Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘approche’

Je serai mémoire de nuit (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 26 août 2018



Illustration: Pascal Renoux
    
Je serai mémoire de nuit
dans les oublis de l’aube
je chanterai le bruissement
de tes pieds nus à mon oreille
émerveillée
la volupté de l’espérance
en mes yeux clos
qui devinaient
mes bras ouverts à la chaleur
de ton approche
ma bouche offerte à l’inconnu
de tes offrandes
je chanterai
nos secrets dénudés
dans la pudeur
du noir

(Robert Mallet)

 

Recueil: Presqu’îles presqu’amours
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le réel « total » (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



Le réel « total », le seul réel véritable,
n’est accessible qu’à l’intuition poétique
(les grands philosophes, les grands mystiques et quelques grands scientifiques sont des poètes),
qui par une approche sans cesse renouvelée,
par des chemins si différents jette, dans ses meilleurs moments,
une lumière instantanée,
inexplicable sur ce qui n’a pas de visage…

(Lorand Gaspar)
Découvert chez Lara ici

Illustration: Mustapha Merchaoui

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Abandon (Bernard Perroy)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2018


 


 

 

Abandon,
lente approche du secret.

La lumière
éclaircit notre soif,

dépose sa paix
sur nos plages d’ombre

et dans le cœur
un simple chant suffit

pour que le ciel se rende
à hauteur d’homme.

(Bernard Perroy)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Paul Delvaux

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du dehors (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2018


 

Le roc non plus
Ne sait rien de l’image
Qu’ont de lui les amants
Dans son ombre adossés
Aux vestiges du temps.

Ce qu’il sait, c’est la force
En lui du tremblement
Qui ne l’a pas quitté,

Son rêve d’être ensemble
A pénétrer le lieu
Fait de l’autre et de soi

Confondus dans l’approche
Et dans la découverte.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TERRE OU CIEL (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2018



 

Hartig Kopp Delaney

TERRE OU CIEL

A la nuit des folles lunes,
Sur le fleuve sans bords je m’étais égaré,
Oubliant d’emporter jusqu’au nom de ma mère.
Serait-ce enfin l’approche d’un monde sans miroirs ?

Jamais mes doigts n’oseront toucher tant de beauté ensemble !

Le ciel est trop haut, trop cruelle la marée ;
C’est ici, c’est ici qu’il nous faut tout reprendre.
Mais aux mots de chaque jour nos langues se sont usées,
A trop vivre s’est perdue l’eau douce de notre regard.

Pourtant, qu’avons-nous de plus proche que l’oiseau ;
Nous, que l’on dit voués à la sourde poussière ?

(Andrée Chedid)

Illustration: Hartig Kopp Delaney

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tant de vie vécue (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2018



09_antarctic_paintings

Tant de vie vécue
pour cette seule flamme
tant de chemin parcouru
pour cet unique point —
l’intelligence tremble
à l’approche de l’être nu

***

So much life lived
for this one flame
so much travelling
for this one point—
theintelligence trembles
at the approach of naked being

(Kenneth White)

Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pensée pense (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



Illustration: Auguste Rodin
    
La pensée pense.
Elle ne fait rien de plus quoi qu’on imagine.
Elle ne pénètre pas le réel. Simplement, elle le pense.
Comme d’autres modes d’approche le racontent,
lui font écho sur la toile ou le calculent…

(Roger Munier)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ramasser un caillou (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018




    
Ramasser un caillou,
le réchauffer,

ce sera le premier venu :

les oiseaux qui s’envolent
à notre approche,
eux seuls peuvent dire
jusqu’où nous allons.

(Pierre Dhainaut)

 

Recueil: Sur le vif prodigue
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien n’obscurcira la beauté de ce monde (Ilarie Voronca)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018




Rien n’obscurcira la beauté de ce monde
Les pleurs peuvent inonder toute la vision. La souffrance
Peut enfoncer ses griffes dans ma gorge. Le regret,
L’amertume, peuvent élever leurs murailles de cendre,
La lâcheté, la haine, peuvent étendre leur nuit,
Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Nulle défaite ne m’a été épargnée. J’ai connu
Le goût amer de la séparation. Et l’oubli de l’ami
Et les veilles auprès du mourant. Et le retour
Vide, du cimetière. Et le terrible regard de l’épouse
Abandonnée. Et l’âme enténébrée de l’étranger,
Mais rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Ah ! On voulait me mettre à l’épreuve, détourner
Mes yeux d’ici-bas. On se demandait : « Résistera-t-il ? »
Ce qui m’était cher m’était arraché. Et des voiles
Sombres, recouvraient les jardins à mon approche
La femme aimée tournait de loin sa face aveugle
Mais rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Je savais qu’en dessous il y avait des contours tendres,
La charrue dans le champ comme un soleil levant,
Félicité, rivière glacée, qui au printemps
S’éveille et les voix. chantent dans le marbre
En haut des promontoires flotte le pavillon du vent
Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Allons ! Il faut tenir bon. Car on veut nous tromper,
Si l’on se donne au désarroi on est perdu.
Chaque tristesse est là pour couvrir un miracle.

Un rideau que l’on baisse sur le jour éclatant,
Rappelle-toi les douces rencontres, les serments,
Car rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

Il faudra jeter bas le masque de la douleur,
Et annoncer le temps de l’homme, la bonté,
Et les contrées du rire et la quiétude
Joyeux nous marcherons vers la dernière épreuve
Le front dans la clarté, libation de l’espoir,
Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.

(Ilarie Voronca)

Illustration: Gilbert Garcin

Emprunté chez Lara, merci pour la découverte ici

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Ma main d’avoir touché ton corps (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2017




    
Ma main d’avoir touché ton corps
saura-t-elle mieux écrire.

Les mêmes heures
sonnent dans le même air
et de nouveau nous voici séparés
par elles et par lui.

Mais le souvenir de ton approche
est une encre nouvelle
à laquelle sans cesse je reviendrai
afin d’étendre devant moi
une autre lumière et une autre ombre.

Mais mon désir de toi
est une nébuleuse
où je trie déjà des étoiles neuves.

Mais la promesse de ton corps
me crucifie avant de me fleurir
et c’est avec ton léger fantôme
que je couche ici déjà
de plume et de pensée.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :