Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘arrivé’

Si de moi je ne parle (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2018



 

 

Si de moi je ne parle
ni ne m’écoute
il m’arrive après
de me confondre.

(Patrizia Cavalli)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 1 Comment »

L’ORAGE FAVORABLE (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2018



 

femme

L’ORAGE FAVORABLE

Je maudissais la pluie
qui crépitait sur mon toit
et m’empêchait de dormir.
Je maudissais le vent
qui saccageait mon jardin.

Mais, tu es arrivée!
Et j’ai remercié la pluie,
puisque tu as dû ôter ta robe mouillée,
et j’ai remercié le vent,
qui venait d’éteindre ma lampe.

(La Flûte de Jade)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis chez moi (Thich Nhat Hanh)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je suis chez moi, je suis arrivé.
Il n’y a qu’ici et maintenant.
Bien solide, vraiment libre,
Je prends refuge en moi même.

Je suis chez moi, je suis arrivé.
Il n’y a qu’ici et maintenant.
Bien solide, vraiment libre,
Dans la Terre Pure, je m’établis.

(Thich Nhat Hanh)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Pour qui est ce monde? (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2017



Illustration: Edvard Munch
    
Pour qui est ce monde?
Pour nous?
Mais à peine arrivés,
nous ne songeons qu’à nous distraire,
qu’à nous arracher au lourd ennui de vivre,
au poids des heures monotones.

Pour Dieu ?
Mais quel est le Dieu,
qu’un tel spectacle amuse ?

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Ils étaient pour un autre monde (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2017



les-egares-4

 

Ils étaient pour un autre monde

Tout dialogue, rompu.
Tout amour, rapiécé.
Tout jeu, marqué.
Toute beauté, tronquée.

Comment sont-ils arrivés jusqu’ici ?

Tout dialogue, verbe.
Tout amour, sans pronoms.
Tout jeu, sans règles.
Toute beauté, offrande.

Il y a sans doute une faille
dans l’administration de l’univers.
Des créatures erronées ?
Des mondes égarés ?
Des dieux irresponsables ?

Ils étaient pour un autre monde.

***

Eran para otro mundo.

Todo diálogo, roto.
Todo amor, con costuras.
Todo juego, marcado.
Toda belleza, trunca.

¿Cómo llegaron hasta aquí?

Todo diálogo, verbo.
Todo amor, sin pronombres.
Todo juego, sin reglas.
Toda belleza, entrega.

Algo falla sin duda
en la administración del universo.
¿Criaturas erróneas?
¿Mundos equivocados?
¿Dioses irresponsables?

Eran para otro mundo.

(Roberto Juarroz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Terre (Fabrice Farre)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Terre

La solitude est un pays d’orange
au profil amer, aux arbres droits
annoncés dans l’air avant d’apparaître.
On repart sans cesse du caillou à fleur de terre,
on s’enfonce souvent dans la parole insulaire
avec le mot retenu
pour quelqu’un qui n’est pas encore arrivé.

(Fabrice Farre)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une lumière solennelle (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2016



Une lumière solennelle, très blanche.
Tous les corps sont en relief.
Toutes les couleurs sur les choses sont phosphorescentes.

Où sommes-nous ?
Sommes-nous arrivés dans l’autre monde ?
Touche-t-on l’autre monde ?
Une impression de jadis simple
où on glisse son corps nu difficilement.
On regarde si on ne souille pas le lieu où on avance.
Une impression de Dieu est là.

Le cœur bat plus fort.
L’air est si pur qu’il fait mal.
On progresse lentement en regardant tout.
L’œil s’agrandit, la pupille est toute blanche,
aussi blanche que la neige même, aussi réverbérante qu’elle,
elle est aussi neuve que ce qu’on voit.

Tout ce qu’on voit est comme du très ancien tout neuf.
De l’accoutumance à l’état natif.
De l’origine ébouriffée qui sort à peine de son œuf.

(Pascal Quignard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2015



Il

Il il il le cher il
Le cher Il est arrivé
Tu peux l’aimer
Tu peux lui sauter au cou
Je ne suis pas jaloux

(Pierre Albert-Birot)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :