Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(André Pieyre de Mandiargues)’

Tu riras (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2018




Tu riras d’avoir eu faim
Tu te moqueras du besoin
Et de la satisfaction,

Tu riras du froid et du chaud
Tu riras d’avoir ri et pleuré
Tu souriras d’avoir aimé,

Tu t’amuseras d’avoir été vivante.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

ROSE NOIRE (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2018




ROSE NOIRE

Rose noire
Rêve d’une flore frappée
D’aversion pour le soleil
Tu dévêts la nuit
Quand un baiser t’effeuille.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE PAYS FROID (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2018



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

LE PAYS FROID

Parlez plus haut l’hiver nous assourdit
Les bruits des pas que l’on entendait hier
Au bord du lac gelé
Ne sonnent plus que dans le souvenir
Et notre vie devient une habitude triste
Derrière la paroi des vitres blanches.

La neige tombe depuis bien des semaines
Le charbon le café diminuent tous les jours
Chaque jour s’amoindrit
Le lendemain toujours est pire que la veille.

Notre mémoire même égare les réponses.

La faim le froid chassent les cerfs hors des bois
Jusque dans les rues du village
L’un s’est couché devant la croix
Bouche bée la tête à la renverse
Fauve image de notre amour.

Avez-vous entendu crier les loups le soir
Quand ils viennent rôder autour des étables ?
Sous la haute cheminée le feu languit
Le chien nous regarde avec tant d’indulgence
Avec tant de pitié
Que notre coeur se serre.

Nul ne balayera les marches de l’entrée.

L’hiver s’accroît comme un jeune géant
La neige tombe le givre s’épaissit
Et nous vieillissons à mesure.

Parlez bas il n’est plus besoin de nous entendre
Bientôt l’homme de pierre ouvrira le chemin.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les lèvres bleues du canot (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2015



Les lèvres bleues du canot
Sur le sable gris de la plage
Qu’un reflet de lune illumine
Dirais-tu qu’elles vont ouvrir
Une bouche de noyée
Pour dire ce que toute femme
Aurait pu dire à tout homme
Et que nulle n’a jamais dit ?

(André Pieyre de Mandiargues)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’HEURE DES MIRAGES (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 24 novembre 2015




L’HEURE DES MIRAGES

Quand se tait la stupide intelligence
Quand la raison tombe au plus bas
Sous la noble tyrannie du rêve
Alors tu surgis comme une faux
Femme longtemps souhaitée
Tu te lèves comme la lune
Sur la plaine brûlée des eaux
Et ton reflet d’acier pâle et de nacre
Argente mon esclavage,

Tu domines un désert qui est moi-même
Et la lumière que tu répands
Fait paraître des étangs et des tours
Des châteaux illusoires
Les quatre féeries élémentaires,

L’aiguille de ton regard
Signe l’heure des mirages.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: Jerôme Bosch_Tentation de Saint Antoine

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Blanche (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Blanche quand tu te lèves
Le soleil est au plus près,

Sur la berge de ton pied nu
L’air s’irise comme une truite,

L’aurore en tes yeux s’émerveille.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: Katarina Smuraga

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sarah (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




Sarah

Dans le diamant froid contenue
Je suis nue et la pierre
Rougit de ma chaleur.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: Auguste Macke

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

CE GONG (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




CE GONG

Ce gong c’est en dehors
Mais où est-ce ?

Dehors qu’est-ce
Et où suis-je ?

Ce gong est-ce hors de moi
Ou en moi ?

Ce bruit de fer
Porté par l’air
A mes oreilles
Si j’étais sourd
Puissé-je l’être
Il serait rouille
Braise dans l’eau
Rat mort
Os carié,

Les fruits d’hier
A quelles dents
Sont-ils échus ?

L’oncle et la nièce
Où est-ce
Qu’ils sont allés ?

Et la liesse
Qu’une saison
Je souhaitai ?

L’ai eue,

Gong
Ou marteau
L’ouïe est enclume
Le sang bouillonne,
Massue la pensée
Alors j’écoute et geins,

Me tais,

Qu’est-ce ?

Le dedans résonne,

L’écho des idées
Tonnant revient,

Est-ce en moi-même
Que je suis pilonné ?

Suis-je en ce gong
Par corps
Ou par défaut ?

Ce gong il faut
Qu’il cesse,

Que je sois hors,

Ou que l’intérieur clame,

A voix de nez,

Ni pis ni mieux qu’il ne sut faire
Naguère
Et que misère cent fois je l’entendis.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ÉVENTAIL (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




ÉVENTAIL

Ta vie est une main qui tient un éventail
Voilà qu’il s’ouvre après un temps de fermeture,

Il se ferme à demi,

Puis il s’épanouit
Interminablement ainsi qu’un jour de juin
Aux banlieues de Stockholm,

Pavane qui dément la nuit,

Vas-tu te réjouir
A l’unisson des belles sciences
Et de la violente innocence
Tout de suite il est refermé,

Droit comme une dent dure;

Pusses-tu pourtant te rebiffer
Dompter les doigts qui commandent les branches
Saisir l’isthme du poignet providentiel

Remonter le lent bras de l’omnipotence
Jusqu’à l’aisselle de la révélation
Alors tu humerais l’odeur épouvantable
Qui émane des ménageries supérieures
Tu saurais l’extrême odeur de tigre
Que le coton céleste empêche de descendre
Sur la terre où ton regard s’arrête
Au jeu joli d’un éventail.

(André Pieyre de Mandiargues)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE VOIS (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 22 novembre 2015




JE VOIS

Je vois un feu nourri d’ordures
Par des prisonniers aux mains dures,

J’ouvre encore les yeux je vois
L’ombre d’un grand os et d’un dieu
Qui allonge un dessin hideux
Derrière un sacrement affreux,

Je vois bouger les lèvres d’un idiot
Qui croit parler en maître,

Des troupeaux vont vers des tueries
Menés par de faux hommes qui
Portent des masques paternels,

Je vois les sables doucereux
Tracés d’une piste certaine
Par les pas des victimes d’hier,

J’ai honte de voir et pourtant
Je garderai les yeux ouverts.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: Nick Ut

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :