Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘assonance’

LA MAIN À LA PLUME (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2017




    
LA MAIN À LA PLUME

J’écrirai des poèmes
sur le lait le beurre la crème
j’écrirai des odes en vers heptasyllabiques
sur les vaches les brebis les biques

j’écrirai des myriades de myriades de sonnets
sur le vent qui couche les lourds épis de blé
j’écrirai des chansons
sur les mouches et les charançons

j’écrirai des sextines
sur les fonds de jardin où se mussent les latrines
j’écrirai des phrases obscures
sur l’agriculture

j’utiliserai des métonymies et des métaphores
pour parler de la vie des porcs et de leur mort
j’utiliserai l’assonance et la rime
pour parler des prés, de la forêt, de la campagne
j’écrirai des poèmes
la main sur la charrue du vocabulaire

(Raymond Queneau)

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La profondeur du subconscient vomit trop de monstres incongrus (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2017



Les murs ne tombent pas
[32]

La profondeur du subconscient vomit
trop de monstres incongrus

et de matière indigeste figée
telle que coquillage, perle ; imagerie

usée jusqu’à la corde ; ascension périlleuse,
descente ridicule ; rime, ritournelle,

assonance fatiguée, nonsense,
juxtaposition de mots pour les mots eux-mêmes,

dépourvus de sens, non définis ; imposition,
déception, girouette indécise ;

syllabes désagréables, inconséquentes,
trop malléables, trop cassantes,

sur-délicates, sous-définitives,
heurt des contraires, lutte de l’émotion

et de l’invention stérile —
tout cela, tu le trouves ?

conditionné à la discrimination
des couleurs de l’arc-en-ciel lunaire

et des couches extérieures des plumes
sur les antennes des papillons,

nous fûmes surpris par la tornade
et déposés sur un sol peu plaisant,

mais comprimes que l’angle d’incidence
est égal à l’angle de réflexion ;

séparés des étoiles errantes
et des habitudes des nobles étoiles fixes,

nous vîmes que même la comète calcinée erratique
possède son orbite particulière.

***

Depth of the sub-conscious spews forth
too many incongruent monsters

and fixed indigestible matter
such as shell, pear ; imagery

done to death; perilous ascent,
ridiculous descent; rhyme, jingle,

overworked assonance, nonsense,
juxtaposition of words for words’ sake,

without meaning, undefined; imposition,
deception, indecisive weather-vane;

disagreeable, inconsequent syllables,
too malleable, too brittle,

over-sensitive, under-definitive,
clash of opposites, fight of emotion

and sterile invention—
you find all this?

conditioned to the discrimination
of the colours of the lunar rainbow

and the outer layers of the feathers
of the butterfly’s antennae,

we were caught up by the tornado
and deposited on no pleasant ground,

but we found the angle of incidence
equals the angle of reflection;

separated from the wandering stars
and the habits of the lordly fixed ones,

we noted that even the erratic burnt-out comet
has its peculiar orbit.

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :