Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘arrêté’

Le jour net (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017




    
Le jour net comme un parvis désert,
l’horloge arrêtée,
les marches par où le soleil monte au regard –
ce qui manque : un oiseau qui chante quelque part.

(Eugénio de Andrade)

 

Recueil: Matière solaire / Le poids de l’ombre / Blanc sur blanc
Traduction: Michel Chandeigne, Patrick Quillier et Maria Antonia Câmara Manuel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le matin arrêté (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2017



Illustration

    

Le matin arrêté.
Le bleu.
La profondeur de la pupille.

Ce n’est pas encore la soif,
la meute,
la fièvre.

Le torse nu –
la lumière vacille.

(Eugénio de Andrade)

 

Recueil: Matière solaire / Le poids de l’ombre / Blanc sur blanc
Traduction: Michel Chandeigne, Patrick Quillier et Maria Antonia Câmara Manuel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

REFUS (Agnès Schnell)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2017



 

envol

REFUS

Je ne parlerai pas d’amour.
Le mot s’est arrêté
sur mes lèvres
s’est figé s’est fermé fossilisé.

Je ne dirai pas l’amour
ni le chant qui s’en évade
chant de joie mêlée de crainte
telle l’envolée soudaine
de mille oiseaux dans l’émoi
dans la transe.

Je sens leurs battements d’ailes
l’ivresse de leur vol
vers les cimes toujours plus hautes.
Je sens leur passage
le trouble qui jaillit
au tout profond.
L’espace conquis est ample
et lourd et inquiétant.

Pulsations d’ailes
et du cœur en arythmie
l’amour attache s’accroche
s’épingle se fibule
comme une médaille de la légion.

Je ne dirai pas le combat
pour le tenir
hors du mièvre
du mécanisme de l’habitude.
Je tairai la révolte
la lutte
pour être branche vive
d’un arbre mille fois mort
sans cesse renaissant.

Phénix criant appelant
guettant une proie
toujours naïve
toujours avide
de s’immoler
pour l’inexplicable lumineux.

(Agnès Schnell)

Découvert ici chez Emmila Gitana

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gare (Umberto Fiori)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2017



Dans la salle d’attente
à un moment précis,
le bruit sourd des conversations
s’est arrêté, d’un coup,
C’est alors que tous,
à notre place,
nous avons levé les yeux et que,
pour un instant,
nous nous sommes vus.

(Umberto Fiori)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

EN MÉMOIRE DE MOI (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



Shoji Ueda  1

 

EN MÉMOIRE DE MOI

Simplement m’être arrêté.

Comme si je pouvais commencer
là où ma voix s’est arrêtée, moi-même
le son d’un mot

que je ne peux prononcer.

Tant de silence
à faire naître
dans cette chair pensive, battement
de tambour des mots
au-dedans, tant de mots

perdus dans le vaste monde
au-dedans de moi, et de ce fait avoir compris
que malgré moi

je suis là.

Comme si c’était le monde.

(Paul Auster)

Illustration: Shoji Ueda

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Un bateau arrêté (Guy Créquie)

Posted by arbrealettres sur 5 septembre 2016



un bateau arrêté
au large de la marée basse
la corrosion avance

(Guy Créquie)


Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Oiseau migrateur (Jean-Claude Touzeil)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2016



 

hirondelle rustique  [1280x768]

Oiseau migrateur
Arrêté dans mon jardin
Graines de soleil

(Jean-Claude Touzeil)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Hiver (Marie Nizet)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2016



 

Hiver

Dans la tiède langueur de la chambre bien close
Le sommeil doucement vous a gagné. Je n’ose
Bouger car vous dormez au creux de mes genoux.
Et je reste à rêver devant votre visage
Si beau, si jeune encor, si peu touché par l’âge
Qu’on dirait que le temps s’est arrêté pour vous.

Mais malgré le front lisse et la moustache blonde,
Je sais qu’il marque aussi pour vous chaque seconde
Et que vous souffrirez quand ce jour aura lui
Où la jeunesse meurt dans la beauté flétrie.
Et je pleure en baisant d’une lèvre attendrie
Vos cheveux d’or hier et d’argent aujourd’hui.

(Marie Nizet)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Coup d’aile (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2016



 

Jacek Malczewski  Sybirak

Coup d’aile

Quel bonheur d’être en l’air
Avec l’espace
Loin du compte arrêté
Au-dessus des pierres sourdes
Et désespérées
Au-dessus de son coeur
Au-dessus de son sang
Affalé sur un lit
Et léger comme une idée

Mais la bouche bâille

(Pierre Albert-Birot)

Illustration: Jacek Malczewski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On est toujours au bord (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 2 janvier 2016



On est toujours au bord,
Même quand le bord n’est pas visible,

Qu’on ne voit pas de haie,
D’orée, de liseré, de muret, de muraille,
De garde-fou, de goémon séché,
De coquillages morts.

S’il n’y a pas de bord
Tu en fais pour te dire

Que tu es arrêté.

(Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :