Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘anxiété’

Fatigués d’attendre (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2019




Illustration: W. Hoffacker
    
Fatigués d’attendre le prévu,
un désir, l’automne, la mort,
nous passons à attendre l’imprévu.

Et tout comme il ne fut jamais important
que le prévu arrive ou n’arrive pas,
à présent il n’importe pas davantage
que l’imprévu arrive ou n’arrive pas.

Bien plus que l’objet
ou l’anxiété de notre attente,
ce qui importe c’est le changement
de notre sens d’attendre,
ce changement qui mènera peu à peu à une autre attente

par-delà le prévu et l’imprévu :
l’attente désintéressée de toute forme d’attente.

***

Fatigados de esperar lo previsto,
un deseo, el otoño , la muerte,
pasamos a aguardar lo imprevisto.

Y así como nunca importó demasiado
que lo previsto llegara o no llegara,
ahora tampoco importa demasiado
que lo imprevisto venga o no venga.

Mucho más que el objeto
o la ansiedad de nuestra espera,
lo que importa es el cambio
de nuestro sentido de esperar,
ese cambio que llevará poco a poco a otra espera,
mils alla de Io previsto y lo imprevisto,
la espera desinteresada de toda forma de espera.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Bruits de la Nuit (Jules Lefèvre-Deumier)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2019



Les Bruits de la Nuit

L’homme a beau s’insurger contre ses rêves,
ses rêves sont plus forts que lui.
Une impression qu’il ne peut ni maîtriser, ni comprendre,
vient souvent contredire à l’improviste les plus hautes spéculations de son esprit,
donner un démenti à ses plus intrépides négations.
Quel hardi penseur n’a pas quelquefois, dans la nuit,
entendu avec une sorte d’anxiété ces bruits mystérieux,
qui semblent se donner rendez-vous dans l’ombre ?

On dirait que quelque chose vit sourdement dans la matière,
et prend, quand tout se tait, une voix pour nous parler :
langage indéfinissable, imposant comme le silence, obscur comme les ténèbres.

Message énigmatique de l’avenir ou du passé,
il inquiète également la raison.
Ce qui n’est plus nous effraye autant que ce qui n’est pas :
c’est toujours l’inconnu.

(Jules Lefèvre-Deumier)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ANXIÉTÉ (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2018



Illustration: Vincent Van Gogh
    
L’ANXIÉTÉ

Au-dessus du précipice
passent des nuées
lorsque s’assombrissent les champs
dans le silence de veillée
que la pelle à feu
en tombant sur la pierre
fait frémir la paysanne
qui dans l’anxiété
fait un bouquet
de fleurs et feuilles
puis faiblement chante
en souvenir
de son fils le meilleur.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cette tendresse (Julio Cortázar)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2018




    
Cette tendresse

Cette tendresse et ces mains libres,
à qui les donner sous le vent ? Tant de blé
pour la renarde et au milieu de l’appel
l’anxiété de cette porte ouverte pour personne.

Nous avons fait du pain très blanc
pour des bouches déjà mortes qui n’acceptaient
qu’un croissant de lune et le thé
froid de la veillée à l’aube.

Nous avons joué des instruments pour la colère aveugle
des ombres et des chapeaux oubliés. Nous sommes restés
avec les présents disposés autour d’une vaine table
et nous avons bu du cidre chaud
dans la honte de minuit.
Alors, personne ne veut ça,
personne ?

***

Esta ternura

Esta ternura y estas manos libres,
¿a quién darlas bajo el viento? Tanto arroz
para la zorra, y en medio del llamado
la ansiedad de esa puerta abierta para nadie.

Hicimos pan tan blanco
para bocas ya muertas que aceptaban
solamente una luna de colmillo, el té
frío de la vela la alba.

Tocamos instrumentos para la ciega cólera
de sombras y sombreros olvidados. Nos quedamos
con los presentes ordenados en una mesa inútil,
y fue preciso beber la sidra caliente
en la vergüenza de la medianoche.
Entonces, ¿nadie quiere esto,
nadie?

(Julio Cortázar)

 

Recueil: Crépuscule d’automne
Traduction: Silvia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je suis un homme meurtri (Franck Venaille)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2018



Je suis un homme meurtri
Les blessures, cette anxiété qui jamais ne me quitte
La chair la nuit la nudité des corps m’obsèdent
L’appréhension est un rongeur circulant dans mes
poumons
la gueule pleine
Faut-il le dire?
Quand cessera, quand prendra fin ce temps d’épuisement?
Déjà ce corps flottant, déjà
d’amers pressentiments de bras en croix
Par la vie entière!
Je suis un homme meurtri

(Franck Venaille)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du bonheur (René Char)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2017



 

Illustration
    
Du bonheur qui n’est que de l’anxiété différée.
Du bonheur bleuté, d’une insubordination admirable,
qui s’élance du plaisir, pulvérise le présent
et toutes ses instances.

(René Char)

 

Recueil: Feuillets d’Hypnos
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Anxiété des Lèvres (Paule Riversdale)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



Illustration:  Théodore Chassériau
    
L’Anxiété des Lèvres

Donne-moi les mauvais baisers
Qui frémissent, inapaisés,
Parmi les lents sanglots brisés.

Lorsque tu seras endormie,
Je contemplerai l’infamie
De tes fausses lèvres d’amie.

La lumière de ton miroir
A reflété mon désespoir
Et les glauques frissons du soir.

Redis-moi le divin mensonge
Où chaque soir mon être plonge,
Comme en l’abîme d’or du songe.

Ah ! rends-moi les mauvais baisers
Qui frémissent, inapaisés,
Parmi les lents sanglots brisés !

(Paule Riversdale)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hiver (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



Hiver

LES pampres du printemps et le vin de l’automne
Ont perdu le parfum qui jadis me fut cher ;
Je veux l’haleine chaste et le silence amer,
Les brumes et la glace et l’ombre de l’hiver.

Je ne tresserai plus l’irréelle anémone,
Je n’écouterai plus le rythme monotone
Des oiseaux dans les bois que l’octobre couronne
D’opales, de rubis et de l’or souverain.

Mais je m’inspirerai du tragique refrain
Du vent qui jette au ciel ses révoltes d’airain,
Qui rôde en sanglotant près de l’âtre serein,
Comme Dante implorant la paix du monastère.

O neiges où la soif du blanc se désaltère !
Toute virginité recèle le mystère,
La crainte, et l’infini du rêve solitaire.

J’écarterai les fruits des jardins de l’été,
Car l’incomplète ivresse au regard hébété
Ne verse point l’oubli comme le pur Léthé,

Car la neige où la soif du blanc se désaltère
Seule éteindra l’ardeur de mon anxiété…
Dans le noble infini du rêve solitaire,
J’oublierai la ferveur des amours de l’été…

(Renée Vivien)

Illustration: Jan Balet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une barque (Tshanyang Gyatsho)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2017



Une barque, même instable,
dissipe l’anxiété devant le fleuve immense:
une compagnie, n’importe laquelle,
soulagerait ma peine de cette amie morte.

(Tshanyang Gyatsho)


Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Femme formant, de ses jambes la voile d’un albatros (Gérard Le Gouic)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2017



Femme formant, de ses jambes
la voile d’un albatros,
et je m’amarre à elle.
Alors dans mon visage passe
avec un moment d’avance
ce qu’elle reconnaîtra sur le sien
l’inconfort du lien,
l’anxiété de l’accomplissement,
l’attente de la montée
et tout à coup l’éclair
qui ferait accepter le fer rouge.

(Gérard Le Gouic)

Illustration: Eric Fortune

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :