Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Angèle Vannier)’

JAMAIS PLUS (Angèle Vannier)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2017



ange-gardien

JAMAIS PLUS

Sa voix d’ange épousait mon cœur,
Elle chantait sur ma douleur
Comme un beau soleil sur la neige
Et je croyais aux sortilèges
Qu’il inventait pour mon bonheur.

Il disait simplement : « Bonjour, comment vas-tu? »
Avec un charme étrange et gonflé d’inconnu
Je l’ai pris pour un ange il s’en est aperçu
Et son cœur s’est penché du côté de la rue.

Il est parti avec sa voix
Avec sa bouche avec ses bras
Et moi j’habite un grand silence
Où se promène son absence
Absence qui n’en finit pas.

Il disait simplement : « Bonjour, comment vas-tu ? »
Avec un charme étrange et gonflé d’inconnu
Je l’ai pris pour un ange il s’en est aperçu
Il a dit simplement : « Bonsoir — et jamais plus
Jamais plus! »

(Angèle Vannier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE FOU DU VILLAGE (Angèle Vannier)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Nicolas Eekman  fou du village 0-4 [800x600]

LE FOU DU VILLAGE

Il a le front clair
Et le cœur à nu
Il a les yeux verts
Des enfants perdus
Il m’attend là-bas
Sous un pommier doux
Les hommes de loi
Disent qu’il est fou.

Tous les Messieurs bien crachent sur son ombre
Quand il se promène au bras de l’amour
D’un amour sans poids sans voix sans atours
D’un amour volé au sein d’une tour
D’une tour du monde.

Il chante à la lune
Un air d’oiseau bleu
Chacun sa chacune
Il faut être heureux
Il aura mon corps
Quand il le voudra
Il aura mon âme
Au temps des lilas.

Tous les Messieurs bien crachent sur son ombre
Quand il se promène au bras de l’amour
D’un amour sans poids sans voix sans atours
D’un amour volé au sein d’une tour
D’une tour du monde.

Pas de mariage
Avec les maudits
Le fou du village
Est mort cette nuit
Et les vierges sages
Ont prié pour lui.

Moi j’ai son image
Au pied de mon lit.

(Angèle Vannier)

 Illustration: Nicolas Eekman  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

ELLE (Angèle Vannier)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2016



ELLE

Elle avait un chat noir un cheval un bon chien
Elle allumait son feu elle cuisait son pain
Elle allait à l’église aussi tous les matins
Elle avait le roi même à portée de sa main
Elle avait un verger qui donnait tous les fruits
Elle faisait son bien du jour et de la nuit
Ses semaines avaient toujours quatre jeudis
Et les gens très bien renseignés
Aimaient beaucoup à raconter
Qu’elle était la plus belle forme de l’amour.

Mais pourtant je le sais
Elle aurait tout donné
Pour partir de l’autre côté.

(Angèle Vannier)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LUI (Angèle Vannier)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2016



LUI

Il se passait de chat de cheval et de chien
Il se passait de feu il se passait de pain
Il se passait de fleurs il se passait de fruits
Il se passait de jour il se passait de nuit
Il se passait de rire il se passait de larme
Il se passait d’église il se passait de femme

Mais les gens très bien renseignés
Aimaient beaucoup à raconter
Qu’il ne se passait pas
De ce silence là
Permis aux dieux logeant au front des tours

Et pourtant je ne sais
S’il l’aurait échangé
Contre un seul trèfle à quatre feuilles
Ou contre un seul brin de muguet.

(Angèle Vannier)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DE MA VIE (Angèle Vannier)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2016



DE MA VIE

De ma vie je n’ai jamais vu
Plus beau visage que sa voix
Ses yeux portent l’âme des eaux
Blessées à mort depuis des siècles
Par le silence des grands bois
Son front descend de la lumière
Comme l’Égypte du mystère
Et sa bouche a juste le poids
Le poids terrible du bonheur
Que pouvait supporter mon coeur

(Angèle Vannier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Forêts sans muguet (Angèle Vannier)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2016



Au mois de mai
quand les forêts
sont frustrées de fleurs de muguet
elles ressemblent trait pour trait
aux églises désaffectées
Et les filles sont déroutées
par des fauves candeurs qui perlent à leur cou
Si l’un se met à genoux
l’autre pleure sous la feuillée

Les jeux sont faits
Sauve qui peut
Mais le mal n’a pas l’existence
Il n’est que le temps et le lieu
où il n’a pas pris conscience
de Dieu.

(Angèle Vannier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Plus beau visage (Angèle Vannier)

Posted by arbrealettres sur 6 janvier 2016




De ma vie je n’ai jamais vu
Plus beau visage que sa voix
Ses yeux portant l’âme des eaux
Blessés à mort depuis des siècles
Par le silence des grands bois…

(Angèle Vannier)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :