Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘asseoir’

Les demeures (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018




    
Les demeures

Je dors dans un palais de marbre et d’ambre,
le jour n’a pas soulevé ma paupière.
J’entends rôder tes pas de chambre en chambre
comme y rôdaient les matins de septembre
et mon sommeil s’emplit de ta lumière.

Mais t’entendrai-je encor si tu m’éveilles,
si tu m’ouvres les yeux pour ne rien voir?
Mes yeux ne sont pas faits pour le soleil.
Mon lendemain vaudrait moins que la veille
si tu montrais sans précaution ta gloire.

Puisque j’étais convié à tes demeures
je n’avais peur ni de toi ni des anges
mais je suis si peu fait pour ta splendeur
qu’il m’eut suffi d’être le maraudeur
qu’on laisse asseoir sous ton portail de grange.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Les parvis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A l’enterrement d’une feuille morte (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2017




    

A l’enterrement d’une feuille morte
Deux escargots s’en vont
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes

Ils s’en vont dans le noir
Un très beau soir d’automne
Hélas quand ils arrivent
C’est déjà le printemps

Les feuilles qui étaient mortes
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots
Sont très désappointés

Mais voilà le soleil
Le soleil qui leur dit
Prenez prenez la peine
La peine de vous asseoir

Prenez un verre de bière
Si le coeur vous en dit
Prenez si ça vous plaît
L’autocar pour Paris

Il partira ce soir
Vous verrez du pays
Mais ne prenez pas le deuil
C’est moi qui vous le dis

Ça noircit le blanc de l’oeil
Et puis ça enlaidit
Les histoires de cercueils
C’est triste et pas joli

Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie
Alors toutes les bêtes
Les arbres et les plantes

Se mettent à chanter
A chanter à tue-tête
La vraie chanson vivante
La chanson de l’été

Et tout le monde de boire
Tout le monde de trinquer
C’est un très joli soir
Un joli soir d’été

Et les deux escargots
S’en retournent chez eux
Ils s’en vont très émus
Ils s’en vont très heureux

Comme ils ont beaucoup bu
Ils titubent un petit peu
Mais là-haut dans le ciel
La lune veille sur eux.

(Jacques Prévert)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Extase (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017



Illustration: Malanie Quentin
    
Extase

D’un coeur passionné savourons notre rêve
Avant que la vie dure et fausse nous l’enlève,
O mon amour, viens nous asseoir
Sous les saules d’azur pleurant au bord du soir.

Tout fuit intensément, embrassons notre songe;
Que l’heure nous oublie et pour nous se prolonge,
Et que, sans jamais s’épuiser,
Renaissent, floraisons brûlantes, nos baisers.

La cétoine s’endort gitée au coeur des roses;
Comme une hostie au fond d’un ciboire repose,
Qu’entoure un mystique halo,
Dans ton âme et ta chair tout mon être est enclos.

Et nous nous étreignons, expirants, bouche à bouche,
Pendant que les grands lys penchés sur notre couche
Y versent des parfums d’autel.
Anéantis au flux du désir immortel,

Aimons-nous, mes amours! Ayons pour seule envie,
Puisque l’heure agonise et que s’enfuit la vie,
Lèvre à lèvre, d’avoir goûté,
Dans un spasme trop bref, toute une éternité!

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mystère à trois faces (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2017



    


Rocher propulsant arbre
Arbre aspirant rocher

Cercle établi renouant
L’alliance terre et ciel

Cercle ouvert renouvelant
Le mystère à trois faces

Dans l’ombre ici offerte
L’homme de longue errance

Assoit enfin royaume

(François Cheng)

 

 

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le bol (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2017



 
Illustration: ArbreaPhotos
    

Le bol sur le bord de la table
dans sa frugalité de bol
contente le regard et satisfait l’esprit
Il fait comme un nid à sa vastitude
il assoit sa fragilité
il est un plein évidé
quelque chose de complet
à quoi ne manque
pas même le manque

(Laurent Albarracin)

 

Recueil: Le Secret secret
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Je te ferais asseoir au bord de mon lit (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 9 octobre 2016



 

Je te ferais asseoir au bord de mon lit
je mettrais sous tes pieds ma peau de loup
Et je resterais devant toi mains jointes et tête baissée
je te regarderais, ô joie, je te regarderais émerveillé
Que tu es belle, mon Dieu, ah que tu es belle
L’air et l’eau d’lstanbul à ton sourire
La volupté de ma ville à ton regard
0 ma sultane, Ô ma Maîtresse, si tu permettais
et si ton esclave Nâzim Hikmet l’osait
Ce serait comme s’il respirait et embrassait Istanbul sur ta joue.

Mais garde-toi
garde-toi de me dire  » approche  »
Il me semble que si ta main touchait ma main
je tomberais mort sur le béton.

(Nâzim Hikmet)

Illustration: Alberto Gálvez

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu sembles t’animer (José-Maria de Heredia)

Posted by arbrealettres sur 15 septembre 2016



Seul, quand finit le jour auprès de la fontaine,
J’aime à m’asseoir, rêvant à sa douce fraîcheur,
A laisser la pensée échapper de mon coeur,
Comme les gouttes d’eau de son urne trop pleine.

A la tiède splendeur de la lune sereine,
Sous ton blanc vêtement que traça le sculpteur,
Tu sembles t’animer, et ma charmante erreur
Prête des traits amis à ta forme incertaine.

(José-Maria de Heredia)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon coeur est pareil à la mer (Henri Heine)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2016



Charmante petite pêcheuse,
Pousse ta barque vers le rivage
Et viens t’asseoir près de moi,
Gentiment, la main dans la main.

Mets sur mon coeur ta petite tête
Et sois sans aucune crainte!
Chaque jour, ne te confies-tu pas,
Insoucieuse, à la mer sauvage?

Mon coeur est pareil à la mer,
Il a ses tempêtes et ses marées.
Et plus d’une perle fine
Repose dans ses profondeurs.

(Henri Heine)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le soir (Jacques Charpentreau)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2016



 

Le soir

Ni chien ni loup le crépuscule
Estompe le dernier décor
C’est l’heure des jeteurs de sorts
Et lentement le temps bascule.

Étoile d’or ou renoncule
Chien ou loup qu’importe qui mord
Le jour la nuit la vie la mort
Un même souffle encor circule.

Tremblantes chimères du soir
Près de moi venez vous asseoir
Mes familières étrangères.

Je ne peux plus vous discerner
Je sens que vous m’avez cerné
Je vais vous suivre, ombres légères.

(Jacques Charpentreau)

découvert ici chez laboucheaoreilles

Illustration: Alphonse Osbert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

J’attends que mon silence explose (mots d’enfant)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2015


2764590abdon_1350

Quand je suis triste,
je m’assieds sur l’herbe dans le jardin
et j’attends que mon silence explose…

(mots d’enfant)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :