Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘assourdi’

L’ÉTONNÉ (Annie Salager)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2019



Illustration: Thomas-Alexander Harrison
    
L’ÉTONNÉ

Tout est si neuf autour de lui
qu’il en est assourdi
rêvant à la nuit sans âge
autour d’une seule brève fleur

Barque sur la rosée
miracle d’équilibre
dans la goutte d’eau l’océan

Rêve du rêve lové dans l’oeuf
d’une plage sans fin
d’une eau sans fond

Tout ce bleu à travers le corps
fonds couverts de lune
rochers couverts d’eau
qu’à trembler ainsi le monde est beau!

(Annie Salager)

 

Recueil: La Mémoire et l’Archet
Traduction:
Editions: La rumeur libre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Invitation au voyage (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2018



Invitation au voyage

Sur les rythmes discrets
Des ondes ancestrales,
Que ne puis-je, fillette, emporter tous tes traits!
Tes beautés idéales!
De loin s’en vient la vague au murmure assourdi
Qu’on entend jusqu’ici.

Cernant ton ombre douce
Au contour éthéré,
Le clapotis imprime une faible secousse

A mon bateau paré.
Et le port virginal de la beauté lointaine
M’ouvre grand son domaine.

Viens, montre-moi ton art.
Ta grâce et ton jeune âge
Puissent-ils embellir pour une large part
Son céleste rivage!
Son rempart, fléchis-le de ton regard câlin.
Fais qu’il soit moins hautain.

Viens. Vois, sur notre route,
Le phare incandescent
De mon rêve irisé, superbe… que j’écoute…
Quand, mon désir naissant,
Son éclat argenté tâche de te rejoindre…
Le soir. Viens. Sans rien craindre.

Pourquoi donc rester là?
Tu viens ou je t’enlève.
Pourquoi donc différer? Décide-toi. Suis-moi.
Ma volonté, sans trêve,
Se jouera de l’écueil de ta sotte pudeur,
Dissoudra ta froideur.

(Attila Jozsef)


Illustration: Antoine Watteau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

UN CHANT POUR ARRÊTER CELLE QUI PASSE (Philippe Delaveau)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2018




    
UN CHANT POUR ARRÊTER CELLE QUI PASSE

Tes longs cheveux, tes yeux et ton sourire.
Car pour mieux consumer ma bouche sèche, tu souris
Arrête-toi, je me baigne, je meurs
Dans ce sourire. Et tes yeux rient. Tu me relèves,
Tu me fais naître enfin, tu fortifies
Mes forces. Je retourne à ces jours.

Errant alors avec la vanité des livres, le sortilège
Des pensées qui s’entortillent, les mots sans rémission
Une Sorbonne grise et gravitant
Au-dessus de la mort et des gloses, le désespoir
Au terme des tombeaux. Perdu
Parmi tant de concepts. Je n’avais pas vécu,
Je ne connaissais rien : inemployé, vide et de coeur étroit.
Ignorant l’art des mots, titubant de détresse. Tu m’inventais

Pour renaître à l’état de chant, comme la source,
Filant de sa quenouille tresse de jour
Et note pure, maintient la mélodie.
Je tiens de toi notes et mots, ce que je dois savoir.

Ô fruits ensoleillés des premières paroles
Pour nourrir en chemin nos bouches qui se cherchent.
Nos mains mêlées et nos coeurs assourdis,
Même pensée en même temps, et la lumière —
Mais d’où venue cette lumière ?
Pour nous creuser et nous étreindre.

(Philippe Delaveau)

 

Recueil: Le Veilleur amoureux précédé d’Eucharis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retour (Robert Creeley)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



Illustration: Eduard Gordeev
    
Retour

Tranquille comme il convient à ces lieux
La rue, assourdie, mi-neige, mi-pluie,
Sans fin, mais butant sur des portes assombries
Dedans, eux qui seront là toujours,
Tranquille comme il convient à ces gens —
Ça suffit pour l’instant d’être ici, et
De savoir que ma porte est l’une des leurs.

(Robert Creeley)

 

 

Recueil: Le sortilège
Traduction: Stéphane Bouquet
Editions: Nous

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et que furent les roses (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018



Illustration: Paul Delvaux
    
et que furent les roses. Du parfum? pour que
j’oublie ….ou la pure Musique gravissant précairement

le crépuscule
mais il y a quelque chose de plus mûrement
enfantin,de plus beau que toi presque.

Mais sinon des fleurs,dis-moi doucement qui

sont ces habituées des rêves à demi-souriant
gravement sur de calmes visages,se déplaçant purement
d’un pas assourdi,quoique assez fièrement aussi —

ne sont-elles pas des dames,les dames de mes rêves
touchant justement les roses par qui vivent blanchement
leurs doigts?
ou mieux,
des reines, des reines riant légèrement
couronnées de couleurs lointaines,

pensant beaucoup
à rien et que l’aube préfère toucher
sur les ruisseaux penchés,près des saules votives?

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: XLI Poèmes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: La Nerthe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je revois l’instant merveilleux (Alexandre Pouchkine)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2017




Je revois l’instant merveilleux
où devant moi tu apparus,
vision à peine ébauchée,
claire image de la beauté.

Accablé jusqu’au désespoir,
assourdi par le bruit du monde,
j’entendis longtemps ta voix tendre
et rêvai de tes traits aimés.

Les ans passèrent. Les tempêtes
au vent jetèrent tous mes rêves
et j’en oubliai ta voix tendre
et les traits purs de ton visage.

Mes jours se traînaient silencieux
dans une sombre réclusion,
sans génie, sans inspiration,
sans vie, sans amour et sans larmes.

Quand sonna l’heure du réveil,
devant moi tu réapparus,
vision à peine ébauchée,
claire image de la beauté,

et mon coeur s’est remis à battre,
ivre de voir ressusciter
le génie et l’inspiration,
la vie et l’amour et les larmes.

(Alexandre Pouchkine)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

Funeral blues (Wystan Hugh Auden)

Posted by arbrealettres sur 18 mars 2017



Funeral blues

Arrêtez les pendules, coupez le téléphone,
Donnez un os au chien pour l’empêcher d’aboyer,
Faites taire les pianos et dans un roulement assourdi,
Sortez le cercueil et que les pleureuses pleurent.

Que les avions qui tournent en gémissant
Dessinent sur le ciel ce message : Il Est Mort,
Nouez du crêpe au cou blanc des pigeons,
Gantez de coton noir les agents de police.

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est et mon Ouest,
Ma semaine de travail, mon repos du dimanche,
Mon midi, mon minuit, ma parole, mon chant ;
Je pensais que l’amour durerait toujours : j’avais tort.

N’importe les étoiles à présent : éteignez-les toutes ;
Emballez la lune et démontez le soleil,
Videz l’océan et balayez la forêt,
Car rien de bon désormais ne peut plus advenir.

***

Funeral Blues

Stop all the clocks, cut off the telephone,
Prevent the dog from barking with a juicy bone,
Silence the pianos and with muffled drum
Bring out the coffin, let the mourners come.

Let aeroplanes circle moaning overhead
Scribbling on the sky the message ‘He is Dead’.
Put crepe bows round the white necks of the public doves,
Let the traffic policemen wear black cotton gloves.

He was my North, my South, my East and West,
My working week and my Sunday rest,
My noon, my midnight, my talk, my song;
I thought that love would last forever: I was wrong.

The stars are not wanted now; put out every one,
Pack up the moon and dismantle the sun,
Pour away the ocean and sweep up the wood;
For nothing now can ever come to any good.

(Wystan Hugh Auden)

Illustration: Ernest Biéler

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Etale (Lawrence Sail)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017



Après les longs etcetera de la marée montante,
avant que les vagues ne s’entrechoquent à travers les jointures de la plage,
la mer en jachère est aussi immobile que le filet de lait
que la laitière de Vermeer verse lentement et pour toujours
d’un pichet vers un bol peu profond.

Les bateaux de pêche hissés en haut de la grève pour l’hiver
sont gauchement étendus, la poupe vers l’horizon d’acier,
échoués dans l’acoustique humide d’une amnistie
déclarée entre le passé et l’avenir, où toutes les tempêtes
s’approchent comme un tonnerre assourdi.

Une sorte de calme – mais déroutant, comme le regard
serein de la madone enceinte de Piero, dont la main
qui repose sur le ventre doit déjà sentir, au-delà
de ses eaux intactes, les mouvements d’un dieu mortel,
le lieu dur du crâne.

(Lawrence Sail)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Si le garçon languit en son désir (Alfred Edward Housman)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



 

Charles Edward Perugini  d8086_b [1280x768]

Si le garçon languit en son désir,
Muet, privé d’élan et pâle,
Comme gisant aux portes de la mort,
C’est vous, jeune fille, qui pouvez le guérir.

Les maux des amoureux sont tous à acheter :
L’air exténué, la voix assourdie,
La tête basse, les yeux caves,
Vous pouvez tout acquérir.

Achetez-les, achetez-les : matin et soir
Les maux des amoureux sont tous à vendre.
Alors c’est vous qui serez sans force ni courage ;
Mais lui, l’amoureux, ira mieux.

***

When the lad for longing sighs,
Mute and dull of cheer and pale,
If at death’s own door he lies,
Maiden, you can heal his ail.

Lovers’ ills are all to buy:
The wan look, the hollow tone,
The hung head, the sunken eye,
You can have them for your own.

Buy them, buy them: eve and morn
Lovers’ ills are all to sell.
Then you can lie down folorn;
But the lover will be well.

(Alfred Edward Housman)

Illustration: Charles Edward Perugini

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les forêts de l’aube (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2016



Les forêts de l’aube

Les forêts de l’aube
toujours lentes et calmes
montent vers les montagnes sombres
envahies par le silence
d’un autre monde
d’un autre temps

le chant des coqs dans la distance
raye par instant l’espace
permet au coeur de mesurer
la transparence de l’étendue

le grand ciel de nuages
aveuglé par son éclat
filtre les pépiements d’oiseaux
les assourdit les espace
le coeur de nouveau rencontre
ce qui l’attendait

les couleurs un peu passées
les lignes pures
l’odeur des feuilles endormies
les courants d’ombre et de lumière
qui murmurent
nous sommes je suis là
au rendez-vous

mais le coeur aussi frémit
à cette pensée
cette intention

avoue murmure aussi
je suis nous sommes là
au rendez-vous.

(Jean Mambrino)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :