Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Armand Monjo)’

La question décisive (Armand Monjo)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



Qu’est-ce qui peut tenir
dans une main, plus lourd
qu’un sein de jeune fille
abandonné et confiant
comme la tête d’un petit enfant,
plus mystérieux qu’un regard,
plus frémissant, plus inquiet
qu’un oiseau?
Quand vous aurez trouvé
ce sera le bonheur.

(Armand Monjo)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Aux seuls fous de beauté (Armand Monjo)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2016



Aux seuls fous de beauté
je dirai
les bonheurs du galbe
les muscles de la joie

(Armand Monjo)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Trop tôt (Armand Monjo)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2015


Olbinski

 

Quelque convulsion puisse enfiévrer l’air,
désintégrer le sang,
il est toujours très tôt en notre monde.
Trop tôt pour fermer les paupières,
attendre sans bouger la pierre,
le mépris, la balle ou le lance-flamme.
Jamais trop tard pour avancer
vers une fleur, ni pour tendre les lèvres
aux seins, au miel des bras ouverts,
à l’amour soudain évident…

(Armand Monjo)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Défense de stationner (Armand Monjo)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2015



aimer

 

Ne cesse pas mon oeil de regarder

Le temps d’un cil qui bat
et les fleurs sont passées
les filles se font femmes
et les pommes pourrissent

Ne cesse pas ma main de caresser

Un rien d’inattention
et la beauté se fripe
le rat saigne l’oiseau
la volupté se fane
le soleil a déteint

Ne cesse pas ma bouche de crier

Le silence a du sang
aux pointes de ses lances
au loin la forêt hurle
et les bourreaux transpirent

La mer évaporée
les poissons éclatés
tous les dés sont jetés
dans un chaudron de braise

Ne cesse pas d’aimer

(Armand Monjo)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :