Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘apparence’

Printemps du corps (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2019



Printemps du corps

Mon corps ici, mon corps ailleurs, mon corps
Ensoleillé par la mort et qui glisse
De source en fleuve et de fleuve en caresse
Pour se mêler à d’autres floraisons.

Que ma non-mort en ses terres vitales
Soit cet oiseau, ce poisson, ces parures
De fleurs et d’ors dans le jardin des mots
Et que ma nuit ne soit qu’une apparence.

Ma bouche parle en d’intenses corolles,
Mon oeil regarde au-delà du rosier,
Mes bras unis sont rives de l’étang
Où nénuphar je chante au ras des eaux.

Ainsi mes mains, les ultimes semeuses,
Sont la semence éparse du blé noir
Et mon échine à tous les vents frissonne
La mort en moi, la mort qui danse encore.

Ce doux pollen aux ailes de l’abeille :
Un peu de moi. Ce bourgeon qui s’entrouvre :
Mon vieux délire ici ressuscité
Par le savoir infini de l’aurore.

Mon corps en moi, mon corps en vous, mon corps,
Cette parcelle éminente du jour,
Pour t’affranchir frère de la durée
Et composer la musique des gestes.

(Robert Sabatier)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PREMIER AMOUR (Armand Robin)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2019




    
PREMIER AMOUR
(Nous sommes à la bordure d’une forêt).

MOI
Je ne vous prendrai même pas la main, j’ai besoin
seulement de vous faire une déclaration d’amour…
non pas d’amour dans le ciel, ni sur terre… D’amour
dans le néant qui suivra mon coeur arrêté, d’un amour
que trente ans je ne sentirai m‚me pas, d’un amour
que; seul un peu de coeur éphémère imagera d’éternité.

ELLE
Je ne suis qu’une pauvre fille. Je ne fus jamais
que cruelle envers vous et je sais que jamais je ne pourrais être que cruelle encore.
Je suis une créature comme toutes les autres. Vous
me parlez et je ne peux comprendre.

MOI
Mais votre voix muettement est douce.

ELLE
Je ne veux pas de l’apparence que l’imagination
me donne.

(Armand Robin)

 

Recueil: Ma vie sans moi suivi de Le monde d’une voix
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’Univers visible (Camille Flammarion)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2019



 

L’Univers visible n’est que l’apparence passagère
d’un état de l’Univers invisible.

(Camille Flammarion)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Nous naissons d’un tableau, D’un poème (Jean Lavoué)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2019



Illustration: Josephine Wall 
    
Nous naissons d’un tableau,
D’un poème, d’un souffle,
D’un rêve étonné
Posé sur les paupières du jour.

Une parole au bord du silence
Est notre vraie nature.

Nous allons sans pourquoi
Vers le Chant qui nous possède.

Nous quittons l’apparence
Pour le secret.

Nous réalisons alors ce rien que nous sommes,
Saisis soudain sans y penser
Par le mystère et par l’Amour.

(Jean Lavoué)

 

Recueil: Levain de ma joie
Traduction:
Editions: L’enfance des arbres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu lis, voyageur (Lionel Ray)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2018



Illustration: Ousmane Dermé 
    
Tu lis, voyageur, et tu passes d’un monde
à l’autre. Tu es le chemin
entre la masse noire des arbres
et la quiétude d’un jardin de fleurs.

Tu lis perdant que le jour se perd, mais toi
réunifiant ton être dispersé,
tu t’accrois de silencieuses paroles
et la monnaie des sources sonne sous tes pas.

Et lorsque le ciel descend dans les poitrines
tu es le lieu du souffle, aussi loin que possible
toi-même et devant toi.

Si quelquefois tu te heurtes
à l’éclair, c’est que tu croyais avoir perdu
pied dans la blancheur et l’inconnu.

Un instant tu as oublié le nom
des choses : la nuit est vide,
l’heure n’est plus cette écriture
du sable et des oiseaux.

Un instant tu es entré dans
la non-vision du soleil, dans
l’immobile minuit, dans la cave
de l’impossible naissance

Du monde il n’y avait nulle
apparence, nul être, pas même
la trace d’un brin d’herbe ou l’hypothèse

D’un nuage, ni début ni fin,
seulement cette mesure de l’in-
connaissable et la parfaite absence.

(Lionel Ray)

 

Recueil: Syllabes de sable Poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MESSAGE (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




MESSAGE

Regarde, enfant bien-aimé, dans mes yeux, et vois
Ton être, reflété dans cette eau vivante :
De ses lacs profonds toutes les images de la terre sont nées.
Vois, dans le regard qui te tient avec tendresse
Tout ce que tu as été, es, et seras jamais.
Reconnaissance au-delà du temps et de l’apparence,
L’amour sait le visage que chaque âme tourne vers le ciel.

***

MESSAGE

Look, beloved child, into my eyes, see there
Your self, mirrored in that living water
From whose deep pools all images of earth are born.
See, in the gaze that holds you dear
All that you were, are, and shall be for ever.
In recognition beyond time and seeming
Love knows the face that each soul turns towards heaven.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Tout est illusion (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2018




Tout est illusion —
Mais où pour nous le réel
Sinon dans l’apparence?
Ces tours couronnées de nuages
Plus durables que l’airain
Nos rêves.

***

Illusion all —
Yet where for us the real
Unless what seems?
These cloud-capped towers
More durable than brass
Our dreams.

(Kathleen Raine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Quelle horreur (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2018



 

Quelle horreur d’imaginer deux corps
qui font l’amour en proie au besoin
que quelque chose se passe
s’accomplisse et puis effilochés
par une satisfaction se recomposent
dans leur apparence.
Je préfère ce mètre de distance
où je voyais l’éternelle mer nuiteuse
calme silencieuse.

(Patrizia Cavalli)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Il y a la présence (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 13 novembre 2018




    
il y a la présence de qui j’aime,
qui dissipe les apparences des atroces miroirs de midi,
qui évite même que les miroirs se brisent,
que le sel se renverse.

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au-delà de toute zone interdite (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2018



 


au-delà de toute zone interdite
il existe un miroir pour notre triste apparence

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Egor Shapovalov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :