Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘ardoise’

Je suis vieille (Pascal Commère)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2018




    
Je suis vieille, dit l’ardoise
Mes partages sont faits

(Pascal Commère)

 

Recueil: Des laines qui éclairent
Traduction:
Editions: Obsidiane & Le temps qu’il fait

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Ardoise (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2017



Ardoise

Tu gardes en toi
le sceau des fougères et des prêles,
le calque des écorces, étant
paume ouverte du temps
mémoire des ruches de la vie
où bourdonne encore en nos doigts
l’enfance des reptiles.

(Jacques Lacarrière)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me disais : il faut encore, il faut (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2017




Je me disais : il faut encore, il faut –
et les mots couraient devant moi, reniflaient
la route, le ciel, les fougères, le ventre
mal boutonné des collines

puis revenaient, me rapportant un bout de peau
calcinée, un fragment d’os : cette vieille
et toujours lancinante question
du pourquoi ici, moi, pourquoi ?

– aller venir attendre comme le préposé
aux départs, qui ouvre et ferme l’horizon,
attendre l’ultime voyageur
avant de retourner l’ardoise, d’écrire :

fermé pour cause de paresse.

Poème découvert ici

(Guy Goffette)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE TE NOMME… (René Guyomard)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2017



JE TE NOMME…

Visage je te nomme
Pour rien pour le temps d’une promesse
Luisante ardoise sous la pluie
Pour la solitude d’une ville
Serrant sur son corsage les étendues de sable

Pour toi-même pour la pomme éclatée
Dans l’herbe où le vent cherche ses petits

Je te nomme pour la rosée amoureuse
Qui perle au bord des cils et se mêle à la cendre
Et pour les cris flottant au loin sur les marais
Et pour l’oiseau gorgé de silence et de nuit

Je te nomme pour toi pour celui que tu fus
Visage goutte d’eau par le ciel aspirée.

(René Guyomard)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour vous, ô mouettes (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2016



 

Pour vous, ô mouettes,
Je demande des eaux d’ardoise
Et ce ciel de plomb !

***

For you, O gulls,
I order slaty waters
And this leaden sky !

(Richard Wright)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’eau du puits (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016




Ouvre l’eau du puits. Donne
à la soif un moment
de répit; à la main
la chance de sauver.

Nuit des cils. Être vu.
L’objet luit pour la main.
Le bruit broute le bruit.
L’eau cerne la mémoire.

Le terme. L’avant-monde.
Dépassé le souci.
L’aventure est fidèle
au glas du songe en flammes.

Je suis. Je fus. Charnière
longue file de fauves.
Je vois, verrai. Confiance.
de l’arbre dans le fruit.

Jours de craie. Les ardoises.
palpitent de prémices.
Le mot survit au signe.
Le paysage à l’encre.

Routes. L’infini.
Le don du visage.
Aux saisons, les rides
Au sol, les grands fleuves.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reflets d’Ardoise (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Reflets d’Ardoise

Vois, tandis que gauchit la bruine sournoise,
Les nuages pareils à des chauves-souris,
Et là-bas, gris et bleu sous les cieux bleus et gris,
Ruisseler le reflet pluvieux de l’ardoise.

O mon divin Tourment, dans tes yeux bleus et gris
S’aiguise et se ternit le reflet de l’ardoise.
Tes longs doigts, où sommeille une étrange turquoise,
Ont pour les lys fanés un geste de mépris.

La clarté du couchant prestigieux pavoise
La mer et les vaisseaux d’ailes de colibris…
Vois là-bas, gris et bleu sous les cieux bleus et gris,
Ruisseler le reflet pluvieux de l’ardoise.

Le flux et le reflux du soir déferlent, gris
Comme la mer, noyant les pierres et l’ardoise.
Sur mon chemin le Doute aux yeux pâles se croise
Avec le Souvenir, près des ifs assombris.

Jamais, nous défendant de la foule narquoise,
Un toit n’abritera nos soupirs incompris…
Vois là-bas, gris et bleu sous les cieux bleus et gris,
Ruisseler le reflet pluvieux de l’ardoise.

(Renée Vivien)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il pleut sur des châteaux de cendres (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Il pleut
sur des châteaux de cendres
et bruit bleuté
de fuite ardoise
L’étoffe de l’air usée
aux endroits
de la première aurore
Ta chaleur sur les plages
orangées
du plaisir nonchalant
Depuis
il pleut une pluie dont
s’habillent
en luisant
les feuilles crispées de tes houx

(Werner Lambersy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mais les mots diminuent ce qui a touché le coeur (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016




J’ai refait à rebours comme si je remontais à tes côtés
le cours du temps, cette promenade du dimanche le long de la Seine
où tu t’émerveillais de la matière des ombres
et du reflet d’homme coulant de la barque comme une blessure.

J’ai revu nos grands arbres aux chairs frileuses,
mourant sur un ciel d’ardoise.
Le Pont-Royal lui, n’a plus cette couleur si étonnante
qui était comme la chaleureuse émanation d’une autre matière :
aubier frais chauffé par le soleil, plage blonde,
mais les mots diminuent ce qui a touché le coeur
comme les doigts exercés les cordes musicales.

(Luc Dietrich)

Illustration: Maria Cristina Baracchi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La grille est toute blanche (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2016



La grille est toute blanche
Et le perron tout rose.
Un vent clair y balance
Un rosier plein de roses.

Et les pigeons sont blancs
Sur les ardoises bleues,
Un peu moins bleues pourtant
Que le bleu doux des cieux.

Le chèvrefeuille est jaune
Qui monte autour de l’aune,
Jaune aussi, le vieux faune,

mais près de l’arrosoir
Vert, vert à n’y pas croire,
Le chat, lui, est tout noir.

(Maurice Carême)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :