Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘animé’

C’est dans la musique seule (Rainer Maria Rilke)

Posted by arbrealettres sur 4 avril 2019



 

Chelin Sanjuan 1c48d6

C’est dans la musique seule que se manifeste ce phénomène extraordinaire :
que la loi, qui en tout autre domaine ordonne,
se trouve ici suppliante, disponible, infiniment dépendante de nous.
Derrière cet écran de sons, le Tout s’approche,
— nous sommes d’un côté, et, de l’autre, —
séparé de nous par rien qu’un peu d’air mouvant, animé par nous, —
vibre l’inclinaison de l’étoile.

(Rainer Maria Rilke)

Illustration: Chelin Sanjuan

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur les villages (Paul Gilson)

Posted by arbrealettres sur 21 août 2018



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur les villages c’est carrousel de fumées
qui projettent au ciel leurs ombres animées

Les premières lueurs font rire les fontaines
entre les pince-vent et les porte-mitaines

Lâchant du fil les hirondelles sont contentes
de partir en beauté pour leurs vols d’émigrantes

Quelle île s’appareille à cette Ile de France
immobile dans l’air de ses fours de boulange

Je n’ai rien vu de plus doré que cet automne
qui mange le soleil tel un pain en couronne

et je reste à rêver seul de la confrérie
jusqu’au couchant blessé qui saigne aux tuileries

(Paul Gilson)

Illustration: ArbreaPhotos
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

C’est en toi, bien-aimé, que j’écoute (Charles Van Lerberghe)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2018



 

Jeanie Tomanek   bigprayer

C’est en toi, bien-aimé, que j’écoute,
Et que mon âme voit.
Accueille mon silence et montre-moi la route,
Mes yeux fermés au monde se sont ouverts en toi.

C’est en toi que je ris, c’est en toi que je rêve,
Que je pleure tout bas.
En toi que mon sein se soulève,
En toi que mon coeur bat.

Ô toi, dont s’ensoleille
D’un tremblement d’ailes d’or
Mon souffle animé,
C’est en toi que je m’éveille,
Et c’est en toi que je m’endors,
Ô bien-aimé !

(Charles Van Lerberghe)

Illustration: Jeanie Tomanek 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un peu de moi court au-dehors (Patrice de La Tour du Pin)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



 

Mahir Ates  (4)

Un peu de moi court au-dehors, que je ne sais
Nommer d’un nom, d’un nom de femme…
un peu de moi,

De ce qui serait elle et moi, et qui vivrait
De sa propre vie d’or, vagabonde parfois
Si près que j’ai touché son halo bienheureux,
Ce halo d’où l’on voit tout autrement les choses,
Où l’on se perd sans fin, bien abrité des choses,
Dans la vie d’éternel et d’amour de nous deux…

Un peu de moi, mais tant de moi, qui meurs d’aimer,
Avant de la connaître et d’en être animé,
Comme elle sait souffler sur l’âme et lui donner
Sa plénitude…

(Patrice de La Tour du Pin)

Illustration: Mahir Ates

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MOIS APRÈS MOIS, ANNÉE APRÈS ANNÉE (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2017



Illustration
    
MOIS APRÈS MOIS, ANNÉE APRÈS ANNÉE

Mois après mois, année après année,
Ma lyre a fait entendre une note plaintive;
Voici qu’enfin un son plus animé
Va l’accorder, joyeuse, au timbre du plaisir.

Qu’importe que le clair de lune et les étoiles
S’éteignent dans le gris maussade du matin?
Ce ne sont là que signes de la nuit,
Et ceci, mon âme, est le jour.

***

MONTH AFTER MONTH, YEAR AFTER YEAR

Month after month, year after year,
My harp has poured a dreary strain;
At length a livelier note shall cheer,
And pleasure tune its chords again.

What though the stars and fair moonlight
Are quenched in morning dull and grey?
They are but tokens of the night,
And this, my soul, is day.

(Emily Brontë)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

BAISER DE COMPLIMENT (Guillaume Colletet)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2017



Illustration: Francesco Hayez
    
BAISER DE COMPLIMENT

Source de mes plaisirs, belle et divine bouche,
Qui tirez d’une rose un air délicieux,
Dont vous charmez nos sens et parfumez ces lieux,
Et dont vous pourriez même animer une souche.
Lorsque vous permettez que ma lèvre vous touche,
Je suis dessus la terre ainsi que dans les cieux;
Je savoure un nectar si désiré des Dieux,
Qu’ils dédaignent au prix les plaisirs de leur couche.
Ce qui peut amoindrir pourtant cette faveur,
Ce baiser animé d’une aimable saveur
Qui me flatte les sens d’une si douce atteinte,
Belle bouche, où la grâce établit son séjour.
C’est que vous me donnez par respect et par feinte,
Ce que vous pourriez bien me donner par amour.

(Guillaume Colletet)

 

Recueil: Anthologie universelle des baisers (III France)
Editions: H. Daragon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ODE SUR LE REFUS D’UN BAISER (Charles de l’Espine)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2017



Illustration: Jean Honoré Fragonard
    
ODE SUR LE REFUS D’UN BAISER

Tu te plains, petite mauvaise,
Que s’il advient que je te baise
Tout aussitôt ma langue y court.
Quoi donc, le baiser d’une fille.
Si la langue ne me frétille,
Me semble trop fade et trop court.

Baiser une bouche fermée,
Qui d’esprit n’est point animée,
Sans goût, humeur ni sentiment,
Et baiser l’image muette
Que Pygmalion s’était faite,
C’est affoler également.

Tu permets que ma lèvre touche
Le divin corail de ta bouche,
A ma langue le refusant.
Mais ne crains-tu pas qu’elle pense
Qu’on ne croit pas à son silence,
Et se venge en nous accusant?

Que la tienne, petite folle,
Avec la mienne se colle,
Et que par un si doux lien
Mon cœur avec ton cœur s’assemble ;
Puis elles jureront ensemble
Toutes deux de n’en dire rien.

Penserais-tu, bouche envieuse.
Que la manne délicieuse
D’un baiser ne fût que pour toi?
Tu n’es faite de la nature
Que pour être sa couverture
Et le receler sous ta foi.

Alors que sur tes lèvres closes
Je tâche de cueillir des roses,
J’entends, d’un murmure jaloux,
Ta langue qui te dit : Mauvaise !
Pourquoi ne serais- je bien aise
De baiser aussi bien que vous ?

Ouvre-toi donc, bouche mignarde,
Et si ma langue frétillarde
A plus d’amour que de raison,
Au retour ferme-lui la porte
Et fais si bien qu’elle n’en sorte
D’une bonne heure de prison.

(Charles de l’Espine)

 

Recueil: Poètes du Baiser
Editions: Société des Éditions LOUIS-MICHAUD

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je cherche (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017



 

Illustration
    
Je cherche

Une fois un poème
Trouvé
Je cherche
Le mot interligne
Dans la danse des lettres
Consonnes voyelles
Je palpe la longueur la largeur
Des mots
Cherche et invente
Le mot
Animé du souffle

(Rose Ausländer)

 

Recueil: Pays maternel
Traduction: Edmond Verroul
Editions: Héros-Limite

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toi et moi (Syad William)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2015


20090406181119__igp0362
Je suis
Pour Toi
Ce que tu voudrais être
Au fond de Toi-même
A l’instant
Où ta pensée arrête
Sa course

Je dis
Ce que Tu voudrais
Dire
L’instant
Où ton âme
Animée
Voudrait dire des mots

Enfin
Je suis ton autre
Toi-même
Dans l’intimité
Où se rejoignent
Deux pensées
Deux êtres

Toi et moi

(Syad William)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :