Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘arrêter’

Voleur! (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2018



Elle (comme il lui vole un baiser):
« Ah, le voleur! je vous ferai arrêter pour cela. »

Lui (l’embrassant encore) :
« Voilà, je vous le rends.
Et si vous portez plainte contre moi,
je vous accuserai de recel,
en pleine connaissance de cause,
d’objets volés. »

(Anonyme)

Illustration: William Bouguereau

 

Publicités

Posted in humour | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Tes mains (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2018




Tes mains

Lorsque tes mains s’envolent,
mon amour, vers les miennes,
que m’apporte leur vol ?
Pourquoi s’être arrêtées
brusquement sur ma bouche,
se faisant familières
comme si lors, avant,
je les avais touchées,
comme si avant d’être
elles avaient couru
sur mon front, sur ma taille ?

Leur douceur s’avançait
en volant sur le temps,
sur la mer, la fumée,
sur le printemps aussi,
et quand tu as posé
tes mains sur ma poitrine,
j’ai reconnu ces ailes
de colombe dorée
reconnu cette argile,
cette couleur de blé.

J’ai passé mes années
à marcher, les quêtant.
J’ai franchi les récifs,
gravi les escaliers,
les trains m’ont emmené,
les eaux m’ont ramené,
dans la peau du raisin
je croyais te palper.
Le bois m’a apporté
un beau jour ton contact,
l’amande m’annonçait
ta secrète douceur,
lorsque sur ma poitrine
tes mains se sont fermées
et là comme deux ailes
ont fini leur voyage.

(Pablo Neruda)

Illustration: Partarrieu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’opération poétique (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2018



Illustration: Christian Lamirand
    
L’opération poétique consiste en une inversion
et une conversion du flux temporel ;
le poème n’arrête pas le temps :
il le contredit et le transfigure.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Martine Broda pour Roberto Juarroz
Traduction: Martine Broda
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas l’ombre de rien en vue (Teika)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2018


Arrêtant mon cheval
Je secoue mes manches.
Pas l’ombre de rien en vue
C’est un soir de neige,
Aux environs de Sano.

(Teika)


Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Allons! cela ne sert à rien de pleurer comme cela! (Lewis Carroll)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2018




    
« Allons! cela ne sert à rien de pleurer comme cela! »
se dit-elle d’un ton sévère.
« Je te conseille de t’arrêter à l’instant' »

Elle avait coutume de se donner de très bons conseils
(quoiqu’elle ne les suivît guère),
et, parfois, elle se réprimandait si vertement
que les larmes lui venaient aux yeux.

(Lewis Carroll)

 

Recueil: Alice au Pays des Merveilles / De l’autre côté du Miroir
Traduction:
Editions: Folio

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu as laissé ton corps (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2018



Illustration: Sophie Rocco
    
Tu as laissé ton corps
arrêté quelque part
bien des années
avant déluge, désastre.
Mais tu fais semblant
de rire et de bouger,
quand la vie est absente.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Dormir sept ans
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un robinet coule (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2018




    
Un robinet coule et c’est soudain
toute somnolence arrêtée
qui nous tenait en sommeil.
Et le filet d’eau vrille
nos idées les plus noires.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La croix (Claudine Helft)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2018




    

La croix

Ne régnait là que le simple, le jaune
et le vert ; une paix de soleil
que les plantes prodiguaient en poussant
vers la lumière comme si jamais
ne devait ternir cet or de la terre.
Des couleurs pour des saisons sans nom
qui régissaient le coeur de l’homme
— à n’en pas finir — une langue
en somme de régularité
un projet d’immédiateté
de perfection et de durée,
un territoire ordonné pour la joie.
Et puis ce fut la brisure d’une croix
une blessure, humble, qui moissonnait
le temps soudain, et qui l’arrêta.

(Claudine Helft)

 

Recueil: Une indécente éternité
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ANGE (Yutaka Akiya)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2018


 


 

Tereza Vlcková-a-perfect-day-elise...-05

ANGE
TENSHI

Quant naît un silence
C’est qu’au-dessus de nos têtes
Un ange a arrêté le temps

Vingt heures trente départ d’Aomori couchette de troisième
classe dans le Polaire
Sur ce lit étroit le silence ouvre les yeux
Quel ange pour moi a arrêté le temps?

À la fenêtre de la plaine de Sapporo
A celle de Tokyo se succèdent dans l’obscurité
Des dizaines de millions de lumières solitaires Les assemblerait-on?

Je ne verrais pas encore
Le visage de mon ange

(Yutaka Akiya)

Illustration: Tereza Vlcková

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu n’arrêtes pas de t’en aller (Kettly Mars)

Posted by arbrealettres sur 27 avril 2018



 Siegfried Zademack -  - (32)

Tu n’arrêtes pas de t’en aller,
le crépuscule endormi dans le sillon de ta nuque.
Ton corps habite une destination incessante.
Tu te surprends toi-même à chercher un seuil
sur la face des pierres que tes pas soulèvent.
Ta soif est ensorcelée par le gémissement des sources.
Tu n’en finis pas de partir,
d’être ailleurs, d’être nulle part,
emmenant avec toi le secret de tes cils,
le partage de ton souffle,
tes mains qui m’ont frôlée,
tes mains qui ne savent pas
pourquoi tu t’en vas tout le temps
en laissant sur ma peau leurs ombres fidèles.

(Kettly Mars)

Illustration: Siegfried Zademack

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :