Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘analogie’

Serre chaude (Maurice Maeterlinck)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2018



 

Alexandre Trauner   serre

Serre chaude

O serre au milieu des forêts !
Et vos portes à jamais closes !
Et tout ce qu’il y a sous votre coupole !
Et sous mon âme en vos analogies !

Les pensées d’une princesse qui a faim,
L’ennui d’un matelot dans le désert,
Une musique de cuivre aux fenêtres des incurables.
Allez aux angles les plus tièdes !
On dirait une femme évanouie un jour de moisson;
Il y a des postillons dans la cour de l’hospice;
Au loin, passe un chasseur d’élans, devenu infirmier.

Examinez au clair de lune !
(Oh rien n’y est à sa place !)
On dirait une folle devant les juges,
Un navire de guerre à pleines voiles sur un canal,
Des oiseaux de nuit sur des lys,
Un glas vers midi,
(Là-bas sous ces cloches !)
Une étape de malades dans la prairie,
Une odeur d’éther un jour de soleil.

Mon Dieu ! Mon Dieu ! quand aurons-nous la pluie,
Et la neige et le vent dans la serre !

(Maurice Maeterlinck)

Illustration: Alexandre Trauner

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mains coupées de mes désirs (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2018



 

Alberto Gálvez 5

Mains coupées de mes désirs
— ô blondeurs inaccessibles —
je vide mon verre vide,
le jour ne peut plus venir.
Voilà. Nous en étions là :
une pensée à la fois
et la bague autour du doigt,
pensée pour elle ou pour toi
qui papillote et s’en va.
Balançoire, balançoire
fille d’ambiguïté
analogie et du croire,
ouvrez-moi l’autre côté.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Alberto Gálvez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ecrire (Clarice Lispector)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2018



Illustration
    
Alors écrire est la façon
de qui se sert de la parole comme appât :
la parole qui pêche ce qui n’est pas parole.

Lorsque cette non-parole
— l’interligne —
mord l’appât,
quelque chose s’est écrit.

Une fois que l’interligne est prise,
il serait possible d’expulser la parole
avec soulagement.

Mais l’analogie s’arrête là :
la non parole, en mordant l’appât,
le rattache à elle.

Ce qui sauve, dans ce cas,
c’est d’écrire distraitement.

(Clarice Lispector)

 

Recueil: Agua Viva

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En ce lieu abandonné (Mathieu Bénézet)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2015



en ce lieu
abandonné l’analogie
dessine
le tour des bouches

(Mathieu Bénézet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :