Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘apaisant’

Nos désirs sont d’amour la dévorante braise (Théodore Agrippa d’Aubigné)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2018



 

Alexander Nedzvetskaya (15)

Nos désirs sont d’amour la dévorante braise,
Sa boutique nos corps, ses flammes nos douleurs,
Ses tenailles nos yeux, et la trempe nos pleurs,
Nos soupirs ses soufflets, et nos sens sa fournaise.

De courroux, ses marteaux, il tourmente notre aise
Et sur la dureté, il rabat nos malheurs,
Elle lui sert d’enclume et d’étoffe nos coeurs
Qu’au feu trop violent, de nos pleurs il apaise,

Afin que l’apaisant et mouillant peu à peu
Il brûle d’avantage et rengrège son feu.
Mais l’abondance d’eau peut amortir la flamme.

Je tromperai l’enfant, car pensant m’embraser,
Tant de pleurs sortiront sur le feu qui m’enflamme
Qu’il noiera sa fournaise au lieu de l’arroser.

(Théodore Agrippa d’Aubigné)

Illustration: Alexander Nedzvetskaya

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’épaule (Patrick Le Divenah)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2018



Illustration: Jean Goujon
    
L’épaule

rien n’est jamais plus nu que quand tu la dénudes
sa rondeur innocente est propice au toucher
d’une main qui s’installe en cette rondité
après qu’on eut posé un baiser en prélude

sa chaleur est intime et pleine de quiétude
propice au songe à la caresse digitale
qui paresse tandis que le miroir ovale
souligne encor les formes de sa plénitude

c’est une étape avant les prochaines courbures
une pause après la pente de l’encolure
un double faîte entre la poitrine et le dos

et quel plus grand plaisir après la journée dure
que lorsque vient l’instant où poser sa figure
sur le dôme apaisant de l’épaule au repos

(Patrick Le Divenah)

 

Recueil: Blasons du corps féminin
Traduction:
Editions: L’Échappée Belle

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES LITANIES DE LA SOLITUDE (Pascal Bonetti)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018




LES LITANIES DE LA SOLITUDE

O fille de l’orgueil et mère de la force,
Maitresse-vierge dont la voix est le silence,

O Palais des miroirs où se confronte l’âme,
Tour d’ivoire où les nuits même sont translucides,

Trône de la sagesse, Arche où font alliance
Les souvenirs fanés et les espoirs vivaces,

Etoile des matins et des molles vesprées
Qui luis, guidant cerveaux et coeurs comme des voiles,

Porte du ciel promis aux prunelles voyantes,
Firmament constellé des désirs et des rêves,

Vase spirituel et cassolette ardente
Où brûlent les parfums des plus rares pensées,

Rose mystique ouverte aux âmes idéales,
Grenade mûre offerte aux chairs passionnelles,

Festin où les esprits prédestinés s’enivrent
Jusqu’à trouver toute clarté dans leur ivresse,

Manne apaisante aux faims de Jésus et d’Orphée,
Vin qui fais les héros, Pain qui nourris les vierges,

Refuge des pécheurs, douce Consolatrice
Des affligés, Salut des infirmes, Viatique

Pour les marcheurs lassés par nos époques lourdes,
Fleuve d’oubli où les oublis mêmes s’oublient,

Soleil sur les glaciers de nos amours défuntes,
Pluie d’or sur les déserts de nos amitiés mortes,

Reine des saints et des martyrs et des poètes,
Reine des vraiment rois, reine des vraiment reines,

O Colombe, ô Vautour, inlassable couveuse
Des germes du génie humain et de ses fièvres,

Toi, la seule par qui les hommes
Trouvent l’entendement des célestes silences,

Accueille-nous, accueille-nous, ô Solitude !

(Pascal Bonetti)

Illustration: Tatiana Yushmanova

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À quoi riment-elles tes rimes déguisées (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2018




    
À quoi riment-elles tes rimes déguisées
voudraient-elles débusquer lovée sous la mémoire
quelque heure pareille à la bête blessée
qui dans le fourré souffre et se tait ?

Ou quel reflet sur les miroirs du temps
rêvent-elles d’éveiller image d’un enfant
sans royaume autre que celui des nuages
et qui nous redirait la fable un instant apaisante
des chênes comme autrefois receleurs de secrets.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Point Gamma (Maurice Blanchard)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2017



Le Point Gamma

D’où viens-tu, folie magnifique et sauvage? Où vas-
tu, araignée du soir? Et toi, papillon des terres arides
qui, seul, regardes le soleil en face?
Et je reprenais ma tapisserie, point par point. Une
clarté dans la nuit: je la replaçais à son rang, près de
l’aurore. Une clameur des suppliciés: je tendais les
cordes pour obtenir l’unisson, puis je serrais encore un
peu, infiniment peu mais juste ce qu’il fallait, ni plus ni
moins, et j’entendais enfin l’apaisant battement de
soixante à la minute. Oh le mariage du cœur et du
cri!
Tout cela a brusquement fini à l’instant même où je
suis né.

(Maurice Blanchard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ils sont dans l’air, les ossements (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2017



A Carnac, derrière la mer,
La mort nous touche et se respire
Jusque dans les figuiers.

Ils sont dans l’air,
Les ossements.

Le cimetière et les dolmens
Sont apaisants.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les silences (Bakary Bamba Junior)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2017



Les silences

Il y a le silence de la nuit,
Si calme et si troublant;
Il y a le silence de la mer,
Si doux et si berçant;
Et il y a le silence de son sourire
Si généreux et si apaisant.

Il y a le silence des enfants,
Si tendre et si touchant;
Il y a le silence des baisers,
Si savoureux et si renversant;
Et il y a le silence de ses regards
Si beau et si captivant.

Il y a le silence des adieux,
Si dur et si déchirant;
Il y a le silence des opprimés,
Si dur et si déchirant;
Et il y a le silence de ses absences,
Insupportable souffrance.

(Bakary Bamba Junior)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Eau Dormante (Jean Orizet)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2016



L’Eau Dormante

L’eau dormante ne dort pas;
Elle rêve, j’en suis sûr,
Car son rêve,
Elle le murmure,
Doucement,
Pour ceux qui comprennent,
Ceux qui aiment
Son frissonnement.
Son rêve est bien apaisant;
Il lui donne un aspect tranquille
Immobile et changeant;
L’eau dormante sourit,
Elle est heureuse;
C’est l’eau rêveuse.

(Jean Orizet)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je commence à bercer mon temps (Marianne van Hirtum)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2016



je commence à bercer mon temps.
j’ai couturé un vêtement de tes absences
l’ai revêtu contre le mal
contre la faim.
j’ai cueilli des fleurs apaisantes
pour chanter la soif
qui pleurait si bien.
j’ai coiffé mon front de collines blondes
j’ai tout changé.
j’ai mené paître mes désirs à pas de chagrin
dans les plaines rondes où le soleil
est pour demain.
avec des brins de toi
au vent volés
l’un après l’autre
j’ai bâti une tout
qui double
est sans fatigue
dans le ciel.

(Marianne van Hirtum)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si un jour la mort te chuchote (Bernard Montini)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2015



Si un jour

la mort te chuchote
des paroles apaisantes
oppose-lui l’éternité de ton instant

(Bernard Montini)


Illustration: Harmen van Steenwyck

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :