Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘animaux’

Le visage que tu portes (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2017



Le visage que tu portes,
où tu caches sous la peau
de farouches animaux
qui rôdent dans les clairières,

arrache-le! Tu retrouves
sous la ténébreuse image
la nuit d’un autre visage
qu’il faut encore déchirer.

Et de visage en visage,
arrachés et déchirés,
lèvres noires, plaies figées
au rivage du miroir,

tu gagnes ta propre images
ta demeure d’écorché
où des griffes de clarté
poussent d’étranges ravages:

beau visage de vivant,
camaïeu d’os et de nerfs,
forêt de veines, d’artères
où battent les tambours du sang.

(Jean Joubert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le zèbre (Pierre Ferran)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2017



Le cinquième jour
Du haut d’un nuage,
les mains rouges d’argile,
Dieu contemplait les animaux:

«Je suis mécontent du zèbre»,
dit-il à Saint Rémi
qui tenait la liste,
«il ressemble trop au cheval.
Rayez-le!»

(Pierre Ferran)

Posted in humour | Tagué: , , , , , , , , , | 5 Comments »

Les animaux ont des ennuis (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



Les animaux ont des ennuis

Le pauvre crocodile n’a pas de C cédille
On a mouillé les L de la pauvre grenouille
Le poisson scie a des soucis
Le poisson sole
Ça le désole

Mais tous les oiseaux ont des ailes
Même le vieil oiseau bleu
Même la grenouille verte
Elle a deux L avant l’E

Laissez les oiseaux à leur mère
Laissez les ruisseaux dans leur lit
Laissez les étoiles de mer
sortir si ça leur plaît la nuit
Laissez les p’tits enfants briser leur tirelire
Laissez passer le café si ça lui fait plaisir

La vieille armoire normande
Et le vache bretonne
Sont parties dans la lande en riant comme deux folles
Les petits veaux abandonnés
Pleurent comme des veaux abandonnés

Car les petits veaux n’ont pas d’ailes
Comme le vieil oiseau bleu
Ils ne possèdent à eux deux
Que quelques pattes et deux queues

Laissez les oiseaux à leur mère
Laissez les ruisseaux dans leur lit
Laissez les étoiles de mer
Sortir si ça leur plaît la nuit
Laissez les éléphants ne pas apprendre à lire
Laissez les hirondelles aller et revenir.

(Jacques Prévert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Vieillesse (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2016



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vieillesse

Immobile à présent près d’une fenêtre à vigne-vierge
elle observe à travers le rouge du mur
la foule impondérable de ceux qui ne vivent plus autour d’elle.

Elle reconnaît des fragments de paroles
une mèche
une main baguée
presque jamais une personne entière.

Les animaux transpercent mieux le souvenir
plus simples
avec leur immuable pelage.

A recevoir tant de fantômes
son visage devient brumeux.
Lui-même

on le reconnaît mal parmi les photographies d’autrefois
dans la chambre où tout doucement la pendule
sonne tous les quarts d’heure un reste de vie.

(Marie-Claire Bancquart)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

BATTERIE (Jean Cocteau)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2016



 

BATTERIE

SOLEIL, je t’adore comme les sauvages,
à plat ventre sur le rivage.

Soleil, tu vernis tes chromos,
tes paniers de fruits, tes animaux.

Fais-moi le corps tanné, salé ;
fais ma grande douleur s’en aller.

Le nègre, dont brillent les dents,
est noir dehors, rose dedans.

Moi je suis noir dedans et rose
dehors, fais la métamorphose.

Change-moi d’odeur, de couleur,
comme tu as changé Hyacinthe en fleur.

Fais braire la cigale en haut du pin,
fais-moi sentir le four à pain.

L’arbre à midi rempli de nuit
la répand le soir à côté de lui.

Fais-moi répandre mes mauvais rêves,
soleil, boa d’Adam et d’Eve.

Fais-moi un peu m’habituer,
à ce que mon pauvre ami Jean soit tué.

Loterie, étage tes lots
de vases, de boules, de couteaux.

Tu déballes ta pacotille
sur les fauves, sur les Antilles.

Chez nous, sors ce que tu as de mieux,
pour ne pas abîmer nos yeux.

Baraque de la Goulue, manège
en velours, en miroirs, en arpèges.

Arrache mon mal, tire fort,
charlatan au carrosse d’or.

Que j’ai chaud ! C’est qu’il est midi.
Je ne sais plus bien ce que je dis.

Je n’ai plus mon ombre autour de moi
soleil ! ménagerie des mois.

Soleil, Buffalo Bill, Barnum,
tu grises mieux que l’opium.

Tu es un clown, un toréador,
tu as des chaînes de montre en or.

Tu es un nègre bleu qui boxe
les équateurs, les équinoxes.

Soleil, je supporte tes coups ;
tes gros coups de poing sur mon cou.

C’est encore toi que je préfère,
soleil, délicieux enfer.

(Jean Cocteau)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où nous ouvrir? (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 8 août 2016



Là où nous sommes là où fait mal
la blessure implicite et secrète
Où nous ouvrir?
De quelle autre manière d’être
pouvons-nous être là où nous sommes?

Comment raviver ce qui a vieilli dans l’apathie et ne brille plus?
Comment vivre le temps sans les narines
frémissantes du renouveau en son excès?

Si seulement ce que nous lisons pouvait devenir
une mer scintillante ouverte entre les lignes
Mais déjà travaillée par la mousse la peau jaunit
et les capillaires s’épaississent

Comment fonder de nouveau la réalité dans la sphère de l’attention
Comment réaliser dans la densité de la surface
les actes qui émeuvent les animaux de l’espace que nous sommes?

(António Ramos Rosa)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un profil immortel sur le fronton (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2016


 


Aaron Westerberg   5 [1280x768]

 

Un profil immortel sur le fronton
A Bornéo ou au delà
Les rivières sont gelées
Les animaux courent sur la piste
Et le spectateur fou s’amuse
Au concert des Iles Marquises
Le café clair
Elle est bien mise
Elle pose ses bijoux de verre
Et ses mains sont des écrevisses
La paille qu’elles prennent glisse
Chapeau
Bracelets
Faux linon
La musique joue
Je voudrais bien sortir
pour voir si le ciel est encore là

(Pierre Reverdy)

Illustration: Aaron Westerberg

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amis sauvages (René-Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2016


Amis sauvages

Je parle d’animaux qui n’ont pas de parents
De sourds bondissements inconnus des poitrine

Beaux hommes sangliers
Que j’apaise d’un doigt
La bauge de mes yeux
Est pleine de pervenches
Soulevez les forêts
Et portez-les en moi

Je viens à vous cerviers
Amis des plaines blanches
Longs renards comme un jour
D’automne un peu couvert
Biches dont les flambeaux
Ensoleillent l’hiver

Je viens à vous passants
Du monde invulnérable
Perdrix au songe bleu
Qui laissez en rêvant
Tomber des champs de blé
Au-dessus de ma table

Je viens à toi surtout
Gardienne des chansons
Trésor de la vallée
Fille des sauges douces
Qui trouves pour m’aimer
La chaleur des moissons.

(René-Guy Cadou)

Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tranquilles animaux nocturnes (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2016



Tranquilles animaux nocturnes,
qui sentent les roses,
marchent le long des murs.

(Yannis Ritsos)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

FILLE DU VENT (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2015




FILLE DU VENT

Ils sont venus.
Ils envahissent le sang.
Ils sentent les plumes,
le dénuement,
les larmes.
Mais toi tu nourris la peur
et la solitude
comme deux petits animaux
perdus dans le désert.

Ils sont venus
mettre le feu à l’âge du rêve.
Ta vie est un adieu.
Mais toi tu étreins
comme la vipère folle de mouvement
qui ne se trouve qu’elle-même
parce qu’il n’y a personne.

Toi tu pleures sous tes larmes,
tu ouvres le coffre de tes désirs
et tu es plus riche que la nuit.

Mais il fait tant de solitude
que les mots se suicident

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Nico Lund

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :