Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(André Breton)’

Il paraît que la statue (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2019



Illustration: Salvador Dali
    
Il paraît que la statue près de laquelle le chiendent de mes terminaisons nerveuses
Arrive à destination est accordée chaque nuit
comme un piano

(André Breton)

 

Recueil:
Traduction:
Editions:
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De “ l’infracassable noyau de nuit ” (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2018




    

De “ l’infracassable noyau de nuit ”
au “ Grand Brillant ” intérieur

(André Breton)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Je tiens le fil (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2018



Je ne touche plus
que le cœur des choses
je tiens le fil

(André Breton)


Illustration

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

La vie (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2018



Illustration: Gustav Klimt
    
La vie, l’indésirable vie
passe à ravir.

(André Breton)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

SUR LA ROUTE DE SAN ROMANO (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2017



 

Illustration: Paolo Uccello
    
SUR LA ROUTE DE SAN ROMANO

La poésie se fait dans un lit comme l’amour
Ses draps défaits sont l’aurore des choses
La poésie se fait dans les bois

Elle a l’espace qu’il lui faut
Pas celui-ci mais l’autre que conditionnent

L’oeil du milan
La rosée sur une prèle
Le souvenir d’une bouteille de Traminer
embuée sur un plateau d’argent
Une haute verge de tourmaline sur la mer
Et la route de l’aventure mentale
Qui monte à pic
Une halte elle s’embroussaille aussitôt

Cela ne se crie pas sur les toits
Il est inconvenant de laisser la porte ouverte
Ou d’appeler des témoins

Les bancs de poissons les haies de mésanges
Les rails à l’entrée d’une grande gare
Les reflets des deux rives
Les sillons dans le pain
Les bulles du ruisseau
Les jours du calendrier
Le millepertuis

L’acte d’amour et l’acte de poésie
Sont incompatibles
Avec la lecture du journal à haute voix

(André Breton)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Verbe Être (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017



Le Verbe Être

Je connais le désespoir dans ses grandes lignes.
Le désespoir n’a pas d’ailes,
il ne se tient pas nécessairement à une table desservie sur une terrasse,
le soir, au bord de la mer.

C’est le désespoir et ce n’est pas le retour d’une quantité de petits faits
comme des graines qui quittent à la nuit tombante un sillon pour un autre.
Ce n’est pas la mousse sur une pierre ou le verre à boire.

C’est un bateau criblé de neige, si vous voulez, comme les oiseaux qui tombent
et leur sang n’a pas la moindre épaisseur.
Je connais le désespoir dans ses grandes lignes.

Une forme très petite, délimitée par un bijou de cheveux.
C’est le désespoir.
Un collier de perles pour lequel on ne saurait trouver de fermoir
et dont l’existence ne tient pas même à un fil, voilà le désespoir.
Le reste, nous n’en parlons pas.

Nous n’avons pas fini de désespérer, si nous commençons.
Moi je désespère de l’abat-jour vers quatre heures,
je désespère de l’éventail vers minuit,
je désespère de la cigarette des condamnés.
Je connais le désespoir dans ses grandes lignes.

Le désespoir n’a pas de coeur,
la main reste toujours au désespoir hors d’haleine,
au désespoir dont les glaces ne nous disent jamais s’il est mort.
Je vis de ce désespoir qui m’enchante.

J’aime cette mouche bleue qui vole dans le ciel à l’heure où les étoiles chantonnent.
Je connais dans ses grandes lignes le désespoir
aux longs étonnements grêles,
le désespoir de la fierté, le désespoir de la colère.

Je me lève chaque jour comme tout le monde
et je détends les bras sur un papier à fleurs,
je ne me souviens de rien,
et c’est toujours avec désespoir
que je découvre les beaux arbres déracinés de la nuit.

L’air de la chambre est beau comme des baguettes de tambour.
Il fait un temps de temps.
Je connais le désespoir dans ses grandes lignes.

C’est comme le vent du rideau qui me tend la perche.
A-t-on idée d’un désespoir pareil!
Au feu! Ah! ils vont encore venir…

Et les annonces de journal, et les réclames lumineuses le long du canal.
Tas de sable, espèce de tas de sable!
Dans ses grandes lignes le désespoir n’a pas d’importance.

C’est une corvée d’arbres qui va encore faire une forêt,
c’est une corvée d’étoiles qui va encore faire un jour de moins,
c’est une corvée de jours de moins qui va encore faire ma vie.

(André Breton)


Illustration: Patrice Murciano

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’œil (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2016



 

L’œil existe à l’état sauvage

(André Breton)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Sous les ponts de Paris (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2016



Sous les ponts de Paris, le fleuve monnaye, entre autres méreaux,
le souvenir des priapées au temps où le chef des jongleurs levait tribut sur chaque folle femme.
Et chacun de nous passe et repasse, traquant inlassablement sa chimère,
la tête en calebasse au bout de son bourdon.

(André Breton)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Femme et oiseau (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2016



 

Femme et oiseau

Le chat rêve et ronronne dans la lutherie brune.
Il scrute le fond de l’ébène et de biais lape à distance le tout vif acajou.
C’est l’heure où le sphinx de la garance détend par milliers sa trompe autour de la fontaine de Vaucluse
et où partout la femme n’est plus qu’un calice débordant de voyelles
en liaison avec le magnolia inimitable de la nuit

(André Breton)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour est toujours devant vous (André Breton)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2016



L’amour est toujours devant vous.
Aimez!

(André Breton)

Illustration: Salvador Dali

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :