes amis si supérieurs à moi
J’ai acheté des fleurs et parlé à ma femme

(Ishikawa Takuboku)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Grande beauté (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2021



– La force vient
de coeur qui à vous se tient
En ce vouloir mon coeur m’a mis
– Et qui le coeur, beau doux ami?
– Dame, mes yeux
– Et qui les yeux?
– La grande beauté qu’en vous je vis.

(Henry Bauchau)


Illustration: Malinowski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :