Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘aphrodisiaque’

Ne jetez pas aux pourceaux (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




Ne jetez pas aux pourceaux —
L’animal rationnel préfère
La chair aphrodisiaque de l’huître :
Qui donc attache à une perle
Un prix tel
Qu’il vend tout
Pour l’acheter?

***

Cast not before swine —
The rational animal
Oysters’ soft aphrodisiac flesh prefers:
Who values then a pearl
At so great price
As to sell all
To purchase one ?

(Kathleen Raine)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans mon hamac (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018



Albert Gleizes  -lhomme-au-hamac-man-in-a-hammock-1913-1356589973_b

Dans mon hamacLe soleil s´est posé là-haut,
Léger comme un matin de Pâques.
Moi, je suis couché sur le dos,
Dans mon hamac.

Ça dure depuis des années,
C´est dans mon signe du Zodiaque.
Peut-être même que je suis né
Dans mon hamac.

Parfois je voudrais travailler,
Mais y a ma flemme qui contr´attaque
En me glissant un oreiller
Dans mon hamac. Oui, c´est ça, mon vieux.

D´ailleurs, à voir les autres faire,
Je sens bien que ça les détraque.
Moi, j´ai une santé de fer
Dans mon hamac.

Je n´ai pas froid, je n´ai pas chaud,
Je n´ai pas faim, je n´ai pas soif.
Le vent tendrement me décoiffe
Et vient me caresser la peau.

Oui, mais l´argent, faut pourtant l´ trouver,
Mais j´ai plus d´un tour dans mon sac:
Je m´fais payer pour le brevet
De mon hamac.

C´est un hamac étudié pour,
Suspendu comme une Cadillac,
Presque une maison, un nid d´amour
Que mon hamac.

Aussi lorsqu´il y a dans l´air
Un doux parfum aphrodisiaque,
On peut voir les feuilles à l´envers
Dans mon hamac.

Mais s´il y a de la place pour un,
Quand on est deux, ça change et crac.
Tout compte fait on est aussi bien
Sur l´herbe.

(Georges Moustaki)

Illustration: Albert Gleizes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ODORANT AUTOMNE MÉLODIEUX AUTOMNE (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2017




    
ODORANT AUTOMNE
MÉLODIEUX AUTOMNE

La folie des parfums

Que je les goûte et que j’en meure,
Tel un philtre aphrodisiaque,
Les parfums déments qui m’effleurent
Embrumant les nuiteux cloaques.

Que j’en comprenne le mystère
De cet étourdissant breuvage,
Effluve de Pan solitaire
Dansant par les tourbeux pacages.

O voluptés exténuantes,
Odeurs, qui sont des mains tenaces,
Des souches que l’hiver crevasse
Des champignons aux chairs gluantes.

Comme un Dieu qui m’enlacerait,
Que votre errance me possède,
Plus mythique qu’un chant d’aède
M’enseignant le divin secret.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :