Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(André Schmitz)’

Le vent est de passage (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2018




    
Le vent est de passage
(l’inconnu, celui qui surgit
d’une brèche dans l’horizon).

Nous l’invitons à table.
Sa langue de feu fascine les enfants
son habit trouble les robes.

On voit le vin s’agiter dans ses veines.
On sent une folie nouvelle
circuler dans les sangs.

On se parle en toutes sortes de langues.
On ne comprend rien
mais on va peut-être tout savoir.

(André Schmitz)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vous ai-je dit voisine (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2016



Vous ai-je dit
voisine
avoir vu le vent
se traîner à plat ventre
dans votre jardin ?

Vous devriez prendre garde :
le vent est amoureux

(André Schmitz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’oiseau dont les ailes sont trouées (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2016



L’oiseau dont les ailes sont trouées
ne parvient plus à voler.
Il nous faudrait l’aimer davantage
et aimer fendre le ventre du vent.

Pour ouvrir un passage à l’oiseau :
que celui-ci puisse rejoindre feuillages et nuages d’un au-delà
duquel saluer la ville convoitée
et s’y laisser tomber en cas de fatigue extrême.

(André Schmitz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Henri Matisse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un rapt ? (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2016



Un rapt ? Oui
Un orage ? Peut-être
Un fracas spirituel ? Pourquoi pas

(André Schmitz)

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Invitation lui fut faite de naître (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2016



Invitation lui fut faite de naître,
de tenter l’aventure d’être au monde
(et si pas au monde, d’être là tout de même).
Et là ce fut imaginairement Duino et ses élégies,
et non loin, Svevo et Une vie, Saba et une ville.

Finalement, ce fut l’aventure d’avoir vécu.

(André Schmitz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Philippe Legoubin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aujourd’hui un ange et un oiseau sont morts (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2016



Aujourd’hui un ange et un oiseau sont morts
Je les ai vus dans mon jardin tomber
hors de la vie comme dans un ciel à l’envers
– C’est pourquoi ce soir je voudrais faire
un enfant, dit rêveusement la jeune femme.
(Déjà pour lui un ballon roule sur l’herbe.)

(André Schmitz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Henri Matisse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce sont les âmes que l’on met en terre (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2016



cercueil volant [800x600]

Ce sont les âmes que l’on met en terre
et ce sont les corps qui montent au ciel
enveloppés de leur costume de bois pauvre
Ainsi voit-on parfois des cercueils flotter
dans les airs comme de grands cerfs-volants

(auxquels aboient la nuit les chiens éberlués).

(André Schmitz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur le poing du boxeur en repos (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2016



Sur le poing du boxeur en repos, un papillon.
Si l’homme osait déserter le combat, peut-être
Un oiseau prendrait-il
Place sur son épaule.

(André Schmitz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Chantal Dufour

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les preuves sont nulles (André Schmitz)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2016



Les preuves sont nulles
les signes sont fragiles

On ne peut pas encore affirmer
que le jour naîtra
que l’horizon ouvrira ses lèvres au soleil
on ne peut rien dire.

On se tait on retient son haleine
on laisse la rosée toucher des paupières
on laisse l’oiseau dire ce qu’il veut.

On attend
on voit l’incertain trembler
entre la cendre et la chaux
on a mal à son désir.

(André Schmitz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :